16/04/2019

Notre-Dame de Paris, l'effroi de l'Horloge du Temps

Comment est-il possible de mesurer la dose de surnaturel dans le grand incendie historique de Notre-Dame de Paris déclenché, ou alors se déclenchant tout seul par un coup du hasard absolument extraordinaire, entre le moment de l'enregistrement d'un discours présidentiel, considéré comme essentiel pour la survie du Président en place, et le moment prévu de la prise de connaissance du grand public? Un discours présidentiel cramé, anéanti dans les flammes à la fois dramatiques et providentielles de Notre-Dame. 

Ou, autre hypothèse horrible, comment serait-il possible d'être aussi machiavélique pour imaginer une diversion majeure à la fois fantastique et ignoble créée par des gens mal intentionnés qui n'ont comme but dans l'existence que de semer chaos et drames sur la Terre afin de conserver un pouvoir autocratique indestructible? 

Car oui, ce soir le peuple de Paris, le peuple de France, le peuple du monde entier a mal dans sa chair et son âme, le coeur de Notre-Dame a brûlé tout entier et avec lui le coeur de l'Histoire de France. Et cette douleur est indéracinable des êtres de chair et de sang que nous sommes.

Si Victor Hugo était parmi nous, il nous lirait au moins deux citations capitales qui se trouvent dans son oeuvre "Notre-Dame de Paris":

La première, et la plus prophétique, serait celle-ci:

"Chaque flot du temps superpose son alluvion, chaque race dépose sa couche sur le monument, chaque individu apporte sa pierre. Ainsi font les castors, ainsi font les abeilles, ainsi font les hommes. Le grand symbole de l'architecture Babel, est une ruche."

C'est si beau et cela convient tellement à l'âme millénaire de Notre-Dame. On sent toute la mystique de ce monument, sa grandeur, ce qu'il a vu, entendu, et vécu à travers les siècles.

Mais la seconde citation se fait beaucoup plus menaçante et très mystérieuse sous l'oeil des gargouilles mythiques de Notre-Dame:

"Quand on fait le mal, il faut faire tout le mal. Démence de s'arrêter à un milieu dans le monstrueux. L'extrémité du crime a des délires de joie."

Sans imaginer un complot ourdi par un groupuscule extrémiste en ultimatum et seule réponse radicale et criminelle à Emmanuel Macron ou, inversement, ourdi par des pouvoirs occultes au sommet de la pyramide qui ont décidé, dans l'urgence, d'une diversion abominable pour venir au secours de cette présidence sur le point de tomber, on peut lire, dans ce passage effrayant, toute la crainte d'un Victor Hugo en proie aux exigences du mal et des ennemis de l'Humanité. On pense même au délire du grand incendie de Rome et de Néron jouant de la lyre durant les incendies déclenchées par on ne sait qui vraiment. La secte des chrétiens alors tellement minoritaire et persécutée et prise comme cible par Néron? Néron lui-même décidé à reconstruire une Rome plus belle encore et plus prodigieuse? Des ennemis de Néron? 

Et sinon pourquoi cet incendie juste à cette heure précise, ce lundi 15 avril 2019, un date historique pour l'Histoire de la France, de l'Europe, et du monde? Pour les croyants et les croyantes, Dieu est-il dans le coup pour prévenir l'Humanité d'un malheur immense si elle ne change pas de cap et d'horizon? Emmanuel Macron prévenu de ses erreurs de jugement et d'orientation par la voix céleste? Un autre délire, métaphysique celui-ci.

Mais au juste, cette nuit, où se tient la vérité au centre des flammes de Notre-Dame?

 

Les commentaires sont fermés.