18/04/2019

Bataille autour de Notre-Dame entre anciens et modernes

Pour bien comprendre les obstacles psychologiques des uns et des autres quant au projet qui sera retenu au final pour la reconstruction de Notre-Dame, il faut se replonger dans le coeur de Paris du temps de l'érection de la Tour Eiffel:

La lettre de protestation

Nous venons, écrivains, peintres, sculpteurs, architectes, amateurs passionnés de la beauté, jusqu'ici intacte, de Paris, protester de toutes nos forces, de toute notre indignation, au nom du goût français méconnu, au nom de l'art et de l’histoire français menacés, contre l'érection, en plein coeur de notre capitale, de l'inutile et monstrueuse Tour Eiffel, que la malignité publique, souvent empreinte de bon sens et d'esprit de justice, a déjà baptisée du nom de « Tour de Babel ». Sans tomber dans l'exaltation du chauvinisme, nous avons le droit de proclamer bien haut que Paris est la ville sans rivale dans le monde. Au-dessus de ses rues, de ses boulevards élargis, du milieu de ses magnifiques promenades, surgissent les plus nobles monuments que le genre humain ait enfantés. L'âme de la France, créatrice de chefs-d'oeuvre, resplendit parmi cette floraison auguste de pierres. L'Italie, l'Allemagne, les Flandres, si fières à juste titre de leur héritage artistique, ne possèdent rien qui soit comparable au nôtre, et de tous les coins de l'univers Paris attire les curiosités et les admirations.

Allons-nous donc laisser profaner tout cela ? La ville de Paris va-t-elle donc s'associer plus longtemps aux baroques, aux mercantiles imaginations d'un constructeur de machines, pour s'enlaidir irréparablement et se déshonorer ? Car la Tour Eiffel, dont la commerciale Amérique elle-même ne voudrait pas, c’est, n’en doutez point, le déshonneur de Paris. Chacun le sent, chacun le dit, chacun s'en afflige profondément, et nous ne sommes qu’un faible écho de l’opinion universelle, si légitimement alarmée.

Enfin lorsque les étrangers viendront visiter notre Exposition, ils s’écrieront, étonnés : « Quoi ? C'est cette horreur que les Français ont trouvée pour nous donner une idée de leur goût si fort vanté ? » Et ils auront raison de se moquer de nous, parce que le Paris des gothiques sublimes, le Paris de Jean Goujon, de Germain Pilon, de Puget, de Rude, de Barye, etc., sera devenu le Paris de M. Eiffel.

II suffit d'ailleurs, pour se rendre compte de ce que nous avançons, de se figurer un instant une tour vertigineusement ridicule, dominant Paris, ainsi qu'une gigantesque cheminée d'usine, écrasant de sa masse barbare Notre-Dame, la Sainte-Chapelle, le dôme des Invalides, l'Arc de triomphe, tous nos monuments humiliés, toutes nos architectures rapetissées, qui disparaîtront dans ce rêve stupéfiant. Et pendant vingt ans, nous verrons s’allonger sur la ville entière, frémissante encore du génie de tant de siècles, nous verrons s'allonger comme une tache d'encre l'ombre odieuse de l’odieuse colonne de tôle boulonnée...

C'est à vous, Monsieur et cher compatriote, à vous qui aimez tant Paris, qui l'avez tant embelli, qui l’avez tant de fois protégé contre les dévastations administratives et le vandalisme des entreprises industrielles, qu'appartient l'honneur de le défendre une fois de plus. Nous nous remettons à vous du soin de plaider la cause de Paris, sachant que vous y déploierez toute l’énergie, toute l’éloquence que doit inspirer à un artiste tel que vous l’amour de ce qui est beau, de ce qui est grand, de ce qui est juste... Et si notre cri d'alarme n'est pas entendu, si nos raisons ne sont pas écoutées, si Paris s'obstine dans l'idée de déshonorer Paris, nous aurons, du moins, vous et nous, fait entendre une protestation qui honore.

Cette lettre est signée le 14 février 1887 par 47 personness, dont (par ordre alphabétique) : Léon Bonnat, William Bouguereau, François Coppée, Daumais, Alexandre Dumas fils, Gérôme, Charles Garnier, Charles Gounod, Eugène Guillaume, Joris-Karl Huysmans, Leconte de Lisle, Guy de Maupassant, Ernest Meissonier, Édouard Pailleron, Victorien Sardou, Sully-Prudhomme, Joseph Vaudremer, Émile Zola, etc.

https://www.merveilles-du-monde.com/Tour-Eiffel/Reticence...

