17/09/2019

Pourquoi l'imaginaire des Suisses a-t-il banni Divico?

Au XIXème siècle et jusqu'au milieu du XXème siècle, la Suisse se pique d'intérêt pour le légendaire Divico chef des Tigurins, une des quatre tribus Helvètes venues s'installer sur le territoire actuel suisse.

Depuis, c'est à peu près le néant. La Suisse officielle fête toujours l'indépendance à travers son héros imaginaire Guillaume Tell et elle a renoncé à mettre en avant Divico comme premier roi des Helvètes et unificateur de l'Helvétie au contraire du peuple français qui admire plus que jamais son héros guerrier Vercingétorix qui a lui aussi fini par concéder la défaite à César et très mal fini dans les geôles de Rome avant d'être assassiné par les Romains.

Pourquoi cet abandon des Suisses pour leur authentique héros? Parce que c'est un aventurier, un migrant, un homme qui conquiert le vaste monde et que Guillaume Tell est un sédentaire, un conservateur, un homme qui ne cherche de noise à personne mais qui défend son territoire bec et ongle contre l'oppresseur?

En bourse, on dirait que Divico c'est le Bull, le taureau ou bélier, l'optimiste, l'utopiste qui rêve en grand et en large pour les Helvètes. Guillaume Tell, lui, craint l'effet boomerang de la conquête et préfère se concentrer sur les acquis et chérir le territoire que Dieu a béni de ses bienfaits. C'est le Bear, l'ours qui sort ses griffes quand il est agressé mais ne part pas à la chasse de peur de perdre sa place.

Divico, le trop fier bélier, qui mène son peuple à la défaite finale dans la Guerre des Gaules et qui, sans que personne n'ose jamais le mentionner dans les livres d'Histoire, c'est probablement suicidé après la défaite de Bibracte (c'est lui tout de même, l'ambassadeur des Helvètes, qui refuse d'un air dédaigneux de céder des otages à César en échange pour que son peuple puisse rester en terre gauloise). C'est lui qui mène finalement le peuple à la défaite ultime et à la retraite forcée sur nos terres helvétiques. C'est lui qui ne peut pas revenir au pays défait qu'il a été et où il subirait un procès et une condamnation à mort par le feu sans appel des nobles et de la jeune garde avide de pouvoir. Une mort par l'eau, telle qu'ultime refuge providentiel, plutôt que par le feu, a l'avantage d'une disparition plutôt que d'une exhibition obscène à son peuple qui ne veut sans doute plus de lui après un tel désastre. Mourir en toute discrétion pour ne pas affronter le double pire soit le retour sans gloire et coupable ou alors finir dans une ultime bataille glorieuse mais mort ou vif et captif, trophée à la gloire de César, triste sort que subira Vercingétorix quelques années plus tard.

Divico, le suicidé aventurier qui a pris des gros risques pour ouvrir l'horizon des Helvètes ou Guillaume Tell, le paysan conservateur, attaché à sa terre et à l'indépendance de la patrie?

La Suisse, depuis le milieu des années 50, ne parle plus guère de Divico. Guillaume Tell est son unique héros bien que n'ayant jamais existé. 

C'était alors donné à Christophe Blocher toutes les cartes en mains pour jouer de la fibre patriotique et aller finalement jusqu'à un Helvexit programmé...Un autre suicide de notre temps.

Et si on ressuscitait le Bull Divico, notre bélier héroïque, de sa triste légende de suicidé pour contrer l'UDC de Christophe Blocher?

J'attendrai jusqu'à ma mort une réponse de votre part, Monsieur Laurent Flutsch, très bon président du Musée gallo-romain de Vidy-Lausanne et humoriste pourtant assez anti UDC et anti Blocher...

"Au XIXe s., les historiens firent des Helvètes les ancêtres des Suisses. Des peintres patriotiques comme Charles Gleyre et des écrivains tel Conrad Ferdinand Meyer célébrèrent le chef des Tigurins comme le premier héros national. Cette image de D. se maintint jusque dans la seconde moitié du XXe s. dans les livres scolaires et l'historiographie populaire."

Extrait tiré de "Divico, Dictionnaire historique de la Suisse" https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/010330/2015-10-02/

20190827_134557.jpg

 

Divus Divico, le roi banni

(qui retrouvera une monnaie authentique à l'effigie de Divico

aura retrouvé le forgeron-monnayeur qui aimait Divico)

 

20190827_135206.jpg

 

La Quête

 

L'attente d'un jour meilleur.

L'attente de toi.

L'amour plutôt que la damnation.

L'amour plutôt que le malheur.

L'amour comme seul consolation.

 

Et la mort comme dernier exil.

 

L'Amour enragé.

Tête à tête ou tête bêche.

Y'a plus rien à faire.

A l'endroit ou à l'envers

y'a pas plus mort que moi.

Terrible d'être un tabou.

Tu ne veux pas d'un mort

pas plus que d'un tabou.

 

20190916_191304.jpg

 

20190916_190539.jpg

 

20190916_191018.jpg

 

20190916_190809.jpg

 

20190916_191143.jpg

 

20190916_190429.jpg

 

20190916_190518.jpg

 

20190916_181547.jpg