20/03/2020

Les petites choses de Monsieur Semmelweis

Ils étaient une fois de doctes médecins, ou plutôt se croyant tels, qui croyaient tout savoir de leur art.

Hors, ils étaient en réalité des assassins sans le savoir. Et quand un homme de science leur déclara une vérité de l'ordre de l'invisible et de l' improuvable, avec les connaissances scientifique et les moyens technologiques qu'ils détenaient, ils se moquèrent de lui et le renvoyèrent.

Hors, les observations de Semmelweis étaient bien visibles et non contestables. Les femmes en accouchement mouraient quatre fois plus dans certains hôpitaux où les médecins pratiquaient indifféremment des autopsies et des accouchements, passant par ailleurs, d'une dissection humaine à la mise au monde d'un bébé sans se laver les mains!

Tandis que les sages-femmes qui ne faisaient que leur métier avaient un taux de mortalité 4 fois inférieur dans leur service! Mieux encore, les femmes qui accouchaient dans la rue avaient apparemment plus de chance de s'en sortir elles et leur bébé que dans un hôpital! On était alors dans les années 1850 à Budapest, nom prédestiné pour la naissance d'un génie de l'intuition qui allait, bien plus tard, mettre en place les mesures d'hygiène modernes que nous connaissons aujourd'hui.

Pourtant, les savants de l'époque dénigrèrent les intuitions de Semmelweis basées sur la simple observation des taux d'infection et de mortalité. Les savants ne voulaient pas croire en l'existence de ces microscopiques choses invisibles, de ces soi-disant êtres potentiellement mortels pour des malades ou des femmes en accouchement.

Ce qui est invisible aux yeux, au toucher, voir à l'odorat et au goût n'existe pas pour l'immense majorité des humains. Et c'est exactement ce qui se passe avec COVID-19. Les gens ne veulent pas croire à sa dangerosité parce qu'il n'est pas en face d'eux comme une armée de soldats et de tanks prêts à envoyer la mort sur eux. Le terroriste invisible terrasse notre système et notre civilisation par l'inconscience et l'ignorance des gens qui, bien qu'avertis mille fois, ne veulent pas réaliser à quel point il est dangereux, y compris pour certains jeunes qui vont mourir en croyant qu'ils ne sont pas concernés par ce virus et les précautions à prendre de toute urgence.

Semmelweis finira à moitié fou face aux comportements obtus et dogmatiques de ses maîtres en médecine. Pour prouver qu'il avait raison il ira jusqu'à se piquer avec un scalpel non désinfecté et mourut d'une septicémie à l'âge de 47 ans. Génie incompris, dépressif face à l'erreur et aux horreurs produites par ses professeurs, persuadé d'un autre côté qu'il détenait une vérité capitale pour la santé de l'humanité, il pestait et accusait les médecins-chefs d'être des assassins inconscients de la réalité. Ce qui aggravait son cas, bien évidemment.

Et nous, aujourd'hui, combien de politiciens ont fait passer les intérêts économiques avant la santé des gens pensant que ce virus n'était en fait guère plus dangereux qu'une grippe courante alors que les gens mourraient à Wuhan et que les autorités prirent des semaines à accepter la vérité venue de médecins lanceurs d'alerte qu'on condamna? Pourquoi toujours ce déni face au danger d'un virus alors que face à une armée d'hommes menaçants, nous comprenons immédiatement qu'il faut se mettre sur un pied de guerre si nous voulons espérer survivre à une invasion de terroristes ou d'une nation qui veut dominer le monde?

Que se passe-t-il en Chine qui ne se passe pas ailleurs? Est-ce vraiment que la Chine fait plus juste que nous en ayant vaincu le virus et en étant en train de gagner la guerre idéologique et économique sur le reste du monde? Ou bien est-ce nous qui n'avons pas compris que la démocratie, la liberté implique une responsabilité individuelle de tous les instants et non cette façade démocratique d'une laideur abyssale qui fait que des citoyens et des citoyennes ne pensent qu'à leur liberté personnelle sans aucune conscience personnelle et altruiste face à un ennemi mortel qui ne les concernerait pas, une liberté et une philosophie sadienne qui dit que tout est permis à l'individu puisque toute morale, toute éthique est contrainte et contraire à la liberté, au droit de prendre et de jeter sans ménagement des gens une fois qu'on les a usés et bien utilisés pour ses propres intérêts, au droit de rejeter et de tuer des gens sans jamais être condamnés par un tribunal des droits humains, au droit de violer des femmes, des enfants, au nom de sa propre jouissance et de la liberté personnelle de prendre sans consentement mutuel et de n'être point soumis à un jugement et de la prison ferme pour de longues années?

Si nous n'y arrivons pas et que la Chine est en train de faire basculer le monde en sa faveur c'est que nous avons dévié de l'idéal démocratique vers un idéal de liberté individuel ultra-libéral qui correspond de plus en plus à la liberté décrite dans l'oeuvre de Sade.

Pour nous en sortir et vaincre les régimes totalitaires, nous devons redonner du sens aux vraies valeurs qui font qu'un pays, une nation est vraiment démocratique, libre et responsable, en pleine conscience des enjeux sociaux et économiques qui se jouent pour toute la population.

Ne nous lavons plus les mains comme Ponce Pilate face à sa responsabilité personnelle dans la mort du Christ. Mais lavons-nous les mains pour protéger les êtres que nous aimons et la population que nous venons à croiser. Prenons maintenant nos distances. Promenons-nous en solitaire dans la nature. Acceptons notre solitude contrainte comme le fait que nous sauvons nos vies et celles des autres mais que nous sauvons également nos libertés et notre démocratie.

Faire preuve de civisme plutôt que de cynisme et de sadisme. C'est cela qui nous permettra de gagner la guerre contre cet ennemi invisible qui nous a rendu la vie impossible et contre des régimes dictatoriaux prêts à faire main basse sur nos libertés.

http://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/semmelweis...

 

 

 

Les commentaires sont fermés.