14/10/2019

La Baigneuse romaine contemporaine du Christ?

Toujours sans nouvelle de personnes qui devraient pourtant être concernées par un si précieux trésor, je continue mes recherches personnelles qui se limitent à la lecture et à l'observation.

Et c'est avec une certaine émotion que je peux désormais imaginer une datation assez précise de ma jolie baigneuse pré-pubère.

En effet, en consultant des sites sur les coiffures féminines de l'époque romaine, j'ai pu trouver que la jeune fille est coiffée comme une jeune femme de l'époque d'Auguste, le successeur unique de César au trône après avoir écarté Marc Antoine et Lépide du Triumvirat qu'il formait ensemble.

C'est donc probablement une statuette créée entre 25 avant J.C. et 15 après J.C. car la coiffure correspond assez bien à la description qui en est donnée. Les Romaines changeaient souvent leur style de chevelure et de mode au fur et à mesure que les empereurs passaient...

Voilà la description sous Auguste: "A l'époque augustéenne, les cheveux des femmes sont organisés de bandeaux ondulés sur les côtés de la tête. Ces bandeaux sont réunis en chignon sur la nuque. Une large mèche de cheveux repose sur le front."

Source: https://sites.google.com/site/civilisationromaine/la-vie-...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Auguste

Et voici de nouvelles images de cette beauté en bronze. Seul un examen scientifique pourra valider ou infirmer mon hypothèse. J'attends...sur la science...

 

20191014_143941.jpg

 

20191014_144128.jpg

 

20191014_150215.jpg

 

20191014_144226.jpg

 

20191014_150459.jpg

 

Bachar el-Assad revient au premier plan

Plus de 8 ans de guerre en Syrie et des atrocités sans nom, des morts par centaines de milliers, plus de 12 millions de réfugiés, un pays détruit en long et en large.

Le bilan est super lourd. Le monde a fait de la Syrie un carnage et son premier responsable est Bachar el-Assad lui-même qui n'a pas su faire avec les élans démocratiques de son peuple.

Mais il n'est pas le seul. Les grandes puissances (Amérique du Nord, Russie, et. ose-t-on dire, l'Europe qui n'est rien d'autre qu'un chiffon de papier en matière d'autorité à cause de cette clause stupide qui veut que tous les pays doivent donner leur accord avant qu'un acte politique puisse être décidé au lieu d'une majorité aux deux tiers, par exemple) et les moyennes puissances comme l'Iran, la Turquie, l'Arabie Saoudite, et Israël sont toutes aussi responsables de cette monstruosité qui perdure dans le temps. Il faut encore ajouter les groupuscules terroristes et Daech avec son fantasme douteux d'Etat islamique (mais plus sûrement fantasme de toute-puissance d'hommes méchants et scélérats bien décidés à mener leur domination jusqu'au bout sur les femmes ainsi que d'autres hommes pas acquis à leur "cause" et les enfants biberonnés dès leur plus tendre enfance à l'idéologie de leur terreur, de leur domination et de la soumission des "faibles" afin qu'ils s'alignent au rang des tortionnaires ou alors qu'ils subissent la loi ignominieuse de ces milices d'Allah, le Grand Invisible bien utile, qui ne peut pas parler mais qui est si bien remplacé par tous ces salauds de dévots qui profitent de leur sauvagerie pour violer, torturer, et tuer avec joie et atrocité.

Huit ans d'horreur et Assad qui profite pleinement du retrait du grand méchant Trump de Syrie (officiellement l'Amérique n'y avait jamais mis les pieds d'ailleurs, tout l'art de faire du cochon un gros menteur). Et des Kurdes qui passent ainsi de Charybde en Scylla pour éviter un génocide de leur peuple et rester en vie. Les promesses de l'ophtalmologue de Damas on les connaît bien. Tout miel d'un côté mais venin absolu de l'autre si tu ne files pas doux avec lui. Donc les Kurdes ne sortiront pas de l'auberge sanguinolente turque sans tomber dans l'auberge sanguinolente syrienne sauf s'ils font acte d'allégeance et de soumission au dictateur... C'est mal connaître les Kurdes et leur désir d'émancipation et de liberté.

Assad est en train de remporter la guerre sur tous les tableaux grâce à la situation géographique de son pays qui lui a permis d'actionner toutes les ficelles du génial dictateur, bien plus ingénieux qu'Hitler encore. C'est peu dire. En restant cantonné à son territoire, s'accrochant comme un diable à son pouvoir, Assad a fait preuve d'une grande maîtrise de la réalité de notre monde et a pu orchestrer, avec son allié russe indéfectible car ayant besoin d'un accès prioritaire à la Méditerranée, ainsi qu'avec un cynisme et une cruauté raffinés,  son plan machiavélique quasi à la perfection.

Assad is back.

Breakfast in América. Beurk!

Je termine mon billet par un morceau excellent d'Electric Funeral, groupe des années 70 de mon ex-patron Edy Hirt qui a rejoué pour la postérité. Mes meilleures années passées comme cuisinier pour un patron. La Couronne, le King Bar, une légende familiale de coeur et d'esprit dans la vieille ville de Delémont. Trois ans avec vous, c'était bien trop court, Edy et Graziella.