26/04/2019

Ne plus rien laisser derrière soi

Peut-être que la seule raison

d'exister sur cette Terre

c'est de se donner une bonne raison

de vivre à travers un idéal

qu'on refuserait de trahir

quelqu'en soit le prix à payer,

quelque soit la façon d'être considéré,

quelque soit le rejet qu'on inspire

ou l'admiration qu'on obtient en retour.

 

Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naïves du muguet !

(feat Maurice Carême)

 

Partir de rien

et arriver nulle part.

Est-ce que ça vaut la peine?

Partit de rien

et arriver au sommet

de soi-même,

cela vaut vraiment la peine,

la peine de souffrir,

la peine de subir la répression

au nom de la liberté,

au nom de l'idéal,

au nom des femmes et des hommes

qui rêvent d'un monde

qui fait danser le genre humain

plutôt que cette course à l'argent,

cette course folle de ces gens

qui n'ont que le goût de la compétition,

ce goût de marcher sur les autres

au nom de son bonheur personnel,

ce goût de sang

qui condamne les plus faibles,

les plus défavorisés, les moins instruits,

les plus fragilisés, les moins protégés,

les mutilés de notre Civilisation,

les abandonnés, les laisser-pour-compte.

 

Mon idéal est sans doute

une utopie de l'impossible.

Il franchit des frontières

que d'autres ne franchissent jamais.

Il s'égare sur des quais de gare

où des migrants se chauffent

autour d'un feu,

où des filles de joie tapinent,

ou des mendiants tendent la main

que je ne remplis pas toujours

d'une pièce de monnaie

et que je sens soudain clairement

que mon idéal impossible

est trop élevé

pour donner un peu

à tout le monde.

 

J'aimerais que tu me comprennes

mais je sais que je suis le seul

à me comprendre au fond de mon âme.

Je sais que parfois

j'aimerais renoncer

à porter le combat

et que d'autres devraient aussi

le faire à ma place

parce que je m'épuise,

parce que je me marginalise

chaque jour un peu plus.

 

Moi aussi je rêve

d'un hôtel douillet

avec vue sur une plage paradisiaque.

Moi aussi j'aime le luxe

et ses voluptés éphémères

mais voilà

je suis enfant de la révolution

et la rue m'appelle.

 

1er Mai 2019.

Dernière chance de faire la révolution.

Dernière chance.

 

Après je deviendrai

un peu plus vieux,

un peu plus con,

un peu plus gaga.

Et la mort viendra

me prendre un jour ou l'autre.

 

Alors restons tous et toutes

Debout ce 1er Mai 2019

en croyant à cet idéal démocratique

qui nous unit et nous réunit

malgré toutes nos différences.

 

Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naïves du muguet !

 

La Révolution du Muguet se fera-t-elle enfin...ou pas?

 

C'est à un 1er Mai insurrectionnel qu'il faut s'attendre après le discours d'un Président se voulant désormais homme parmi les hommes et non plus Jupiter descendu sur Terre tel Jésus pour sauver la patrie...

Emmanuel reste aveuglé par son dogmatisme ultra-libéral. Il n'y arrive décidément pas. Il devrait trahir ses amis milliardaires qui ont cru en lui et cela ne se fait pas et ne se fera pas...ou plutôt cela ne peut pas se faire. Emmanuel est un homme. Pas un surhomme. Il habite au milieu des ultra-riches, pas au milieu des ultra-pauvres. Essayez d'imaginer un ultra-pauvre, l'abbé Pierre par exemple, renié son milieu social et ses voeux de pauvreté pour devenir tout soudain l'ami des ultra-riches. Absolument impensable, hérétique, inadmissible. Il aurait été lynché sur le champ avec la même corde de premier de cordée qu'Emmanuel chez les riches...

Donc, si je déteste toujours la politique d'Emmanuel et ses rêves d'ultra-compétitivité, d'excellence brutale imposée par les dogmes rigides de l'ultra-libéralisme et ses combats de gladiateurs permanents qu'il impose, de fait, à nos sociétés modernes pour survivre et triompher devant César, je suis désormais moins réfractaire à sa personne qui s'est humanisé grâce à la crise des Gilets jaunes. Fini l'arrogance hautaine. Il sent instinctivement qu'il a fait fausse route. L'incendie de Notre-Dame y a sans doute contribué pour beaucoup...

