23/08/2019

Feu en Amazonie, la photographie d'un mort...

"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs".

C'est avec ce message qu'Emmanuel Macron annonce la réunion du G7...l'accompagnant, sans le vouloir, d'un cliché vieux d'au moins 16 ans réalisé par un photographe décédé en 2003, McIntyre...

Pendant ce temps, le président brésilien d'extrême-droite accuse les ONG d'avoir bouté le feu à la forêt amazonienne par esprit de vengeance pour avoir perdu des subventions...

Tout va très bien Madame la Marquise. Quand le sage avisé désigne la lune, l'idiot regarde le doigt de son système qu'il trouve parfait et demande à son G7 d'éteindre l'incendie avec des lance-flammes...

Pauvre monde! Pauvre Civilisation! Les crétins oeuvrent en bandes organisées et se prennent pour les plus intelligents au monde.

Personne n'a de solution miracle. Mais il faudrait par contre sérieusement remettre en question le système dans lequel nous vivons. Hors ce ne sont pas les plus riches au monde, à la base de ce système fou, qui seront les sauveurs de la situation tout simplement parce qu'ils n'y trouvent aucun intérêt personnel. Ce sont nous tous et nous toutes qui nous devons de nous responsabiliser et de responsabiliser nos enfants à un changement politique majeure de société où l'économie et la puissance financière ne sont pas la base essentielle de la réussite sociale et de la reconnaissance.

 

P.S. J'oubliais. Donald Trump veut s'approprier le Groenland. Le Danemark le renvoie dans les cordes. Les riches, ils n'ont aucune limite à leur surpuissance. Il faut juste leur dire que nous ne voulons plus qu'ils nous dirigent et nous manipulent avec leur pognon de dingue... C'est simple, cela s'appelle la résistance active à la corruption... Pas facile pour certains et certaines. Mais indispensable si nous voulons changer les mentalités et les consciences. Pour cela, en France, besoin absolu de tenter une VIème République, une autre façon de gouverner, où les puissants ne puissent plus mener leurs propres lois à leurs avantages exclusifs et au détriment du plus grand nombre et de la biosphère.

 

20/08/2019

La Marianne d'Emmanuel Macron

La Marianne de France, avant de représenter des actrices actuelles du star system, est avant tout une Marianne anonyme qui appartient au peuple depuis la Révolution de 1789.

La fameuse Marianne, son sein nu, et son bonnet phrygien, symbole des esclaves affranchis et inspiré du monde grec et romain ou alors des premiers révolutionnaires marseillais qui montèrent à Paris avec le bonnet des montagnards catalans,  varie au gré du temps et des époques. Chaque mairie, en France, choisit sa Marianne selon l'inspiration et l'acceptation des élus voir des citoyens et citoyennes en cas de contestation de l'oeuvre artistique.

La Marianne de Macron est la première qui trônera dans les mairies de France au début de la IIIème République. Un buste original se trouve dans la salle du Sénat français. L'artiste et créateur de cette Marianne s'appelle Théodore Doriot et son commanditaire n'est autre qu'Adolphe Thiers élu premier Président de la IIIème République après l'écrasement de la Commune sous ses ordres d'ex Ministre de l'Intérieur...

Cette Marianne est sans aucun doute le symbole de la Présidence Macron d'aujourd'hui et la plus appropriée pour représenter ce Président français. A l'époque, Adolphe Thiers rejette la Marianne au bonnet rouge et au sein nu.  Il a peur des séditieux, des factieux dit Macron aujourd'hui qui, pour lui, détruisent le socle de la République et divise la France. Thiers demande à Doriot de rhabiller ce sein que la République monarchique ne saurait voir et exige sans doute une couronne impériale de style romain à son sculpteur ainsi qu'une chemise façon cote de mailles...couvrant les seins dont un seul se verra couvrir par-dessus d'un tissu, d'une toge impériale...on rhabille Marianne mais on laisse l'idée de ce sein dénudé mais voilé... La couronne est tressée de feuilles de laurier et de chêne ainsi que d'épis de blés. Certaines couronnes de Marianne produites en l'occasion porteront alors aussi une étoile à 5 branches représentant la lumière ou Les Lumières... 