Les polémiques autour de la Tour Eiffel ne s'éteindront pas dans les années suivantes après son érection. Bien au contraire. Certains artistes insisteront sur le dégoût que représente la Tour Eiffel pour eux et continueront a râlé ferme en écrivant même des poèmes assez sarcastiques sur la présence de cette "monstruosité" au coeur de Paris.

Il faut donc du temps au temps pour laisser s'imprégner l'oeuvre collective au sein d'une société. La reconstruction fidèle à l'identique ou novatrice partiellement de Notre-Dame n'y échappera pas. Et peut-être que la France de Macron pourrait innover en proposant le RIC pour désigner démocratiquement le projet qui sortira vainqueur des urnes... Une bonne manière d'entrée dans la nouvelle France de demain...que voudrait les Gilets Jaunes par ailleurs interdits de manifester près de Notre-Dame pour l'Acte XXIII. Drôle de façon de répondre à des personnes qui attendent toujours qu'on les considère et qu'on les écoute dans leurs demandes de démocratie et de justice.

 

Qui est l'incendiaire du "paratonnerre spirituel"?

 

Les douze apôtres de la flèche de Viollet-le-Duc, créée en 1859 et détruite ce 15 avril de l'An 2019, sont sains et saufs, si on ose l'écrire ainsi. Et l'incendiaire de Notre-Dame n'a pas réussi à faire du coq aux reliques saintes, un coq flambé. Le paratonnerre spirituel, c'est son surnom approprié, en tombant dans le vide, a résisté vaillamment aux assauts des flammes en chutant du bon côté et en évitant la fosse aux enfers. Cabossé, le coq n'en est pas moins vivant et il devrait revenir triomphalement, d'ici 5 à 10 ans, trôné au sommet de la cathédrale dévastée et reconstruite magistralement. C'est en tout cas le projet de tout un peuple uni dans la douleur de la perte et déjà dans l'excitation haletante d'une reconstruction historique du plus célèbre des monuments français. 

La question demeure en suspend. Qui est l'incendiaire de Notre-Dame? Un personnage humain ou un foutu concours de circonstances assez hallucinant. Car il a fallu une alerte mal interprétée par la personne chargée de surveiller les alarmes feu de Notre-Dame à cette heure-là pour empêcher les pompiers d'intervenir beaucoup plus tôt sur le sinistre (trente minutes en terme d'incendie, c'est une éternité pour réussir à éviter un sinistre majeure). Il a fallu aussi une cause mystérieuse et, si l'on en croit les premiers témoignages, personne ne semble porter la responsabilité d'une négligence initiale. Tout le monde aurait fait son boulot correctement et les interrupteurs de courant enclenchés sur "off" au moment du départ des ouvriers du chantier. Difficile d'imaginer une négligence de la part de ces professionnels habitués à prendre toutes les précautions. Aurons-nous un jour la réponse véridique?

Les photos du ciel prises par un drone russe (?) sont assez impressionnantes et surprenantes. Le trou béant et très noir laissé par l'incendie à l'endroit même où s'érigeait la flèche semble bien contenir l'épicentre du foyer.  

Et parfois les photos peuvent nous manipuler étrangement. Ne serait-ce pas ici la signature du Prince des Ténèbres qui se cache derrière cet amas de ferraille et ce trou noir? Ou alors comment faire passer l'Humanité d'un univers à un autre en l'avalant dans un trou noir cosmique brûlant? Il est permis d'avoir un délire métaphysique et même d'en faire de l'art contemporain qui donne à réfléchir... Dieu me pardonnera.

 

20190418_085142.jpg

 

 

20190418_0851422222.jpg

 

 

20190418_0851422.jpg

 

 

Notre-Dame de Paris Nous voilà! Ceci tuera cela

 

L'imprimerie a-t-il tué l'architecture?

Les mots écrits et les livres tués la pierre?

Les médias assassinés le mystère?

 

Le curé chassé de son pré carré

remplacé par l'artiste et ses caprices?

Le sacré chassé de son surnaturel

remplacé par le trivial et sa pornographie?

 

Mais la pierre reprend le dessus

sur le tout et le n'importe quoi

de notre Temps

qui engendre le chaos

et le gouffre dans lequel

nous avons sombré corps et âmes.

Mais la pierre redevient soudain

le centre du monde

et les artistes inspirés par les anges

construiront un univers

de paix et de fraternité,

de justice et d'égalité,

de liberté et d'allégresse

sur les murs de Notre-Dame.