Mais Emmanuel Macron ne peut pas changer de cap. Il est le fils choyé de l'ultra-capitalisme. Il est l'élu du beautiful people, de la start-up nation, celle qui voit naître des gadgets technologiques tous les jours, celle qui s'amuse dans tous les Hilton de la Terre, celle qui vit en milliardaires, ou au moins en millionnaires, et qui se rêve en artiste indémodable et en anarchiste...bravant les lois, les contournant grâces à des cabinets d'avocats cherchant ce qui n'est pas encore dans la loi pour détourner des fonds énormes, cherchant devant la justice les moyens de s'extraire à cette justice par des artifices telles les grosses multinationales sans territoire réel qui démultiplient les moyens pour échapper au fisc d'où qu'il provienne.

L'art d'être Français... Mais l'Art du grand Paris est-il l'art du laboureur, du petit retraité, de la femme vivant seule avec ses deux enfants, de l'ouvrière d'usine, du chauffeur de taxi, de l'aide-hospitalière, du marin-pêcheur, du chômeur, du SDF, du Gilet jaune qui gueule sa haine du pouvoir en place et risque désormais la GAV, la détention, s'expose vaillamment aux coups et aux blessures en tous genres pour exprimer son raz-le-bol et son envie de révolution...qui n'était exprimé, au départ, que par ce refus de cette surtaxe sur l'essence...?

La France s'est enflammée. Macron ne pourra pas éteindre l'incendie populaire qu'il a provoqué par son messianisme surdimensionné et incompatible avec le peuple qui ne peut et ne veut suivre une telle démesure. Imaginez-vous Notre-Dame des Misérables sauvée par des pompiers tenant des lance-incendies déversant du diesel sur les flammes depuis les fenêtres visionnaires du MEDEF et vous aurez compris que le Président Macron ne pourra pas éteindre les flammes révolutionnaires qui vont s'étendre en un foyer géant dans la rue le 1er Mai.

Aucun parti de l'opposition, de la gauche extrême à la droite extrême en passant par ce qu'il reste des Socialistes et des Républicains, n'a été convaincu par sa conférence. Aucun. C'est dire l'ampleur du désastre. Emmanuel Macron est seul et marche seul avec son mouvement. Il vit en ce moment même son drame personnel le plus intime. Son ambition démesurée s'est retournée contre lui. Même en revenant homme parmi les hommes, le peuple ne peut plus l'écouter ni le croire. Le peuple veut un vrai changement de cap, pas d'un cap maintenu, pas de mesurettes pêchées à la désespérée par un Président qui ramène des poissons-nains dont lui seul et ses apôtres voient l'énormité d'une pêche miraculeuse. Le grand Waouh est éteint par les Ahou, Ahou, Ahou des émeutiers en Gilets jaunes.

Emmanuel Macron a provoqué un grand incendie. Mais ce sont les grands gourous de l'ultra-libéralisme qui en sont les premiers responsables en l'ayant pris pour premier de cordée et lui, dans son désir messianique ultra-ambitieux de tout renverser, ivre de gloire et de réussite, soutenu par les start-uppers, de s'être laissé convaincre et porter par son cercle dans une stature présidentielle trop grande pour lui. 

Entre Sarkozy et Hollande, les deux autres larrons, Macron va être crucifié au centre tel Jésus abandonné et renié par ses apôtres. Le royaume de l'ultra-libéralisme est mort et enterré par le peuple en colère qui ne croit plus à cette église messianique du ruissellement où les milliardaires sont rois et les pauvres jetés sur le parvis hors de Notre-Dame de Paris...à travers la richesse insolente des trop riches qui ont su donner près d'un milliard en 24 heures...alors qu'ils ne pouvaient plus payer l'ISF pour rester compétitif et investir dans les entreprises. Quelle bande de pleurnicheurs hypocrites!

La révolution est en marche. Emmanuel se devra de démissionner pour éteindre l'incendie et sauver les murs de la Maison France ravagée de l'intérieur par une politique ultra-libérale qui s'est auto-enflammée en court-circuitant le peuple, celui qui souffre, celui qui trime, celui qui trinque sans jamais pouvoir s'exprimer sur son avenir. Le RIC n'a pas passé. C'était la seule illusion visible qui pouvait sauver provisoirement le Président...en attendant le référendum contre sa présidence...qui aurait eu lieu plus tard... Macron ne sauvera certainement pas son mandat présidentiel. Furieusement, son désir de réussir s'écrase sur la réalité d'un pays excédé par sa présidence. Il a raté son examen malgré sa prise de conscience. Mais il peut encore sauver la France d'un désastre total (le massacre du peuple) en remettant sa lettre de démission au peuple français. 

Ci-dessous, je remets ce clip d'une étrange beauté visuelle et vocale qui fait beaucoup penser à l'incendie de Notre-Dame et sa symbolique surnaturelle. A vous de juger en l'écoutant et le regardant jusqu'à la fin... qui est saisissante en se référant à l'actualité...