Cette Marianne, produite en bronze ou en plâtre, porte au cou un collier de médailles au nombre de huit avec l'inscription des principales institutions mises en valeur AGRICULTURE / COMMERCE / BEAUX ARTS / INSTRUCTION / JUSTICE / SCIENCES / MARINE / INDUSTRIE. Au front, l'inscription HONNEUR ET PATRIE.

Le socle porte l'abréviation R.F. en évidence(République Française et non Roger Federer), ainsi qu'une balance et un faisceau de licteur, emblèmes de la justice et du pouvoir exécutif, encadrant les initiales de la République française. Sur le socle, côté droit : DORIOT SCULP

Ci-dessous, reproduction d'époque de la Marianne de Doriot , sans doute la préférée d'Emmanuel Macron, retrouvée en terre par un mordu de détection et chasseur heureux de trésors anciens. Chose étrange, le socle manque, comme décapité ou découpé au chalumeau par un communard vengeant ainsi la répression dans le sang par Thiers de la Commune de 1871.

La Marianne de Doriot se verra officialiser pour toutes les mairies par Thiers entre 1871 et 1879. Ensuite reviendra peu à peu le droit à la Marianne révolutionnaire, revendicatrice de nouvelles libertés et de nouveaux droits, au sein nu et au bonnet phrygien de revenir au-devant de la scène.

Nos deux Rastignac du présent et du passé, Emmanuel Macron et Adolphe Thiers, appréciés et aimés d'une partie du peuple de leur vivant, connaîtrons sans doute tous les deux les affres de la roche Tarpéienne " Arx tarpeia Capitoli proxima" durant les décennies et siècles à venir. Grandeur et décadence des grands petits hommes. La VIème République révolutionnaire ne sera pas l'oeuvre d'Emmanuel Macron. Il a d'ores et déjà raté une case historique... Et son tombeau royal, le jour venu, sera peut-être riquiqui à côté de l'imposant mausolée de Thiers qui trône au Père Lachaise. L'Histoire le dira...

A lire aussi:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Commune_de_Paris_(1871)

https://www.liberation.fr/politiques/2018/05/10/macron-un...

https://blogs.mediapart.fr/yvon-quiniou/blog/140719/le-si...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolphe_Thiers

Poème républicain de 1851:

Sur un mur que le temps lézarde,

Je possède un portrait vivant.

Le portrait de celle que j'aime

A son front aux nobles contours.

Sans diadème,

Rayonne la grandeur suprême,

C'est Marianne mes amours.

https://books.google.ch/books?id=erPdDQAAQBAJ&pg=PT31...

 

20190820_110327.jpg

 

20190820_110220.jpg

 

20190820_110415.jpg

 

Une délicieuse chanson toute récente dédiée à Vous, Marianne

l'anonyme dame du peintre et Père Doriot.

Belle et mélancolique vous êtes malgré le pouvoir de Thiers que vous êtes censée représentée...

 

19/08/2019

Eros et Psyché, des Lolita et des vieux hommes

L'homme court après sa jeunesse comme la femme. 

La différence c'est que la plupart des femmes ne se voient pas faire l'amour à des gamins de 14 ans alors que beaucoup d'hommes fantasment sur des gamines de 14 ans.

Vladimir Nabokov en est l'exemple littéraire type dans la liaison romancée d'un écrivain avec une gamine de 14 ans. Ou encore Thomas Mann avec son jeune homme fantasmé au lido dans "Mort à Venise".

On est ici dans l'art romantique du droit, ou non, d'aimer une ou un jeune adolescent... Mais quelle différence peuvent faire la plupart des gens entre aimer vraiment une trop jeune personne ou partouzer avec de très jeunes personnes grâce à sa puissance financière et ses réseaux sociaux? L'acte pédophile en lui-même est un scandale et pareillement condamnable que l'on soit romantique ou cynique durant l'acte sexuel. Seul le degré d'abjection est moindre pour le romantique avec l'excuse de la relation passionnée et l'amour "innocent" entre deux êtres d'âge très différent dont les ressources psychiques manquent à une pré-ado au début de ses émois sexuels et sentimentaux pour se défendre contre les prédateurs.

Tomber en amour d'une personne encore en âge d'adolescence est sans doute une maladie mentale, une perversion, et un crime certain, quand on a dépassé un certain âge. Et tomber amoureux d'enfants ou de très jeunes adolescents est un crime très grave envers des enfants abusés. Un homme "normal" sait mettre des barrières morales entre des images fantasmées et une réalité dont il force le passage interdit pour assouvir son égoïsme personnel tel un prédateur saigne sa proie.

