08/04/2019

Gilets Jaunes, quelle est votre profession: Ahou! Ahou! Ahou!

 

Que retenir de ce samedi 6 avril 21ème du nom?

Beaucoup, beaucoup de choses. Les Gilets Jaunes ne lâchent toujours rien même s'ils et elles sont moins nombreux-ses dans la rue. La peur a fait son effet sur les gens. On parle maintenant même de présence de cyanure dans les gaz lacrymo, des vomissements, des éreintements d'après manif, enfin bref on en sait rien mais entre les gaz, les matraques, les coups de bouclier, les grenades de désencerclement, et les flashballs, la variété et le danger des armes de répression, et leurs résultats sur la santé et l'intégrité physique des révolutionnaires, tout cela retient bien des gens à la maison.

Comme je vous ai donné un chant mystique de Gobinda pour accompagner mon texte, il est temps de partir ailleurs dans le temps et l'espace en commençant par un extrait de l'Avertissement de Victor Hugo à propos de son oeuvre Marie Tudor:

"La vérité contient la moralité. Le grand contient le beau. (...) Que le poète vienne donc! Quant à l'auteur de ce drame, sûr que l'avenir qui est au progrès (au sens hugolien du terme, ndlr. L'immense mouvement d'ascension vers la lumière de l'Humanité en suivant ce fil qui s'atténue quelques fois mais qui ne casse jamais, le grand fil mystérieux du labyrinthe humain, le Progrès in La Légende des siècles, source Les Trésors de la culture, Victor Hugo, une vie, une oeuvre, mars, avril, mai 2019), certain qu'à défaut de talent sa persévérance lui sera comptée, il attache un regard serein, confiant et tranquille, sur la foule qui, chaque soir, entoure cette oeuvre si incomplète de tant de curiosité, d'anxiété et d'attention. En présence de cette foule, il sent la responsabilité qui pèse sur lui, et il l'accepte avec calme. Jamais, dans ses travaux, il ne perd un seul instant de vue le peuple que le théâtre civilise, l'histoire que le théâtre explique, le coeur humain que le théâtre conseille. Demain il quittera l'oeuvre pour l'oeuvre à faire: il sortira de cette foule pour rentrer dans sa solitude; solitude profonde où ne parvient aucune mauvaise influence du monde extérieur, où la jeunesse, son amie, vient quelque fois lui serrer la main, où il est seul avec sa pensée, son indépendance et sa volonté. Plus que jamais, sa solitude lui sera chère: car ce n'est que dans la solitude qu'on peut travailler pour la foule. Plus que jamais il tiendra son esprit, son oeuvre et sa pensée éloignés de toute coterie; car il connaît quelque chose de plus grand que les coteries, ce sont les partis; quelque chose de plus grand que les partis, c'est le peuple; quelque chose de plus grand que le peuple, c'est l'humanité.

17 novembre 1833

Gilet Jaune,

acte après acte,

semaine après semaine,

tu traverses Paris

de part en part,

transpercé de ton idéal

à la recherche

de notre destin commun,

assoiffé de justice et de vérité.

 

Gilet Jaune,

si tu pars vers l'Orient

tu rencontreras les peuples

cosaques et les piments safran

de Katmandou.

 

Mais tu ne partiras pas

pour mieux rester

chez toi dans ta famille.

Mais tu ne partiras pas.

Tu ne partiras pas.

Tu ne partiras pas.

Tu manques de moyens

et de désir

mais sais-tu

que tes moyens sont supérieurs

à ceux qui ont déjà tout?

Tu peux faire un voyage intérieur

et à partir de ce pouvoir unique

partir quand même où tu veux.

Ou alors,

faire le voyage réel quand même,

à pieds, en auto-stop,

en train clandestin

ou en rafiot assassin

comme les clandestins

qui font le voyage du Sud

pour nous rejoindre au Nord

en espérant un avenir,

une humanité plus conforme

à leur rêve imaginé au pays.

 

Gilet Jaune,

je lutte à tes côtés

non pour ma gloire personnelle

mais pour la réussite de l'humanité.

 

Gilet Jaune,

je suis comme toi.

Je vis de précarité et d'amour,

parfois de haine anti-système

et des gens qui ne veulent

jamais comprendre et ouvrir leur coeur,

je vis surtout,

surtout de joie et d'amitié

dans nos moments incroyables

de rencontre et de fraternité.

 

Gilet Jaune,

nous savons que nous risquons

notre peau et notre vie

mais nous engageons notre honneur

et l'honneur de tout un pays,

celui de ton pays la Révolution,

dans ce combat déséquilibré,

asymétrique,

entre David et Goliath.

 

Ils ont le pouvoir de l'argent

et la force des armes.

Nous avons notre force de conviction.

Ils ont le choix des armes

et la corruption de l'argent.

Nous avons le choix de nos vies.

Ils ont l'argent grâce aux armes

et leur pouvoir de domination

et de soumission du peuple.

Nous avons la liberté par la grâce

et la victoire de l'humanité.

 

Gilet Jaune,

ne perd pas courage.

Notre voyage est incertain, 

périlleux, dangereux,

excitant, téméraire,

sage, millénaire,

et le but

ne sera jamais atteint

car c'est de ce voyage

que se fonde notre humanité

et de ce courage exemplaire

que se construit le but

révolutionnaire et romantique.

