17/10/2019

Celtes et Egypte pharaonique se reconnaissent dans la défaite

Trois grandes batailles étendues sur à peine un quart de siècle ont assis la domination du futur Empire romain (ex République romaine) sur tout le pourtour de la Méditerranée (Mare Nostrum), notre mer désormais romaine.

Divico, l'Helvète, le peuple du plateau suisse et ses alliés gaulois, furent défaits à Bibracte en 58 avant J.-C. au tout début de la Guerre des Gaules. Vercingétorix, l'Avernois (Auvergne), fut défait à Alésia en -51 et mourut étranglé à Rome cinq ans plus tard sur ordre de César. Marc Antoine (un des trois généraux du second Triumvirat) et Cléopâtre, furent enfin considérés comme dangereux pour Rome et soupçonnés de vouloir faire d'Alexandrie la nouvelle capitale égypto-romaine. Antoine s'orientalise et cela ne plaît ni à Octave, qui risque de perdre son autorité, ni au Sénat qui trouve qu'Antoine est en train de trahir Rome au profit de la reine pharaonique Cléopâtre VII.

C'est donc finalement une bataille marine fratricide à laquelle se livreront les légions fidèles à Antoine et les légions fidèles à Octave. A Actium, en -31 la bataille navale est engagée. Et c'est Antoine qui sera défait.

Très vite, après la mort de Cléopâtre et d'Antoine, Octave se fera appeler Auguste et deviendra le premier empereur de l'Empire romain.

En moins de trente ans Rome brise la résistance celtique et détruit la dynastie ptolémaïque qui existait depuis la disparition d'Alexandre le Grand (-305 avant J.C.), Cléopâtre VII étant la dernière souveraine pharaonique (reine d'Egypte, le titre de pharaon ayant été attribué par les prêtres égyptiens dès le règne de Ptolémée II).

Si Rome triomphe et s'installe désormais de pleins pieds en territoire conquis, Helvètes et Egyptiens semblent alors se reconnaître encore davantage dans la défaite. C'est peut-être pour cela que l'on a alors des assemblées cultuelles mêlant les croyances pharaoniques aux croyances celtiques du côté de Lousonna. Si les peuples pharaoniques sont défaits et leur étrange écriture à jamais déchiffrée par les générations futures avant que la miraculeuse pierre de Rosette (écrite en trois langues et proclamant roi pharaon Ptolémée V) nous donne enfin la possibilité de lire les textes égyptiens; si les peuples celtes sont défaits et leurs rites à jamais mystérieux disparus parce que jamais gravés dans la pierre, il n'en reste pas moins que ces deux cultures multi-millénaires ne sont pas mortes. Elles nous fascinent. Et l'on cherche à en savoir toujours plus sur elles.

Associés à la culture romaine et à la culture grecque. ces 4 cultures réunies avancent désormais ensemble pour le meilleur et pour le pire. Il n'y a, alors, pas de dieu supérieur et unique. Il y a des hybridations, des mixités, des croyances qui se meuvent et évoluent. On appelle cela le paganisme.

Pendant ce temps, un certain Jésus-Christ naît du côté de Jérusalem. Une nouvelle religion dominatrice s'installera plus de trois cents ans plus tard. Rome, après avoir pourchassé et exécuté les chrétiens, va devenir peu à peu chrétienne. C'est la conversion au Christianisme, en 312 ou 326, de l'Empereur Constantin qui va changer la donne et faire du Christianisme une religion reconnue et non persécutée par l'Empire. Mais le paganisme reste très majoritairement au sein des populations. Le Christ n'a pas encore triomphé. Il reste marginal et pas très attractif pour les gens du peuple.

Il faudra sans doute l'arrivée des rois de France pour faire du Christianisme un triomphe religieux en Europe. Une religion née sur les bords du Nil triomphe dans nos sociétés...et cela ne posera aucun problème aux générations futures qui s'étriperont plutôt pour savoir si on a le droit de représenter la Vierge, les saints et les saintes, et Jésus lui-même ou si le Temple doit rester vierge de toute icône. Catholiques et protestants se feront des guerres sanguinaires pour des statues... L'aberration religieuse et le fanatisme...

Et puis, au moment même ou le Christianisme commence à peine à prendre son essor, naît un certain prophète Muhammed. L'Orient n'a pas forcément envie de ce dieu fait homme, provenant du Nil qu'est Jésus et qui a été labellisé par Constantin et ses successeurs religion officielle d'Occident. Muhammed tombe très bien. On mettra sa religion en concurrence immédiate avec celle des Chrétiens d'Occident et on combattra les Chrétiens d'Orient. On prend le même livre sacré d'Abraham (l'Ancien Testament des Juifs), on critique le Nouveau Testament et on refuse la divinité de Jésus tout en fabriquant le Coran écrit sous la Parole d'Allah, Parole Absolue puisque non humaine mais venant directement du Ciel. C'est plus fort encore que n'importe quelle religion pour la manipulation des esprits. Un écrit qu'on ne peut pas toucher sous peine d'être condamné à mort et à l'enfer, c'est le moyen de terreur absolu sur les âmes de populations plus ou moins ignorantes.

Nous sommes au XXIème siècle. Rien à changer. L'esprit de domination des hommes, la soumission des femmes. la soif de pouvoir par la terreur sur les êtres humains. 

J'étais hier soir au cinéma. J'ai vu un très beau film. C'est l'histoire tragique d'une jeune femme algérienne ayant soif d'émancipation. C'est notre Histoire tragique et perpétuelle sous la domination de quelques hommes qui se croit détenteurs de la parole divine et maître de la vie et de la mort de femmes, d'enfants, d'hommes qui ne pensent pas comme eux la spiritualité et la croyance, ou non, en un dieu ou plusieurs dieux...

 

 

 

Les commentaires sont fermés.