14/09/2019

Maindream after work

 

Qui a-t-il de pire

que deux vampires

dans la nuit romantique

courant l'amour au bar

identiques à deux barbares assoiffés

semblables à deux affamés de sang

à la recherche insatiable

de notre jeunesse fuyant la déchéance?

 

Dis-moi Jann.

Tout ça n'a guère d'importance

que de chanter et d'écrire

durant nos heures perdues

courant à perdre haleine

à la recherche

de notre cri primordial

et de trouver notre public 

avide d'autre chose

que de la variété trop facile

au coeur de nos rêves romantiques?

 

Maindream Martin Luther King.

Maindream Malcolm X.

Maindream Nelson Mandela.

Maindream Nina Simone.

Maindream Aretha Franklin.

Maindream Toni Morrison.

 

Tu scrutent les extra-terrestres

et tu voyages tout en vert ailleurs.

Visiteur d'étoiles tout habillé de vers

tu viens de chanter Dewaere Requiem

et aussi Mainstream.

Chanteur à succès.

Chanteur grand public.

Scènes géantes

effaçant les scènes intimistes.

Pas trop ton genre.

Qui perd gagne au change?

Selon la légende ancestrale,

Molière portait du vert sur scène

le jour de sa mort.

Et la mort te va si bien,

cher Jann.

Pardonne-moi.

La mort c'est la vie.

Et la vie c'est la mort.

On le sait trop bien

tous les deux.

Et toi tu joues "Vampire sur Seine"

en montant ta sainte scène à Paris.

Quel âge canonique

peux-tu donc avoué au peuple cher Jann?

D'après ton état de mélancolie

tu pourrais bien être descendant 

des atomes de Molière

revenus hanter les spectacles

sur ton estrade parisienne.

 

Je déclare la vérité à ton public:

tu n'as pas loin des 350 ans

durant tes songes érotiques.

Et tu portes à merveille

le poids des années

tel un chêne flamboyant se dressant

dans la Forêt des Mulâtres!

Bellâtre que tu es!

Mais tu n'es ni fat ni niais,

bien au contraire.

Tu as très fort caractère

et beauté unique

en ton genre.

 

Un spectre sur scène!

Voici la meilleure des publicités

pour s'attirer le regard des curieux.

Ta veste verte maudite de la scène

défie et le temps et les croyances,

brise le puissant tabou

du monde artistique.

Et tu te ramasses en retour,

en prince légitime de la nuit,

une veste d'amour

pour ton insolente audace.

 

Chapeau l'artiste!

Belle déclaration d'amour

à ton public attaché

à ta voix, tes textes, ton physique,

et ton aura magnétique

qui s'exprime sur scène.

 

Un vampire n'abandonne jamais

ni sa proie ni sa luxuriance.

Ta belle végétation

enchante ton beau public

fait de jeunes pousses

à la sensualité débordante

et de vieilles branches

qui ne délaissent pas l'idée

d'avoir été très vertes un jour.

Te voilà maître enchanteur

de tes jardins botaniques.

 

La couleur verte changeante

et tes humeurs vagabondes

varient au gré

de tes transformations physiques

donnant à tes saisons maudites

des habits comiques de lumière 

au sein de tes paysages cosmiques

parfois sombres et prophétiques

comme cet enlèvement étrange,

cette abduction que tu ressens

au plus profond de toi.

La couleur verte est mouvance

comme les romances instables

et les aventures tragiques

dans l'au-delà de notre subconscient.

 

Ô sablier emporte ce temps

de nous aimer de caresses

et de nous enfuir sans cesse

l'un de l'autre;

de revenir à nos tendresses

comme deux beautés égoïstes

renonçant pour une heure,

le temps suspendu

à une élégiaque étreinte fusionnelle,

oubliant le solo éreintant

de ce coeur battant au monde,

cet enfant unique engagé

dans sa course vaine

aux rêves fuyants

devant sa mort absurde

en solo sur la scène

 

Le jour viendra.

 

C'est pourquoi

tu chantes la vieille ballade

d'un comédien mort

sur l'estrade.

 

Tout ce qui ne dure pas

est instable.

Et tout ce qui ne dure pas

reste indomptable.

Les femmes sauvages

comme les hordes dionysiaques

du gay savage;

les rebelles insoumis

comme les chanteurs new age

qui jouent aux vampires;

l'homme à la veste verte

comme l'animal traqué en sueur

faisant profession de sa foi

alors qu'il proclame haut et fort

devant le peloton d'exécution

que tout ça n'a jamais eu

aucune importance,

n'aura jamais aucune importance

non aucune importance

à l'heure de s'en aller ailleurs

en des terres inconnus.

 

Qu'est que le Bien et le Mal?

Et qui peut les définir

de façon exacte et scientifique?

 

Poison d'amour,

merveilleux poison d'amour,

toxique dangereux,

violence insurrectionnelle

d'un promeneur solitaire

face à la violence institutionnelle,

l'homme en vert,

l'homme osant la malédiction,

l'homme réprouvé, banni,

censuré, poursuivi

à cause de son audace

défiant fissa la mort et l'amour,

écorchant toutes les idées reçues

sur l'étale sanguinaire

de sa poésie suicidaire.

Scandale public!

L'homme en vert affronte

la superstition fatale

et la solitude légendaire.

 

Seul dans sa tombe millénaire,

il succombe à l'amour

et vit plus que tout le monde

des rêves extraordinaires.

 

Maindream Martin Luther King.

Maindream Malcolm X.

Maindream Nelson Mandela.

Maindream Nina Simone.

Maindream Aretha Franklin.

Maindream Toni Morrison.

 

J'ai fait un rêve principal

tout en vert.

Les poètes maudits

ne sont jamais rejetés

jusqu'à la fin des temps.

Ils sont seulement

en avance sur leur temps.

Et dérange comme la révolution.

Mais tout ça n'a aucune importance

dans notre travail de forçat.

 

Et d'ailleurs Jann

 

Maindream Martin Luther King.

Maindream Malcolm X.

Maindream Nelson Mandela.

Maindream Nina Simone.

Maindream Aretha Franklin.

Maindream Toni Morrison.

 

C'est sans importance

que nous avançons dignes et sereins

dans nos vies d'airain

éreintés mais fiers

du travail accompli.

 

Merci Jann pour tous les moments magiques

que tu offres à ton ami, ton frère humain.

Joyeux anniversaire, Jann,

vampire flamboyant sur scène,

être humain sensible,

conteur de nos existences fébriles

en quête de beauté indélébile.

 

Les commentaires sont fermés.