05/08/2019

Faire tomber les miradors

 

Ce matin,

quand je me suis réveillé,

je savais que mon corps

avait lancé un appel

durant la nuit.

IMG-20190805-WA0006.jpg

J'avais à peine 3 ans.

J'étais un gosse au bord

de l'asphyxie et de la mort.

Le corps médical

venait alors de sauver un enfant,

un threeager qui sera coupé des siens

durant 1 année entière.

Un threeager qui hurlait à la mort

comme un loup la nuit

sous la lune

dans sa chambre d'hôpital

quand sa jolie maman lune

partait sans lui

et le laissait à sa terrible solitude.

Un threeager qui faisait tout seul

sa voix puissante et stridente

sur ce lit d'hôpital.

IMG-20190805-WA0003.jpg

L'enfant voulait survivre

et faire tomber les miradors

de son coeur abandonné

dans la nuit

de cette séparation forcée.

Rejoindre sa famille,

quitter ce lit d'exil,

ces gens inconnus

qui avaient sauvé sa vie

mais qui étaient dans sa petite tête

les gardiens du mirador

et de sa prison.

IMG-20190805-WA0007.jpg

L'enfant avait la rage

au coeur.

L'enfant refusait le naufrage

et l'abandon des siens.

Il voulait rejoindre son pays,

sa famille, sa fratrie, sa matrie,

sa patrie.

 

Avant cela,

l'enfant allait de plus en plus mal

mais personne ne le savait encore.

Et puis ce fut le coup fatal

du verdict médical.

Tuberculose prima-infection

transmise par son grand-père.

Hospitalisation d'urgence.

Séparation des siens.

 

A quoi rêvait-il le gamin?

A quoi s'accrochait-il ce petit garçon

haut comme trois pommes?

 

Je l'ai compris en ce 4 août 2019

entouré de toute ma famille.

Il cherchait alors le maillot blanc

du meilleur jeune,

celui de l'enfant

qui fait tomber les miradors

les miradors de nos coeurs.

Le maillot blanc

du meilleur jeune

qu'une de mes filles

m'a remis hier et fait signer

par toute la famille

au grand complet

dans les coeurs.

20190805_0640444.jpg

Et depuis hier je chante

à tue-tête.

Je porte le maillot blanc

du meilleurs jeune.

Je veux faire tomber

les miradors,

les miradors de nos coeurs

qui mettent la planète

à feu et à sang

et font pleurer les enfants,

les femmes, et les hommes

à travers le monde.

 

J'ai passé mes 3 ans

aux Pipolets à Lignière en Suisse

afin de ressusciter

mon corps devenu malade.

J'étais seul, abandonné des miens

par la volonté de Dieu

ou du hasard malheureux.

J'étais seul dans la nuit

à attendre ma famille,

ma maman et mon père

qui venaient une fois par semaine

et repartaient sans moi

après leur visite éclaire.

Je voulais voir ma soeur et mon frère

et jouer avec eux

comme tous les enfants du monde.

 

Sentiment d'abandon,

sentiment de fin du monde,

l'enfant hurlait de douleur

dans son lit

et personne pour le réconforter.

Pas de souvenir d'une infirmière

qui le prenait avec tendresse

dans ses bras.

Pas de souvenir d'une âme soeur

qui lui aurait dit

t'inquiète pas

je suis là près de toi.

Tes parents viendront bientôt

te chercher et te ramener

à la maison.

 

Et maintenant que ma famille,

ma soeur,

m'offre cette photo

de mon enfance,

et qu'une de mes filles

m'offre le maillot blanc

du meilleur jeune

c'est comme recevoir

un trophée d'amour

sur l'adversité et l'abandon,

que je reçois tout soudain

le plus beau cadeau du monde,

tout l'amour du monde,

et que je gagne cette victoire

d'un threeager

qui a survécu à son calvaire

en transmettant 57 ans plus tard

le but essentiel et la vision

de la vie d'une humanité réussie

malgré les souffrances de la vie.

 

Faire tomber les miradors,

tomber les miradors,

les miradors de nos coeurs.

Faire tomber les miradors,

tomber les miradors,

les miradors de nos coeurs.

 

Merci la famille.

Ma journée fut merveilleuse

et restera gravée dans ma mémoire

à jamais et pour toujours.

IMG-20190805-WA0012 (1).jpg

 

Les commentaires sont fermés.