05/11/2019

Alix chez les Helvètes, que vogue la galère!

Le dernier épisode d'Alix, la fameuse bande dessinée qui rayonne depuis ma jeunesse, se passe en terre helvète.

Comme je ne l'ai pas encore lue mais que j'ai lu quelques articles de presse parlant de l'événement dont ici https://www.letemps.ch/culture/alix-mysteres-lhelvetie j'ai appris que notre cher Alix est envoyé par César lui-même en fin diplomate dans le but de conquérir les coeurs et les esprits des populations locales... Après la défaite de Bibracte et les quelques 150.000 Helvètes tués dans la guerre et la disparition mystérieuse de Divico qui n'a laissé aucune trace archéologique à ce jour, il n'était sans doute pas facile aux populations renvoyées sur leur terre d'origine par César d'accepter la domination romaine.

Mais Rome a su jouer finement avec des populations farouches et guère habituées à se soumettre (rappelons-nous la morgue de Divico envers César qui lui répond à sa demande d'otages pour avoir le droit de s'installer en Gaule, que les Helvètes ont pour l'habitude d'exiger eux des otages et non d'en donner...). Les Helvètes sont de fiers guerriers. Mais pas seulement. Ils ont aussi des druides, des poètes, des femmes d'influence. Les Romains ne disent pas grand chose de ces braves Celtes qui n'écrivent pas leur Histoire. Sans César, on n'aurait même pas su que Divico avait existé et qu'il avait été le plus valeureux chef des Helvètes.

Le dernier épisode d'Alix essaye donc de nous révéler quelques brides de vérité à travers une fiction bédéiste.

Ce que nous pouvons imaginer aussi c'est que nos Helvètes y ont découvert des opportunités de s'allier à Rome et d'accepter la colonisation. Et l'ouverture des routes transfrontalières en passant par les cols alpins ou celles qui vont traverser le pays dans sa grande largeur était sans doute la plus belle des opportunités pour commercer et s'enrichir alors même que les Helvètes avaient quitté le Plateau suisse aussi à cause de la rudesse du climat. 

Rome apporte avec elle de nouvelles connaissances et ouvre tous les horizons à des Helvètes souvent avides de nouvelles terres et curieux de tout en gens du voyage qu'ils sont. Sans trop bouger de chez eux, les Romains leur apportent les dernières nouvelles de l'Empire et les derniers sursaut de l'Egypte pharaonique dont certains nobles admirent le monde des pyramides, leurs rois, leurs reines.

Bien entendu, tous les Helvètes n'établiront pas forcément des liens durables de bonne entente avec les colons. Certains resteront de farouches opposants à "l'invasion" romaine. Mais dans l'ensemble, l'Helvétie acceptera le destin né de la défaite de Divico devant les armées de César. Dès lors, la mixité des cultures va donner naissance à une sorte d'âme helvétique à la fois fière de ses racines et très ouverte vers l'extérieur. Finies les guerres de conquêtes et l'exode vers de nouveaux territoires. Les Helvètes sont les Helvètes. La Suisse actuelle se construira à partir d'une immense défaite et de l'échec colossal d'un peuple de migrants qui n'avait alors pas encore su s'établir sur un territoire de façon durable. Bien plus tard, quand les conditions de vue redeviendront assez misérable, de nouvelles tribus d'Helvètes partiront vers les Amériques pour fonder de nouvelles colonies locales. Le migrant qui est en nous n'a jamais vraiment perdu de son authenticité à vouloir découvrir un monde meilleur pour lui et les siens...

De glace et de flammes,

de rivières et de lacs,

de sommets et d'abysses,

de forêts et de champs,

nous les Helvètes habitons

la passion du vaste monde.

20191105_0837455.jpg

 

 

 

Les commentaires sont fermés.