08/04/2019

Tita Nzebi, Gobinda Das Bairagya...et les Gilets Jaunes

 

Repas parisien gargantuesque en ce samedi 6 avril 2019. Cela commence tôt en début d'après-midi par une marche jaune de 20km environ partant de République et passant par Barbès, Pigalles, pour finir à la Défense. En dehors de ce que je vous donnerai ici, dans mon prochain billet, vous trouverez plein de vidéos et d'images, aussi humoristiques parfois, sur ma page Facebook de cette marche des Gilets Jaunes.https://www.facebook.com/jeanmarie.gumy Si cela vous intéresse, ne tardez pas trop parce que je partage beaucoup en ce moment et le fil d'actu passe très vite.

J'en viens maintenant à ce fameux concert de Tita Nzebi

En soirée, quelques minutes après que le cortège révolutionnaire soit arrivé à La Défense, je repars pour Bastille sans avoir même le temps de prendre une bonne douche. En aucun cas je ne voudrais manquer le concert de la divine Tita et de ses musiciens, choristes et invités (prestations fantastiques également avec une introduction poétique pleine de sagesse et de mystère par un autre chanteur et poète, j'ai nommé Jann Halexander, un très bon chanteur marginal pas tout-à-fait mort...donc qu'il faut découvrir urgemment si ce n'est pas déjà fait de vous.

Quel plaisir! Oh oui, quel plaisir d'écouter Tita Nzebi! Une symbiose, une communion totale avec son public et une chanteuse qui grimpe qui grimpe en prenant de l'assurance année après année. Tita a franchi un nouveau seuil dans sa démarche artistique et sa recherche de perfection musicale et vocale tout en restant à la hauteur de son public qu'elle adore et respecte.

Sa musique remonte aux sources de sa culture gabonaise et la mayonnaise prend instantanément. Nous sommes saisis, soulevés par ce souffle féminin exultant sa révolte faite de tendresse et d'amour du peuple, des gens. Et par son humour adorable, on rit, on danse, on échange avec elle à travers toute la salle. Tita nous transporte ailleurs accompagnée par ses musiciens et choristes et ses invités exceptionnels. Son hymne à la liberté résonne encore dans nos oreilles à l'heure où j'écris ces quelques lignes et la salle chante toujours ses hymnes à l'amour et à la liberté. Son afro-jazz percute à l'écoute profonde avec des noms tels que Carlos Santana voir même parfois, et très surprenant, avec Chick Corea et ses chanteuses à la voie ailée. 

J'ai adoré. Si vous avez l'occasion d'aller une fois à un de ses concerts, n'hésitez pas. Le prix est modique et la prestation est canonique.

Merci à vous tous. Nous appelons à un nouveau monde, une autre société plus juste et plus solidaire. Nous aimons la vie et les gens.

Je termine avec ces quelques images de Gilets Jaunes téléportés quelque part en terre africaine... La migration, ça se fait dans les deux sens.

20190406_144453.jpg

 

20190406_205335.jpg

 

20190406_205402.jpg

 

20190406_2053355.jpg

 

20190406_205152 (1).jpg

 

20190406_205034.jpg

 

20190406_204833.jpg

 

20190406_144550.jpg

Eve et Adam étaient-ils des Gilets Jaunes?

 

Les commentaires sont fermés.