28/08/2019

L'Histoire de la Suisse commence avec Divico...et non avec Guillaume Tell

D'un côté, nous avons un personnage glorieux qui a bien existé entre 130 et 58 avant J.C. De l'autre, un personnage de fiction qui aurait exercé sa bravoure contre le bailli Gessler en l'An 1307, soit quelques années après le pacte du Grütli auquel il aurait participé.

Une chose relie pourtant le héros celtique helvétique et le tireur à l'arbalète: ils seraient tous les deux Uranais. Chef des Tigurins, Divico sera célébré comme le héros qui aura mené à la victoire des Celtes contre les Romains à Agens en l'An 107 avant J.C. bataille qui voit le consul Lucius Cassius défait par l'armée Celte en vadrouille sur territoire étranger. Plus tard, en -58, lors de la fameuse bataille sur la Saône à Bibracte qui voit le peuple helvète défait par les légions de César, Divico sera encore présent, vieil homme affaibli mais toujours vaillant. César le reconnaît bien et d'ailleurs l'homme est nommé ambassadeur des Helvètes auprès de César.

Divico meurt la même année après avoir négocié le retour des Helvètes sur notre territoire, territoire qui avait été abandonné par les tribus laissant les villages brûlés dans l'optique de ne plus revenir et de s'établir du côté de la Méditerranée... Les Helvètes rêvaient alors déjà de soleil et d'un climat plus propice. Ils étaient réputés comme guerriers et faisaient alors des misères aux tribus germaniques. Ils avaient déjà battu les Romains. Orgueilleux, ils se croyaient invincibles. C'était compté sans la volonté et les forces armées de César... 

César sera relativement clément en épargnant une bonne partie du peuple défait mais il lui imposera sa loi. Retour case départ et défense de l'axe nord de l'empire romain face aux invasions des "barbares" germaniques.

Quel était alors l'état d'esprit qui animaient les Helvètes? Ils avaient perdu. De nombreuses familles avaient été décimées lors de l'affrontement. Le vieux Divico semble en être mort de chagrin la même année car à aucun moment on parle de lui comme d'un guerrier tué au combat. Au contraire, il aurait sans doute réussi à épargner aux Helvètes une défaite encore plus amer et un génocide... César vouait sans doute une admiration et une estime totale à ce fougueux chef Helvète.

Les Helvètes retournent chez eux la tête basse. Ils n'ont plus rien. Ils ont brûlé leurs maisons. Ils doivent tout reconstruire. A partir de ce moment, sans doute, les Helvètes cessent d'avoir des envies migratoires et décident de protéger farouchement leur territoire, leur culture, leur façon de travailler et de bâtir.

Bien avant Guillaume Tell, le mythe d'une Suisse indépendante et libre naît. Divico, le vieux chef Gaulois en est l'emblème. Et pourtant, il ne laisse, à ce jour, aucune trace sur les monnaies frappées par les Helvètes au contraire de Vercingétorix en Gaule française et d'un jeune chef helvète, Orgétorix, qui sera en réalité le général des armées helvètes lors de l'expédition en -61 ans vers le sud-ouest gaulois. Orgétorix se suicidera suite à la défaite de Bibracte et surtout suite à la capture de son jeune fils dans le camp helvète par les Romains.

A partir de ce temps, les Helvètes se construisent une identité forte avec des coutumes, des rites, des monnaies qui leur sont propres. 

En 2008, à Sainte-Croix, puis en 2011 à Aigle, plusieurs monnaies sensationnelles sont découvertes. Elles ont des caractéristiques typiquement helvétiques avec l'arbalète et une croix isométrique, ainsi qu'une grosse tête figurant sur les divers potins. Bien avant Guillaume Tell, bien avant notre drapeau fédéral, le peuple celte d'Helvétie donnent les images de notre mythologie et l'emblème fédéral! Et nous ne le savions pas avant la découverte de Sainte-Croix en 2008, confirmée par une autre trouvaille en 2011 à Aigle.

Ces découvertes sont fondamentales dans la compréhension d'une identité et d'une culture suisse qui se forment à ce moment-là d'autant que ces monnaies ont été frappées après le retour des Helvètes de Bibracte.

Après la Guerre des Gaules, les Helvètes deviennent des Gaulois très attachés à leur terre. Désormais, ils voyagent entre terre et ciel sur leur terre qui les a vu naître...et décident de protéger leur propre art et de perpétuer un savoir-faire unique et des dieux locaux mixés aux dieux grecs, romains, voir même égyptiens ( à Lousonna on admire la culture pharaonique)...

A lire ici et voir les photos de ces fameuses monnaies qui changent tout quant à l'interprétation de nos origines suisses... C'est bien en l'An 58 avant J.C. que la Suisse embryonnaire a vu le jour et qu'un vieil homme, le chef Divico, après avoir été un fantastique guerrier, donne la première empreinte diplomatique d'une Helvétie indépendante et neutre lors des conflits guerriers.

http://monnaiesanciennes.blogspot.com/2011/12/trouvaille-...

Les commentaires sont fermés.