18/05/2019

Retour à la pompe pour l'Acte XXVII

Les Gilets jaunes tournent en rond malgré une belle prise de conscience ou d'inconscience, cela dépend du point de vue.

C'est donc un retour aux premiers jours des Gilets jaunes et à la manif contre la hausse du prix du diesel après six mois de lutte et de "guerre" dans la rue.

La démocratie ce n'est pas seulement la politique et des élus fiers comme des paons. La démocratie c'est tous les jours dans sa manière d'être et de partager son existence, Monsieur Macron. Et tant pis si parfois ça tombe sur un samedi et que vous mobilisez des bataillons de CRS contre les Gilets jaunes tout en dénigrant un mouvement qui vous donne de l'urticaire depuis de très longs mois. Comme en retour, vous donnez vous aussi de l'urticaire aux Gilets jaunes, c'est du donnant-donnant.

Cela dit, dans une semaine nous saurons si votre façon de faire satisfait encore une bonne partie des citoyennes et citoyens qui iront voter. Pour tous les autres qui ne se déplaceront même pas, on peut imaginer que leur petite vie s'arrête aux portes de leur routine quotidienne et qu'ils ne croient plus du tout au changement par la politique. D'ailleurs ils sont peut-être satisfaits de leur petite vie individuelle. Donc aucune raison d'aller voter pour eux ou de manifester dans la rue. Les autruches sont très nombreuses et leurs plumes servent au spectacle du Moulin-Rouge.

En ce samedi, c'est donc une nouvelle marche pour rien qui s'annonce, marche agrémentée copieusement, comme d'habitude, de gaz lacrymogènes (au fait c'est qui le principal actionnaire du fabricant de gaz?). Les femmes, en tête de la manifestation déclarée, sauront peut-être contenir les agressions répétées de vos flics. Et tout finira gentiment au Sacré-Coeur pour déboucher sur un joli parterre de Gilets jaunes pacifistes sur la colline et heureux de se promener tous et toutes ensembles dans ce Paris sans bouquet d'églantines.

Le prix du diesel à la pompe, à titre personnel, ne me touche pas du tout. Mais la démocratie, c'est normalement être solidaire les uns des autres pour un monde plus juste et en paix. Il y a des bouchers qui sont en train de détruire la France au nom d'une idéologie ultra-libérale radicale et la livrer aux mains brunes de l'extrême-droite et il y a des débouchés politiques populaires qui ont compris la gravité de notre temps et qui manifestent encore dans la rue...pour rien puisque nous avons à faire à un président autiste (désolé pour les gens atteint d'autisme mais il faut dire les choses comme elles sont).

Juste par devoir de résistance face à cet air du temps devenu quasi irrespirable, il faut faire les gestes qui nous semblent indispensables même si tout cela n'est qu'une perte de temps à force de se battre contre des moulin-à-vents qui se défilent. Ca tombe d'ailleurs très bien, le Sacré-Coeur est au-dessus du Moulin-Rouge.

 

Les commentaires sont fermés.