04/04/2020

Les martyrs de la guerre à Sars-Cov2

J.F. Mabut, journaliste de la TdG et blogueur sur la même plate-forme, se demande, comme beaucoup d'autres, si le combat contre Covid-19 est une guerre bien spéciale et si, partant, on peut parler des martyrs de cette maladie puisque toutes les maladies mortelles sont difficilement supportables pour le malade et pour les proches.

Dans une guerre "normale" il y a des héros et des lâches; des maîtres en stratégie et des généraux catastrophiques; des bataillons au combat; des écrivains qui racontent la guerre sous forme de notes ou de roman-réalité; des journalistes qui narrent heure après heure, jour après jour, les avancées ou le recul contre l'ennemi, la comptabilité des morts et des blessés, les vérités et les contre-vérités ou les fake-news, les ordres et les contre-ordres, la posture héroïques de certains soldats touchés morts au front et la douleur des proches qui n'ont pas pu dire au revoir à leurs fils, leur filles, leur père ou leur mère sur le champ de bataille; il y a aussi des hôpitaux de campagne ou de fortune qui sont créés de toute urgence, des navires de guerre hospitaliers, et du personnel admirable qui sauvent des vies ou atténuent les souffrances des blessés.

Si on tient compte de tous ces éléments, alors oui Monsieur Mabut, nous sommes bien dans une guerre contre un ennemi invisible qui déstabilise toute notre Civilisation et qui pourrait même la détruire si nous ne parvenons pas rapidement à le détruire ou au moins à la contenir de façon à ce qu'il ne puisse plus nuire autant à l'Humanité.

Et si demain, nous pourrons nous souvenir de ce temps-là, alors oui, nos morts seront des martyrs comme ceux du 11 septembre ou du 11 novembre tombés subitement sous les actes de terroristes. Médecins, infirmières, ambulanciers, vendeurs, vendeuses, militaires, policiers, ouvriers et ouvrières, et tant d'autres professions se donnant corps et âmes et se sacrifiant pour la survie de la société, mais aussi nos aînés, nos vieux, cloisonnés dans des EMS et condamnés par manque de place dans les hôpitaux et sacrifiés.

Alors oui, sur toute la Terre, nous pourrons tenir dans le monde entier une commémoration du souvenir pour les martyrs du Covid-19. La seule difficulté ce sera de trouver la date mondiale acceptée de tout le monde. Et la meilleure des dates sera celle où la première victime recensé du SARS-COV2 a été officiellement déclarée morte du virus à Wuhan en décembre 2019.

http://jfmabut.blog.tdg.ch/archive/2020/04/03/guerre-d-av...

 

 

Les commentaires sont fermés.