 

Gilet Jaune,

jour après jour,

nuit après nuit,

sans relâche,

tu construis l'histoire,

l'histoire du peuple,

l'histoire de la liberté,

l'histoire de la fraternité,

l'histoire de l'égalité

entre les êtres humains.

 

Gilet Jaune,

à toi cette oeuvre magistrale

que tu construis

avec tes soeurs et tes frères.

 

Gilet Jaune,

tu es parti de chez toi.

En voyage, tu te sens bien

sur ton petit nuage.

Ne redescend pas

avant d'avoir atteint

ce but que tu n'atteindras pas.

 

Ne perds jamais courage 

car l'idéal ne s'atteint pas.

L'idéal se dirige de son état brut

vers son état de perfection

sans jamais l'atteindre.

Jamais.

C'est le sens de notre existence.

 

Mais les armes létales tomberont

devant  le pouvoir et la foi de ton idéal.

Et notre Rêve, notre Révolution adviendra.

 

20190406_130718.jpg

 

20190406_131836.jpg

 

20190407_093900.jpg

 

 

20190406_141509.jpg

 

20190406_205335.jpg

 

 

20190406_141632.jpg

 

 

20190406_205402.jpg

 

 

20190407_094656.jpg

 

 

20190406_205152.jpg

 

 

20190406_143609.jpg

 

 

20190407_095027.jpg

 

 

20190406_2053355.jpg

 

 

20190406_144004.jpg

 

 

20190407_095348.jpg

 

 

20190407_095222.jpg

 

20190406_204758.jpg

 

 

20190406_145912.jpg

 

 

20190406_150414.jpg

 

 

20190406_150653.jpg

 

 

20190406_150844.jpg

 

 

20190406_204510.jpg

 

 

20190406_144550.jpg

Une seule humanité,

un seul Sacré-Coeur,

si tu attaques Paris

c'est l'humanité et son progrès

que tu attaques et détruis.

 

Emmanuel Macron,

j'espère que le message passe enfin.

 

P.S. Gilet Jaune, si tu veux poursuivre le voyage de cet acte XXI en ma compagnie, tu peux lire mon billet précédent et aller sur ma page Facebook où d'autres surprises t'attendent.

 

 

Tita Nzebi, Gobinda Das Bairagya...et les Gilets Jaunes

 

Repas parisien gargantuesque en ce samedi 6 avril 2019. Cela commence tôt en début d'après-midi par une marche jaune de 20km environ partant de République et passant par Barbès, Pigalles, pour finir à la Défense. En dehors de ce que je vous donnerai ici, dans mon prochain billet, vous trouverez plein de vidéos et d'images, aussi humoristiques parfois, sur ma page Facebook de cette marche des Gilets Jaunes.https://www.facebook.com/jeanmarie.gumy Si cela vous intéresse, ne tardez pas trop parce que je partage beaucoup en ce moment et le fil d'actu passe très vite.

J'en viens maintenant à ce fameux concert de Tita Nzebi

En soirée, quelques minutes après que le cortège révolutionnaire soit arrivé à La Défense, je repars pour Bastille sans avoir même le temps de prendre une bonne douche. En aucun cas je ne voudrais manquer le concert de la divine Tita et de ses musiciens, choristes et invités (prestations fantastiques également avec une introduction poétique pleine de sagesse et de mystère par un autre chanteur et poète, j'ai nommé Jann Halexander, un très bon chanteur marginal pas tout-à-fait mort...donc qu'il faut découvrir urgemment si ce n'est pas déjà fait de vous.

Quel plaisir! Oh oui, quel plaisir d'écouter Tita Nzebi! Une symbiose, une communion totale avec son public et une chanteuse qui grimpe qui grimpe en prenant de l'assurance année après année. Tita a franchi un nouveau seuil dans sa démarche artistique et sa recherche de perfection musicale et vocale tout en restant à la hauteur de son public qu'elle adore et respecte.

Sa musique remonte aux sources de sa culture gabonaise et la mayonnaise prend instantanément. Nous sommes saisis, soulevés par ce souffle féminin exultant sa révolte faite de tendresse et d'amour du peuple, des gens. Et par son humour adorable, on rit, on danse, on échange avec elle à travers toute la salle. Tita nous transporte ailleurs accompagnée par ses musiciens et choristes et ses invités exceptionnels. Son hymne à la liberté résonne encore dans nos oreilles à l'heure où j'écris ces quelques lignes et la salle chante toujours ses hymnes à l'amour et à la liberté. Son afro-jazz percute à l'écoute profonde avec des noms tels que Carlos Santana voir même parfois, et très surprenant, avec Chick Corea et ses chanteuses à la voie ailée. 

J'ai adoré. Si vous avez l'occasion d'aller une fois à un de ses concerts, n'hésitez pas. Le prix est modique et la prestation est canonique.

Merci à vous tous. Nous appelons à un nouveau monde, une autre société plus juste et plus solidaire. Nous aimons la vie et les gens.

Je termine avec ces quelques images de Gilets Jaunes téléportés quelque part en terre africaine... La migration, ça se fait dans les deux sens.

20190406_144453.jpg

 

20190406_205335.jpg

 

20190406_205402.jpg

 

20190406_2053355.jpg

 

20190406_205152 (1).jpg

 

20190406_205034.jpg

 

20190406_204833.jpg

 

20190406_144550.jpg

Eve et Adam étaient-ils des Gilets Jaunes?