16/10/2019

Les limites du discours mélenchonien

Après avoir fait le succès relatif de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon fait la défaite promise du même mouvement.

Déjà son soutien inconditionnel à Nicolas Maduro, président désastreux du Vénézuela qui ne pense qu'à s'accrocher à son pouvoir, tout en appauvrissant d'avantage son peuple, pour des motifs idéologiques qui ne tiennent pas la route; déjà sont soutien au lider maximo de Cuba, Fidel Castro, très vieux dictateur qui a su utiliser pour les siens l'aura de Che Guevara dans le monde, aura peu objective des atrocités que lui aussi a fini par commettre parce que oui c'était la guerre comme dirait Jean-Luc Mélenchon et que dans la guerre les choses sont très sales et atroces; déjà qu'il n'a pas supporté la perquisition de ses bureaux en prétendant être un intouchable parce qu'élu du peuple...attention Jean-Luc, les dictateurs sont tous intouchables en leur royaume; déjà qu'il joue désormais sur un tableau perdant pour la France Insoumise et qu'il offre sur un plateau, au Rassemblement National de Marine Le Pen, la possibilité de plus en plus réelle de passer au second tour de la future présidentielle et de devenir la Présidente d'un pays devenu alors néo-fachiste et au bord d'une guerre civile d'où les ennemis risquent de se taper dessus comme la Syrie de Bachar el-Assad se tapent dessus depuis huit ans et plus, c'est-à-dire de façon complètement chaotique avec tout le monde soupçonnant son frère ou sa soeur d'être son ennemi mortel...

Le tableau brossé est fort sombre. Mais Mélenchon ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Ses excès d'autoritarisme et de nationalisme le rendent aveugle. On peut comprendre le principe de l'inviolabilité d'un territoire nationale et refuser la guerre en fermant les yeux contre un tyran qui massacre son peuple... A ce taux-là, si Hitler s'était cantonné à l'Allemagne exclusivement, les juifs, les tziganes, les handicapés, les artistes et intellectuels dits dégénérés auraient été rayés de la carte allemande sans que le monde bouge son petit doigt... Un monstrueux criminel libre de ses faits et gestes parce que l'immunité de la nation le protégerait de toute attaque militaire extérieure... Intouchable à l'intérieur; intouchable de l'extérieur, voilà l'homme élu sur le trône tout-puissant à jamais... Non merci Jean-Luc, si je dois voter démocratiquement pour le plus grand des salauds, salaud en devenir libre de tous ses mouvements liberticides et dérives sadiques grâce au pouvoir, je préfère m'abstenir de tout vote prétendument démocratique au départ... 

La guerre c'est sale mais il reste une morale de la "guerre juste" au nom d'un idéal démocratique et au nom de la liberté... Le Débarquement de Normandie devrait rappeler quelque chose à Mélenchon qui me paraît parfois fort amnésique...

Si un dictateur fait de la merde, ce qui est en général le cas parce qu'il pense d'abord, si ce n'est exclusivement, à son clan et au camp idéologique auquel il appartient (Donald Trump suis mon regard avant qu'il ne soit trop tard pour l'Amérique), il ne faut pas l'aider non plus à écraser davantage son peuple, ce que les Russes ont fait pour Assad afin de conserver leur accès à la Méditerranée, entre autre. Les soutiens opportunistes des Kurdes dans cette guerre, jusqu'à nouvel avis, c'était les Américains d'avant la présidence Trump et non les Russes, Américains qui n'ont pas d'amis dans la guerre mais que des intérêts économiques à défendre bien qu'ils disent que leurs guerres se font au nom de la liberté. Cette vérité tenait plus ou moins debout avant l'ultra-libéralisme. Aujourd'hui, on ne peut plus dire que l'Amérique se bat dans le monde pour les autres et au nom des principes démocratiques mais bien pour elle-même et ses propres intérêts géo-stratégiques, et cela depuis les guerres faites au grand satan soviétique d'après la seconde guerre mondiale et aux pays socialistes d'Amérique du Sud comme au Chili de Salvador Allende au début des années 70.

Jean-Luc Mélenchon, il est temps pour vous de partir à la retraite et de laisser peut-être une femme du mouvement prendre le relais pour sauver miraculeusement la France Insoumise d'un désastre annoncé, femme qui pourrait jouer contre Marine Le Pen et pourquoi pas se retrouver contre Macron au second tour. Tout est encore possible à condition de partir, Jean-Luc, lider maximo de la France Insoumise... Besoin d'une Che Guevara au féminin et non-violente dans l'âme qui place l'idéal démocratique tout en haut de son tableau de bord présidentiel...

  

Les commentaires sont fermés.