09/07/2019

Sexagénaire

 

Joues-tu à l'amour

plus souvent qu'à mon tour?

Te jetteras-tu du haut de cette tour

pour sauver notre amour?

 

L'été meurtrier

d'un chevalier romantique.

L'été cavalier

d'une bombe atomique.

 

L'été sans elle

tu ne peux pas voler.

L'été sans elle

tu te sens mutiler.

L'été sans elle

tu sens le poisson

dans une camisole de force.

L'été sans elle

 papillon sur le sable

échoué sur la plage.

L'été sans elle

ange déchu

tombé du paradis.

 

Pourquoi que tu me quittes

et que tu reviens si peu?

Pourquoi que tu m'aimes

si c'est si con

qu'on se voit si peu?

Pourquoi que tu m'aimes

si c'est que mal

qu'on s'aime seul à deux?

Pourquoi que tu es si jeune

que moi je suis que vieux?

Pourquoi que t'as peur de l'amour?

Pourquoi que tu fuis notre amour?

Pourquoi que tu reviens à notre amour?

Pourquoi que tu m'aimes?

Pourquoi que tu m'aimes?

Pourquoi que je t'aime?

 

Suis-je la cartouche interchangeable

dans tes parties de touche-touche?

Suis-je la cartouche remplaçable

dans tes plaisirs bouche à bouche?

Suis-je la cartouche qui a fait bang

dans le gang bang

de tes sentiments noyés

au fond de ta fosse marine

encombrée de sédiments

des mitrailleuses à deux balles?

 

Notre histoire est bancale.

Sans l'aplomb fantastique

des amants héroïques.

Notre histoire est bancale.

Tous ces chacals

qui dévorent tes chairs.

Notre histoire est géniale

géniale d'un amour infernal.

 

C'est une fille de nulle part

avec ses belles poignées d'amour

offrant la mer aux passants.

C'est une fille de nulle part

avec ses belles poignées d'argent

après les vagues et la pluie blanche.

 

C'est une fille

qui porte mon amour

sur son corps sidéral.

C'est une fille

qui porte notre enfant

mort de la balle.

 

C'est l'été meurtri

et sans elle

je suis chenille misérable

clouée sur le sable.

C'est l'été meurtrier

et sans elle

je suis bien moins beau

et bien moins fort.

 

C'est l'été mitraillette

et sans elle

je compose mes menus

à cette standardiste

qui me regarde

de ses yeux verts lagunes.

Ballade sous les étoiles

avec mots d'amour standardisés

sur smartphone illuminé.

C'est l'été

et sans elle

je me prends la balle

de notre amour longue distance.

 

Elle m'écrit

que notre amour saigne

mais ne sera jamais l'horreur

d'une fake love story.

Elle m'écrit

que ma dernière jeunesse

est arrivée sans rien me demander

et que si j'ai trop mal

elle me laissera jouer l'ange

avec une autre

pour vieillir à deux.

Elle me veut heureux.

Elle ne veut pas

d'une vie à deux.

Juste m'aimer encore un peu

le temps de son équilibre,

le temps d'arriver à son port.

Elle ne veut pas

d'un couple bancal

entre sa jeunesse pleine d'avenir

et mon vieux porno délire

qui danse sur son corps

en trouvant la fin de nulle part

avec ses belles poignées d'amour

qui ont déjà vu tant de décors

et de faux départs.

 

Je suis sprint de toi

et au marathon

je serai encore là

à caresser ton corps

en aimant ta liberté

et en détestant nos absences.

 

Sexagénaire.

Dernière décennie suicidaire

pour vivre de tes folies bergères.