 

Nous avons besoin

de nouveaux Leonard de Vinci,

de nouveaux Michael Ange,

de nouveaux Mozart,

de nouveaux génies

qui redonnent à la pierre

sa noblesse et son impact

sur les peuples,

des génies qui agissent

sur les consciences comme des phares

nous sortant de notre obscurité,

des femmes et des hommes

qui se donnent à l'humanité toute entière

sans distinction de race et de continent.

 

Notre-Dame de Paris

Nous voilà!

La pierre triomphale

triomphant des médias,

des fake news, des pseudo-vérités,

des subjectivités organiques,

des dogmatismes viscéraux

les plus pervers et dangereux,

des croyances les plus échevelées,

et des complotismes les plus tordus.

 

La pierre porte le mystère

et le silence de nos secrets intimes

et sur cette pierre

nous bâtirons notre époque

d'un feu intérieur

qui illuminera la Terre entière.

 

Notre-Dame de Paris

Nous voilà!

 

ad laudem populus hortari

encourager le peuple à la gloire

 

Notre-Dame: du mécénat au messianisme politique il n'y a qu'un pas christique...

Pourquoi les milliardaires français se sont-ils engagés aussi tôt avec leurs diverses promesses de don?

Par ego personnel pour renforcer leur image et passer pour les héros qu'ils ne seront jamais? Par pur calcul marketing? Ou alors sont-ils vraiment tous frappés par une sorte de mission spirituelle à accomplir au nom de la France? Eux, les ultra-mondialisés, les anti-nationalistes, les resquilleurs pathologiques de l'impôt, les radins sociaux, les anti-gauchistes, les picsou modernes de notre société, se sentent soudain porter à ouvrir leur porte-monnaie pour un bâtiment dont ils ne pourront tirer aucun bénéfice si ce n'est celui d'un rachat aux yeux de la population française quelque soit l'échelle sociale dans laquelle évolue citoyennes et citoyens.

Chez les révolutionnaires, les gens disent que ça pue la récupération, une opération de com gigantesque qui serait fatale à la révolution, le peuple, dans sa majorité, se rendant à l'évidence que les milliardaires ne sont pas les ennemis de la démocratie mais des amis fort bien intentionnés...ayant retrouvé la fibre patriotique et en même temps la défense de la chrétienté et de la France. Les complicités de l'argent et de l'Eglise ayant fait souvent bon ménage au cours de l'Histoire des peuples. Les Egyptiens vivaient déjà avec leurs pharaons descendant direct de dieu, leurs pyramides, leurs prêtes...et leur pouvoir pyramidale.

On peut bien alors imaginer que l'incendie de Notre-Dame serait une aubaine, voir une providence, pour des milliardaires qui auraient l'objectif de redorer leur blason mis à mal par les Gilets jaunes.

Mais doit-on rester aussi simpliste dans l'analyse? Les milliardaires ne donnent-ils jamais avec le coeur, de façon désintéressée, voir mieux encore dans le but de ressouder une France qui flanche, une France en souffrance et presque en déliquescence? Les milliardaires n'ont-ils que le fric comme idéal de vie et un cynisme accompli dans leurs rapports humains? Cette image atroce de leur personne n'est peut-être pas si réelle que ça. Certains d'entre eux sont sans doute de purs salauds et des personnes très peu fréquentables. Mais le sont-ils tous?

Que signifie donc cette ruée vers la reconstruction de Notre-Dame? Un ultime galop fou vers le déclin définitif de notre Civilisation à travers cette fièvre irrationnelle de se montrer le plus généreux donateur en plaçant, comme d'habitude, son ego surdimensionné en priorité ou alors, bien au contraire, un nouveau départ marquant l'avènement d'une Civilisation qui s'éloigne de l'ultra-capitalisme pour aller vers une société de partage et de respect commun entre tous les êtres humains et la volonté de faire beaucoup mieux en tout, y compris dans la défense et la protection de notre planète? 

Nous connaîtrons la réponse dans les mois et les années à venir. Pour ma part, je fais le pari que l'incendie de Notre-Dame de Paris est une bénédiction divine et une exigence ultime envoyée du Ciel malgré cette journée funeste que nous avons tous et toutes vécu ce 15 avril 2015 en début de cette semaine pascale. Si l'être humain en comprend la signification sans retomber stupidement dans l'hébétement religieux, le sectarisme et le dogmatisme, alors il est de l'ordre du possible que ce 15 avril si funeste au départ soit à marquer d'une pierre blanche dans l'Histoire de notre humanité toute entière.