15/11/2019

Quand les humains aiment se donner à un dictateur

Le guide suprême, le führer, le gourou.

Ces trois nom pour désigner un dictateur font trembler tout démocrate qui se respecte. Et actuellement, il y a de quoi trembler.

De moins en moins de femmes et d'hommes aiment la démocratie jugée corrompue, inique, ne satisfaisant qu'une frange de la population très riche et mondialisée.

Ce que ces femmes et ces hommes qui attaquent les règles démocratiques refusent de savoir, c'est que la dictature d'un seul homme, ou d'une seule femme (bien plus rare) est pire et bien plus injuste que les règles démocratiques qui se composent de plusieurs pouvoirs et d'équilibres politiques et populaires permettant de faire tomber celles et ceux qui abusent du pouvoir dont ils ont été investi soit par mandat politique soit par leurs capacités à devenir puissants économiquement et influents au sein de la population.

Aujourd'hui, nous installons peu à peu partout des dictateurs au pouvoir, y compris par voie démocratique. Donald Trump étant le pire exemple de cette tendance actuelle. Et comme les dictateurs aiment bien être roi chez eux, ils semblent être les garants de la paix internationale plus que de vrais démocrates qui auraient la responsabilité d'un pays et qui se comporteraient durement avec les chefs dictatoriaux d'autres pays.

C'est pourquoi Joe Biden est attaqué par le régime nord coréen qui dit textuellement qu'il devrait être battu à mort comme un chien enragé parce qu'il serait l'incarnation de la sénilité ultime. 

Rappelons-nous comment nommait Hitler les intellectuels et les artistes qui s'opposaient à lui: les dégénérés, terme qui est resté dans l'Histoire pour décrire les artistes qui ne plaisaient pas au Führer.

Pourquoi les femmes et les hommes se remettent à des gourous tout-puissants lors de crise démocratiques? Ont-elles, ont-ils perdu la foi dans les valeurs humaines? Sont-elles, sont-ils prêts à renoncer à leur propre liberté pour se donner corps et âmes à un pouvoir suprême? Ont-elles, ont-ils perdu le goût de la liberté qui implique responsabilité personnelle et recherche par soi-même de sa propre destinée fût-elle, cette destinée, entravée d'obstacles et de solitude, d'absence de reconnaissance et d'aura médiatique?

Je ne peux pas accepter que nos démocraties s'en remettent à des dictateurs et que cela soit finalement la victoire de l'obscurantisme qui l'emporte sur les Lumières ayant donné naissance à la volonté populaire de vivre libre et sans entrave, citoyen et citoyenne et non esclave d'un régime qui dit pour nous ce qui est bien et ce qui est mal, régime arbitraire et tout-puissant qui décide de la vie et de la mort de ses sujets comme en Corée du Nord justement.

Si Trump est ami des dictateurs c'est que justement lui aussi peut se prévaloir d'avoir des tendances dictatoriales et non plus démocratiques. c'est donc que l'Amérique est en grand danger de guerre civile entre celles et ceux qui se sont donnés un dictateur en la personne de Trump et l'autre partie du peuple qui a la volonté de rester démocrate dans l'âme et dans l'esprit.

Qu'en est-il en France? Si Emmanuel Macron, dit Jupiter, semble très autoritaire et autorisé à faire des jeux de mots pas drôles du tout, je pense qu'il reste encore le garant d'une volonté démocratique organisée par les élites du peuple, élites financières s'entend. C'est son rapport à une France pharaonique qui inquiète, son désir de transformer la France mais au profit des plus forts contre la protection des plus faibles. Cette façon de faire peut effectivement conduire à la dictature et au désir d'une partie toujours plus importante du peuple de s'en remettre non plus à un président démocrate mais à une authentique dictature à tendance fasciste qui dira le bien et le mal à travers sa répression, fera de l'étranger, du migrant, du musulman, du plus pauvre, des intellectuels, des artistes "dégénérés" des boucs émissaires. L'épuration ethnique pourra alors commencer sa sinistre mission. Et la guerre civile commencer dans les villes et campagnes de France...

Il est absolument temps de réagir si nous voulons sauver nos démocraties de leur propre perdition et disparition. L'avenir de l'Humanité ne peut pas s'imaginer sous le règne de régimes de terreur. Nous ne pouvons et ne devons pas régresser à ce point. Cela serait fatal à l'avenir même et à la survie de l'Humanité toute entière. Seule la démocratie est garante de la liberté de penser et de la liberté d'entreprendre. Seule la démocratie est garante d'une justice équilibrée qui refuse l'arbitraire donnant le souffle de vie à des causes perdues à cause de pouvoirs corrompus et cyniques (voir l'Affaire Dreyfus parfait exemple de cette liberté démocratique qui serait alors rendu impossible sous un régime de dictature).

Le peuple a aujourd'hui le pouvoir de dire non à ce qu'il ne veut pas. Qu'il n'ait pas la stupidité de dire oui à un dictateur parce qu'il souffre dans sa chair et dans son esprit. Le dictateur lui mentira encore plus et fera de lui sa chair à canon en créant un désastre encore plus important qu'aujourd'hui sous le règne de Macron. Le peuple a des alternatives. Il peut choisir, par exemple, l'option d'une VIème République avec des moyens de contrôle agrandis sur ses autorités. Il peut se doter d'une présidente au lieu d'un président, présidente (et là je ne pense pas à Marine le Pen) peut-être plus à même d'abandonner ses prérogatives offertes sous une Vème République autoritaire faite pour et par le Général de Gaulle dans des circonstances exceptionnelles. Mais par pitié, la France ne peut pas se donner à un dictateur, à un chef suprême qui mettra la France à feu et à sang.

La dictature n'est pas l'oeuvre d'un peuple évolué. Elle est l'oeuvre d'un peuple soumis, sans souveraineté, remettant sa destinée aux mains d'un gourou, d'un apprenti sorcier, d'un abuseur, d'un violent et d'un violeur, d'un criminel sans scrupule prêt à lancer ses chiens enragés sur une foule d'opposants, de les embastiller, de les torturer, de les massacrer.

Alors chassez loin de moi cette idée sinistre et nauséeuse, cette volonté lâche et arbitraire, de mettre au pouvoir un dictateur pour sauver la France de sa perdition.

https://www.lematin.ch/monde/biden-chien-enrage-pyongyang...

 

Les commentaires sont fermés.