22/03/2020

Opération "Spring of Mars"

Depuis hier 21 mars, nous avons commencé le compte à rebours des 10 jours les plus longs de la Suisse.

Vendredi, par ses prises de décision, le Conseil Fédéral nous a imposé des règles exceptionnelles au sens très large du terme. Exceptionnelles, elles le sont dans la restriction modulable de nos libertés de circuler (les travailleurs et travailleuses vous pouvez vous déplacer et rentrer en contact avec les gens à votre place de travail, les autres, hormis la course unique au super marché journalière, voir hebdomadaire pour celles et ceux qui ont, primo un véhicule, secundo un grand frigo et un grand congélateur doivent rester à la maison sans aucun contact avec les autres hormis peut-être le hasard d'une rencontre dans l'escalier de l'immeuble ou au milieu de la forêt...

Règles exceptionnelles aussi dans la manière d'affronter la guerre totale au coronavirus. Nous sommes les seuls, en Europe, à adopter un confinement modulable selon les branches économiques non prioritaires. Mon fils, par exemple, travaille toujours dans la toiture sur le chantier de la nouvelle patinoire d'Ajoie avec des mesures de sécurité sanitaire (espace entre les personnes et mise à disposition de gel hydroalcoolique apparemment pas du tout respectés). Furax contre son patron, je lui ai répondu d'exiger une visite de routine d'UNIA pour constater les manquements de son patron qui se moque éperdument des mesures prises par la Confédération. Dans le doute, et dans le but d'apaisement, je lui ai aussi dit d'être solidaire avec ses collègues et d'en parler d'abord à leur patron avant de faire intervenir le syndicat collectivement... J'espère qu'il m'écoutera. En général, un patron mis en demeure par ses employés obtempère sous la contrainte dans ce genre de situation exceptionnelle.

Au premier jour du printemps 2020 a démarré l'opération la plus cruciale pour l'avenir de notre pays. Les décisions prises à Berne nous plongent dans une sorte de Débarquement de Normandie contre un ennemi mortel super armé, super malin, super caché, super invisible. Nos armes sont celles de la surprise stratégique pour le vaincre. Il nous attendait peut-être comme les nazis au Pas-de-Calais comme toutes les autres nations qui demandent un confinement strict. Mais les gouvernements ont-il songé à ce que cela veut dire un confinement strict dans un immeuble de 20 étages avec 500 personnes qui y habitent et des personnes positives au virus qui circulent pour aller au minimum à la boîte au lettre ou sortir Médor? Cela plairait-il alors à ce satané virus de condamner tout l'immeuble en quelques semaines? On a bien obligé certains géants des mers au confinement général. Cela n'a pas empêché les gens de s'infecter parmi durant le temps de la quarantaine.

Alors la Suisse a choisi toute seule le Débarquement de Normandie et l'opération Neptune pour vaincre Satan, soit Covid-19. Nous avons 10 jours pour réussir à pénétrer son ADN et commencer à le mettre en déroute totale et finalement à le vaincre. Si cela ne marche pas, nous perdrons plus de vies, en proportion, que tous les autres pays européens.

Il y aura des morts et des blessés graves; des troupes sanitaires se sacrifiant jours et nuits pour limiter les pertes; des troupes de l'alimentation qui feront tout dans leurs locaux commerciaux pour assurer la sécurité optimum des clients; des troupes policières et militaires assurant que les gens respectent les consignes, des troupes du ravitaillement qui achemineront les vivres et les objets de première nécessité aux pharmacies, aux soignants et soignantes, aux citoyens et citoyennes enfin; des troupes postales et de service civil comme de protection civile pour assurer la logistique et les transmissions; des troupes du génie scientifique et médicales qui préparent la désintégration de cet ennemi invisible; des troupes au travail chargées d'assurer le bon fonctionnement du pays qui permettra aux entreprises de n'avoir pas été vaincue par les bombardements massifs et totaux de COVID-19 sur le tissu industriel de notre pays provoqué par un confinement général ce que paieront cash nos voisins avec le recours à des centaines de milliards d'euros d'aide économique par la banque centrale et les Etats; et puis finalement des troupes citoyennes confinées à domicile chargées de se protéger et de protéger les autres, chargées aussi d'informer au mieux de la situation et de divertir contre la dépression, les désirs de suicide de certain, les risques de violence à la maison ou à l'extérieur, des troupes citoyennes chargées aussi de trouver des solutions innovantes et solidaires permettant à la population de prendre force et espoir en l'avenir.

Nous sommes entrés dans l'inconnu avec une stratégie toute helvétique. Nous avons tous et toutes un rôle important à jouer pour réussir notre débarquement surprise et donner peut-être la solution la plus pragmatique et sensée aux pays qui nous entourent. Mais si nous nous sommes trompés, alors l'ennemi ne fera pas de quartier. Ce sera un désastre monstrueux pour nous tous, un désastre humanitaire, un désastre économique, un désastre politique. Nous n'avons tout simplement aucun droit à l'erreur durant les 8 jours à venir. Lundi en 8 nous saurons si Berne nous a mené dans une impasse suicidaire et à une hécatombe improductive ou si nous Helvètes nous avons réussi à combattre COVID-19 et finalement à vaincre en quelques semaines l'ennemi le plus sournois, invisible, et dangereux depuis la seconde guerre mondiale.

Nous compterons alors nos morts et les chérirons. Nous saluerons alors nos héros et nos héroïnes. Nous serons alors tous et toutes plus fort-e-s dans nos têtes et nos coeurs.

Un pour tous, tous pour un. Citoyens, citoyennes, le temps est au combat pas à la polémique et aux critiques.

L'Opération "Spring of Mars" a débuté il y a deux jours. Tous et toutes sur le front en n'oubliant pas nos enfants, actrices et acteurs de cette guerre faite à ce sale virus.

 

 

Les commentaires sont fermés.