23/11/2019

H & M: esclavage et charte éthique font bon ménage

"Il n'y a pas de salaire minimum."

C'est un haut responsable de l'Etat éthiopien qui parle ainsi pour défendre les salaires dérisoires de dizaines de milieu de femmes éthiopiennes exploitées à la chaîne dans le textile et enchaînées à notre système ultra-capitaliste dont les cadres, grands directeurs, et investissements viennent principalement de Chine...

Et comme le cynisme n'a jamais de fin pour ses gens qui nous dirigent, les grands magasins H&M, qui ont employé à prix d'or la célébrissime actrice Claudia Schiffer, ont aussi créé une charte éthique écolo et socialo responsable en écrivant noir sur blanc que toutes les personnes qui ont élaboré les vêtements sont payées de manière décente permettant aux ouvrières et ouvriers de les faire vivre dans de bonnes conditions et d'éduquer leur famille... A moins d'un franc la journée alors que la location d'une seule chambre coûte près de 40 francs par mois dans ce pays, c'est bien certain que ces femmes ont un salaire décent et approprié au coût de la vie.

C'est d'ailleurs pour cela que ce cher Emmanuel Macron se plaît à insister pour dire que les Français et Françaises ne devraient pas se plaindre autant parce que c'est bien pire ailleurs. Ben voyons! Les milliardaires ont décidé de l'égalité ouvrière par le bas. Donc bien entendu, il faut que l'Europe rétro-pédale aussi dans ses lois sociales pour mettre à niveau tout le monde. Mais attention tout de même. Ils ne sont pas entièrement bête au point que plus personne ne puisse consommer. Ici, les pauvres doivent avoir juste suffisamment de quoi consommer des produits bas de gamme, fabriqués par des esclaves dans un pays très éloigné et représentés par une actrice haut de gamme pour faire croire que le luxe est accessible aux plus pauvres de chez nous, nous sommes en démocratie n'est-pas, tandis que les pauvres de là-bas doivent être soumis à l'esclavage le plus strict pour gonfler à mort les bénéfices et enrichir sans fin les actionnaires. Et le tout emballé dans un paquet cadeau, une charte éthique, pour nous emballer de leur bonté divine et accepter sans réserve cet ultra-libéralisme dévastateur mais si glamour représenté par une magnifique femme-vitrine dont on adore tous et toutes la plastique...

H&M n'a pas voulu se justifier. Les patrons chinois non plus qui ont verrouillé toutes leurs portes aux journalistes de la TSR. En général, quand cela se passe ainsi, c'est du silence des dictateurs que cela révèle car tout dictateur ne parle jamais directement à la populace. Un directeur dirige de son trône et parle à ses sujets qui doivent se taire. Les journalistes ont encore la chance de pouvoir rester en vie...pour le moment parce qu'ils viennent de la Suisse et que cela ferait tellement tâche pour tous ces gros riches s'ils venaient à être éliminés en plein tournage de l'émission. Dégâts d'image énorme et perte de bénéfice mirobolante... Protégés par leurs passeports, nos journalistes nous ramènent ces images effrayantes d'un monde qui refuse de changer et d'un monde qui ne se révolte jamais chez nous en Suisse.

Les cadres d'H & M continuent de dormir sur leurs deux oreilles en se marrant bien de nos élans moraux; les employés et employées de chez nous ne se montrent pas un rien solidaire dans une action commune avec les syndicats pour exiger, en faisant grève par exemple, que les petites mains de l'Ethiopie soient correctement payées pour avoir le droit de vivre au moins au minimum vital et de confort; les consommateurs et consommatrices de chez nous continuent d'acheter tout heureux et à très bas prix des articles qui leur plaisent avec l'excuse assez monstrueuse qu'au moins cela donne aussi du travail à ces femmes qui n'en n'aurait pas sinon...

Et comme notre système est reproductible à l'infini, cela se passe ailleurs comme chez H & M. Personne n'a vraiment envie de sortir de ce système et seuls quelques dizaines de milliers de fous, quelques dizaines de milliers de folles révolutionnaires, à travers le monde entier, cherchent à changer la société. Pour la plupart, ils et elles restent non-violents dans leur lutte. Pour quelques-uns et quelques-unes ils et elles ont pris le chemin radical et très risqué des Black-Blocs (et encore ce chemin n'est pas adéquat vu que les gouvernements s'en servent pour discréditer tout mouvement révolutionnaire).

Si demain matin, H & M se retrouve avec un magasin incendié ou saccagé, il ne faudra pas vous demander qui sont les coupables. Nous sommes tous et toutes coupables de notre propre cynisme et de notre propre indifférence face au malheur que cet ultra-libéralisme mondial développe partout avec notre silence complice.

Comment peut-on encore accepter l'esclavage (le vrai de vrai, hard et sans possibilité pour toutes ces femmes exploitées de le transformer en soft esclavage comme chez nous)? Comment peut-on accepter le mensonge énorme d'une charte éthique qui prétend tout le contraire de ce que l'entreprise pratique en temps réel? Comment peut-on encore acheter et travailler dans une multinationale? Comment peut-on accepter que nos grands sportifs et acteurs/actrices acceptent de jouer avec des vêtements et des ballons issus de l'esclavage alors qu'ils gagnent des millions? Pris au piège, nous acceptons tous et toutes cela au nom d'un petit confort personnel dont nous avons peur de perdre le pauvre privilège.

Ne serait-il pas venu le temps d'une grève générale européenne pour dire non à ce système vampire qui nous affecte toutes et tous et qui détériore année après année nos conditions d'existence chez nous aussi?

L'Humanité ne changera pas et ira à sa fin si nous ne nous donnons pas tous et toutes une main solidaire pour changer de système.

https://www.rts.ch/play/tv/emission/temps-present?id=385293

 

 

 

Les commentaires sont fermés.