15/05/2019

Andréa Kotarac, la fracture d'un sérac

La fonte de la République française se poursuit.

Pan après pan Françaises et Français cèdent au Rassemblement National de Marine le Pen. Le mur antifasciste se fissure de toute part et la séduction d'une nation ressoudée autour de valeurs brunes agit de plus en plus sur les consciences républicaines bousculées depuis des mois par le surgissement du mouvement des Gilets Jaunes et la dérive violente de Macron pour contenir et combattre les revendications légitimes de celles et ceux qui manifestent semaine après semaine sur les ronds-points et dans les manifs.

Faire barrage à LREM ne signifie pas ne plus faire barrage à la montée du fascisme. Les lois répressives votées récemment par LREM profiteront d'ailleurs pleinement à la politique d'un parti fasciste au pouvoir. Et Macron en sera le premier responsable tant dans l'avènement au pouvoir du RN que dans l'utilisation facilitée pour ce parti des nouvelles lois policières instituées contre les libertés du peuple qui, bien entendu, ne les abrogera certainement pas une fois le pouvoir conquis.

Il n'y a pas que la fonte des calottes glacières qui fait soucis. La fonte de la calotte républicaine, ce rempart permanent contre les dérives fascistes et dictatoriales d'un Etat démocratique, se poursuit inexorablement. La haine, les troubles interethniques, la guerre civile s'approche de nos vies et Macron Néron en est le grand incendiaire avec ses amis milliardaires qui ne craignent pas Le Pen ni d'ailleurs le pouvoir hégémonique de présidents comme Trump en Amérique ou Poutine en Russie. Plus le pouvoir devient autoritaire et à la botte des pouvoirs financiers plus les milliardaires nagent en toute liberté en mer océanique...alors que le peuple se voit assigner à obéir sous la contrainte d'un Etat policier et à respecter l'ordre des grands seigneurs de notre temps.

Gilet jaune, garde les yeux grands ouverts. Ta République française te trompe encore une fois, une ultime fois, avant la désolation de la guerre civile.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/andrea-kotarac-etrill...

 

Les commentaires sont fermés.