30/07/2019

À des années lumières

 

Tu me disais

Merci d'exister dans ma vie.

Je te disais

Merci de m'ouvrir ton paradis.

 

Et puis je ne voyais pas l'erreur

du premier jour.

Et puis je refusais l'horreur

de cette première relation au tarif.

Et puis je ne voulais pas comprendre

que tu ne tirerais jamais 

les mêmes plans sur la comète

que ton ange rebelle

que notre amour craquait

déjà de tristes allumettes

dans le froid d'un hiver nucléaire

comme la petite fille

comme un petit garçon

essayant de rallumer le feu

de son coeur meurtri

venu se blottir

à ta chaleur pour une heure

parmi les givres de la Terre

ces être humains devenus

frigides à l'amour

toujours avides de NES

de nouvelles expériences sexuelles

consoles Nintendo à huit bites

à trouver la bonne bite

à prendre le bon vagin

se consoler d'illusions perverses

plaisirs passagers irresponsables 

remplissant les vides de leurs âmes.

 

Je n'voulais pas mourir

entre les bras d'un glacier

mais vivre

entre les bras d'un volcan

et les cuisses d'un océan.

Je n'voulais pas mourir

et seulement baiser pour jouir

avant la mort

mais vivre éternellement

au diapason de notre amour.

Maintenant aujourd'hui

et puis demain

il me reste à faire

comme le monde entier.

A baiser des sexes brûlants

et des filles à l'âme frigide.

 

Tu passes l'été à me fuir.

Tu passes ta vie ailleurs.

Tu trouves milles excuses

pour t'éloigner sans excuse.

Tu m'exécutes à chacune

de tes demi vérités

voulant contredire

mes découvertes sur toi.

Tu me fais perdre la foi.

Pourtant je reviens à chaque fois

comme un croyant

qui refuse l'évidence

de ton inexistence

dans ma vie réelle.

 

Des pièges et des sortilèges

j'en ai connu dans ma vie.

Des filles stratèges

en stratagèmes amoureux

j'en ai fréquenté dans la vie.

Des suceuses de bites et de fric

j'en ai consommé à satiété.

Mais toi j'y ai cru

comme on croit au miracle.

Mais toi j'y ai cru

comme on se soumet à l'oracle.

 

Je voulais vaincre tes résistances.

Je voulais gagner enfin

le plus bel amour de ma vie

pour réussir notre révolution.

Et j'ai gagné une amie de plus

mais perdu mon amoureuse.

Et j'ai gagnée une ex en plus

mais perdu notre merveilleuse révolution.

 

Qui dois-je aimer?

Une femme de mon âge?

Une femme trop sage?

Une femme sans ton visage?

 

L'amour est une fille de putain.

Je me noie dans mon chagrin

de n'avoir pas su te donner

ce goût du risque

ce charme de l'aventure

pas réussi à te faire sauter

le mur du cynisme et du fric

ton narcissisme à nos différences

pas  su t'écrire et te montrer que

j'étais l'homme de ta vie

à des années lumières

de tes amants de passage

sans âme et sans coeur.

 

Sésame ouvre-toi!

Filles de bordel à moi!

L'amour est une enfant de putain.

 

Tu vois si on n'a pas fait 

un big bang pour la vie

c'est que trop de gang bang

envahissent la Terre entière

et les écrans de la pornosphère.

Tu vois si tu as préféré ta solitude

à une vie à deux

c'est que je préfère ma solitude

à une mort à deux.

 

Tu es à des années lumières

de mes rêves pour nous deux.

La réalité me dépasse

et notre amour trépasse.

 

A toi de me dire

ce qu'il peut rester de nous deux

après l'expérience de la porno-star.

 

Les commentaires sont fermés.