22/05/2019

Vous pouvez nous bloquer les vidéos mais pas notre liberté

Qui de Google ou du Gouvernement français bloquent des vidéos sensibles tournées durant des manifs de Gilets jaunes?

Qui se permet de m'empêcher de témoigner par caméra interposée en réduisant mes vidéos à une seule seconde visible où l'image tourne en boucle tel un gif d'une seconde?

Cela m'est arrivé durant le dernier Acte XXVII des Gilets jaunes à Paris. Et je n'ai pas la réponse. Une première vidéo dans une altercation entre policiers et quelques gilets jaunes. En la visionnant un peu plus tard, j'ai constaté qu'il n'en restait qu'une seule seconde mais curieusement elle tournait comme un gif sur elle-même. J'ai d'abord pensé que j'avais moi-même fait une mauvaise manipulation quoique soupçonneux sur les raisons de ce problème. Puis, une seconde vidéo, que j'avais tourné sur un pont enjambant le périphérique dans laquelle là aussi des violences policières ont été pratiquées sur des manifestants et manifestantes, a subi le même sort deux jours plus tard après la parution de mon billet consacré à la manif et, à défaut de pouvoir copier-coller la vidéo, j'en ai tiré deux gifs et quelques photos tirées de la vidéo...avant qu'elle ne devienne inexploitable.

Alors je pose la question tout cru. Suis-je considéré comme potentiel terroriste à Paris que je suis surveillé et suivi comme un terroriste par l'Etat français? Je ne crois pas à la censure Google sur seulement une ou l'autre de mes vidéos. Car alors comment ferait-il pour visionner toutes les vidéos du monde et réussir à bloquer immédiatement des vidéos sensibles de violence?

Suis-je surveillé à ce point-là, Monsieur Macron? Et si oui, quels sont mes délits si ce n'est celui de participer à une manifestation et de filmer les faits et gestes des manifestants et des forces de l'ordre?

Vous, vous prenez le droit de nous filmer sous toutes les coutures, de nous surveiller via les satellites, d'espionner notre vie internautique...et pourquoi pas réelle (voir l'affaire Ruffin après son film "Merci Patron"). Et nous, nous n'avons même plus le droit de récupérer nos propres images sur nos boîtes email et de partager sur les réseaux pour éventuellement nous défendre devant les tribunaux face aux violences des forces de l'ordre?!

Comment expliquer cela autrement que par un état de dictature de votre gouvernement? Dites-moi, Monsieur Macron, comment expliquez-vous cela?

 

Commentaires

il faut êtte naïf pour faire confiance aux réseaux sociaux qui sont des réseaux d'espionnage. Filmer, puis sauvegarder le fichier et utiliser un site indépendant comme daylimotion(?) ou rutube.

Écrit par : Daniel | 22/05/2019

Bonjour Daniel, oui vous avez sans doute raison. Mais de quel droit un Etat dit démocratique s'arrogerait-il le droit exclusif, et secrètement, de nous supprimer des éléments de preuves, ou du moins des témoignages de scènes de violence, de façon despotique alors que lui-même s'autorise le droit à la violence "légitime", qu'il nous filme constamment du sol et du ciel, qu'il nous surveille nos visites internautiques et documents, et surveille nos déplacements via les satellites... Y a-t-il une seule loi qui autorise de substituer des images tournées par une personne et cela sans aucun procès, sans aucune audition, sans rien? D'autre part, difficile de sauvegarder si vous êtes suivi à la trace et que, dès que vous filmez une scène sensible, il y a un espion qui vous bousille la vidéo...Sauf à filmer avec une caméra du passé, on est mal, très mal, si la "démocratie" devient aussi obscure et répressive que les dictatures. Sinon merci de votre commentaire.

Écrit par : pachakmac | 22/05/2019

Les commentaires sont fermés.