L'Amérique décadente est friande en scandales sexuelles. Bill Clinton et même Donald Trump couchent dans de très sales draps avec l'affaire Epstein. Car malgré leurs dénégations, ils savaient depuis très longtemps ce que faisait l'homme d'affaire avec son réseau de gamines dirigé par...une femme, Ghislaine Maxwell fille du magnat...de la presse, Robert Maxwell. Ils (les médias, les politiques, les juges, les avocats) n'ont jamais dénoncé le grand prédateur voir ils auraient pu, pour certains d'entre eux, participer à des orgies avec des filles mineures. Pour Clinton, cela va plus loin que le soupçon. Un écrivain le dénonce dans un livre comme abuseur et violeur d'une centaine de très jeunes femmes.

Une artiste australienne a peint une étrange toile de l'ex-président Clinton dans une tenue de travesti, un Clinton qui pointe d'un doigt accusateur de procureur vers le spectateur ou la spectatrice de l'oeuvre comme pour lui signifier: "Et vous, vous en êtes où dans votre sexualité, vos dérives, et vos petites perversions personnelles?"

Heureusement que l'art existe. Parfois il nous sauve de la perdition et de l'anéantissement.

Psyché, une jeune Lolita vieille de 2000 ans

20190818_071018.jpg

Accueil de la page Twitter de l'artiste qui a peint Clinton en travesti

 

 

Eros couche avec Psyché qui ne doit pas connaître son visage

au risque de le perdre pour toujours.

Hélas Psyché éclaire une nuit le visage du dieu de l'érotisme

à l'aide d'une lampe à l'huile. Une goutte brûlante

tombe sur l'épaule d'Eros qui se réveille.

Psyché a vu le merveilleux visage d'Eros

mais elle le perd aussitôt...

Montage antique et reconstitution

(l'image est volontairement floutée):

Eros et Psyché protégés par un bouclier de bronze

20190809_092044.jpg

 

16/08/2019

Lune in the Black

 

IMG-20190816-WA0001.jpg

 

20190815_225442.jpg

 

20190815_225547.jpg

 

20190815_224932.jpg

 

20190815_225009.jpg

 

20190815_2250099.jpg

 

20190815_225009999.jpg

 

20190815_22500999.jpg

15/08/2019

Tous ces pédophiles aimés, admirés, protégés...

 

Les prédateurs sont au sommet.

Ils ont pris le pouvoir

sur les femmes.

Ils se servent dans le cheptel,

font venir la chair fraîche

à domicile,

usent de galanterie puis de sauvagerie,

sont très charmants puis ultra-violents,

sont des gentleman puis des violeurs

et retournent ensuite à leurs affaires

tout en restant en liberté.

 

Aucune dénonciation,

aucune parole ouverte,

il y a le risque de représailles,

le risque de retourner au néant,

d'être pestiférée

parce que l'on accuse,

le risque de retourner sans argent,

d'être mise de côté

parce que l'on a pas couché

avec le maître, le grand seigneur

que tout le monde protège,

que tout le monde admire,

que tout le monde...

baigne dans l'immonde

et l'omerta des médias...

qui ne se mouillent pas

avant que les types deviennent

un peu trop vieux

pour être encore tout-puissants.

 

Il faut devenir vieux

pour perdre son aura d'invincibilité.

Il faut devenir moins influent

pour soudain devenir la proie

après avoir été le prédateur.

Il faut devenir vieux.

 

Mais que faisait la société avant?

Mais que faisaient les mères et les pères

pour sauver leurs enfants?

Mais que faisaient les médias complices

pour faire cesser les abus?

Mais que faisaient les juges

pour condamner durement

les jeunes prédateurs avides

de chairs fraîches?

 

Rien.

L'argent et son aura toute-puissante

permettaient le silence et la corruption,

la souffrance des enfants

et la complicité des parents.

 

Et ça continue.

Tandis qu'Epstein s'est "suicidé"

et que Brunel a "disparu"

sur une île vierge de parole

d'autres moins vieux continuent

le cirques aux bestiaux

et ces femmes, ces filles, ces garçons

pris-es pour de la chair de consommation

par ces hommes tout-puissants

et ces femmes parfois complices

des prédateurs.