24/05/2019

Grève pour le climat, Neuchâtel, 24 mai 2019

 

Un défi contre la death

lutte contre la défaite

sauve notre blues earth

sauve nos coeurs et la fête

mais avec la conscience

d'un guerrier, d'une guerrière

qui va à la guerre

contre celles et ceux

qui refusent de comprendre

et préfèrent nous pendre

comme des gibiers de potence.

 

Deux trois images

de cette grève pour le climat.

Deux cents personnes dans la rue.

Grand Neuchâtel, 50'000 habitants.

Le soleil brille.

Mais toi la jeunesse en révolte

contre le monde de tes parents

tu as brillé par ton absence

et cette force de résistance

nécessaire si tu veux

que l'être humain change.

Si tu veux

la révolution des consciences.

 

20190524_141741.jpg

20190524_142150.jpg

 

20190524_170735.jpg

 

20190524_142557.jpg

 

20190524_150731.jpg

 

20190524_143020.JPG

 

20190524_143033.JPG

 

20190524_144516.jpg

Rhino, auto, climato, boulot, chassez l'intru ou pas...

 

20190524_163624.jpg

 

20190524_150809 (1).jpg

 

VideoCapture_20190524-170125.jpg

 

VideoCapture_20190524-165733.jpg

 

VideoCapture_20190524-165703.jpg

 

VideoCapture_20190524-165618.jpg

 

VideoCapture_20190524-165320.jpg

 

20190524_164908.jpg

 

20190524_164512.jpg

 

VideoCapture_20190524-162158.jpg

 

20190524_163128.jpg

 

VideoCapture_20190524-162009.jpg

 

20190524_164633.jpg

 

VideoCapture_20190524-161632.jpg

 

VideoCapture_20190524-161228.jpg

 

VideoCapture_20190524-161146.jpg

 

20190524_163416.jpg

 

20190524_160414.jpg

 

20190524_160309.jpg

 

2019-05-24 15.17.50.png

 

2019-05-24 15.17.500.png

 

Climatoris

 

Zone sèche, zone humide,

climatoris tropical ou polaire,

qui me dit que tu cherches

la chaleur des alizés

plutôt qu'un manifeste amoureux

sur tes champs-élysées?

 

Je regarde cette jeunesse

qui déboule dans les rues

pour dire son raz-le-bol

des politiques gouvernementales.

 

Mais elle n'est pas radicale,

notre belle jeunesse,

sauf exception.

Mais elle fait toujours confiance

aux multimilliardaires

pour changer la face de la Terre.

En bien? En mal?

Pas de révolte sur l'extrême violence du Capital.

Et pourtant ils auront au bout du voyage

la peine capitale,

au bout de leur protestation

qui vise les symptômes extérieurs

mais pas le Mal intérieur

qui ronge et tue nos sociétés.

 

Oui.

Le Capital c'est le Mal.

Un footballeur,

un parmi tes idoles,

mérite-t-il ses millions

pour bousiller la planète

à coups de grandes réunions sportives

qui l'enrichit et le glorifie encore davantage

à tes yeux d'aveugle

amoureux d'une image?

 

Réfléchis jeunesse!

Quand j'étais gosse,

un footballeur de classe mondiale

gagnait guère plus

qu'un ouvrier diplômé.

Le monde était un peu plus juste,

un peu moins fou,

un peu plus humaniste.

 

Ton héros ne partait pas des centaines de fois

tout autour de la Terre

sur des vols intercontinentaux.

Il participait

à une Coupe du Monde

tous les 4 ans et basta.

 

Aujourd'hui,

ton idole est le plus grand pollueur

de la Terre,

le plus grand consommateur

de la Terre,

le plus grand actionnaire

de la mise en esclavage

des foules travailleuses,

des enfants, des femmes, des hommes

qui ne gagnent presque rien

pour confectionner ballons,

vêtements sportifs,

et chaussures.

 

ça fait polémique?

Alors qu'on en discute

une bonne fois pour toute

autour d'une table.

Au lieu de manifester

contre les vieux,

tes parents, tes grands-parents

qui seraient responsables

de ce monde catastrophe.

 

C'est le grand Capital,

la catastrophe.

 

Personnellement,

je ne voterai plus

pour ce modèle capitaliste.

Et toi?

 

Oui, toi,

ma fille, mon fils,

pour qui voteras-tu demain?

Pour quelle façon de faire

de la politique

et nous donner une dernière chance

de sauver l'espèce humaine

en causant le moins de dommages possibles

à notre planète bleue.

 

C'est la question centrale.

Et c'est mon manifeste

pour ce jour de grève climatique.