06/04/2020

L'Amérique revit Pear Harbour, Wall Street flambe!

1'500 morts par jour, des villes fantômes, des gens angoissés comme jamais.

L'Amérique a peur et subi les ravages provoqués par Covid-19.

Et pourtant, les Bourses mondiales flambent, anticipant la reprise alors que le cortège funèbre des corbillards défilent dans les rues...

Mais quelle reprise au fait? Une inflation galopante. Des millions de gens sur le carreau, des compagnies aériennes pas de sitôt remises du ko. De nombreuses branches économiques à la limite de l'asphyxie, des compétitions sportives internationales dans les choux pour de très longs mois; des espaces culturels pas du tout sûr de revivre avant l'hiver prochain; et parmi toutes ces branches, le tourisme mondial cassé au moins jusqu'à Noël prochain car qui ouvrira ses frontières et qui n'exigera pas 2 semaines de quarantaine parmi nos voisins ou pays plus lointain? Et la Suisse, quand est-ce qu'elle ouvrira ses portes aux touristes étrangers sans mise en quarantaine?

Pendant ce temps, malgré toutes ses interrogations économiques fondamentales, les Bourses mondiales remontent très rapidement la pente. Un petit 20% de perdu à ce jour après avoir perdu 30% il y a encore à peine 10 jours par rapport à son plus haut du 1er janvier dernier.

Des milliers de milliards de dollars et autres monnaies renfloués dans l'économie par les Etats que restera-t-il à la fin pour les citoyens et citoyennes et les millions de précarisés supplémentaires? L'inflation, les coûts d'assurances, les augmentations de prix, les impôts repartant à la hausse. Du sang, de la sueur et des larmes pour les petits, les travailleurs et travailleuses, les sans-grades. Et les cocotiers, la plage, pour les traders et les actionnaires...comme toujours.

On ouvre les paris. Pendant que des dizaines de millions de gens souffriront encore très longtemps à la sortie de cette guerre virale, les Bourses du monde auront refait tout leur terrain, voir auront dépassé leur plus haut du 1er janvier 2020 au 1er janvier 2021.

Comment? Par quel miracle Pearl Harbour n'aura été qu'un mirage, qu'une fiction, pour la finance? Ce n'est pas un miracle. C'est juste que les milliards et milliards d'argent injectés par les Etats auront d'abord profité aux riches et très riches. Comme d'habitude.

La roue de la fortune ne tourne jamais que dans le même sens au pays des ultra-libéraux.

Aurons-nous vraiment changé? Serons-nous de nouveaux hommes, de nouvelles femmes? Changerons-nous de système politique et financier pour affronter le vrai défi mondial qui nous attend: le changement climatique?

Je ne pense pas. Au contraire. Les ultra-libéraux ressortiront nourris de leur supériorité et de leurs certitudes alors que ce seront les Etats qui auront sauvé une fois de plus leur système financier.

Pour cela, il aurait fallu laisser-faire la nature: un vrai crash de la Finance mondiale et des milliardaires se rendant compte que le cash ne tombent pas des mamelles de maman Etat et qu'il est vraiment temps de faire confiance à l'économie réelle et penser autrement le système et ses paradis artificiels pour une justice nettement plus humaine.

Ce sera peut-être pour une autre fois quand il sera malheureusement trop tard pour tout le monde. Covid-19, malgré toute sa terrible force de frappe, ne semble pas produire de remise en question parmi les grands dirigeants du monde. Et pour cause...

 

 

 

Monnaies de nos Helvètes

En ces temps de Covid-19 et de désastre économique, j'ai envie de vous présenter 4 monnaies trouvées en terre helvétique (endroits indéterminés hélas).

N'ayant jamais eu de nouvelles de qui que ce soit du monde archéologique (celles et ceux qui me suivent sur ce blog savent de quoi je parle), je tiens à vous montrer quelques monnaies que j'ai encore en mes mains (d'autres très belles sont parties par poste il y a 16 mois mais le destinataire ne tient apparemment pas à les faire connaître du public en même temps que mon fameux guerrier helvète...). Ce pays, mon pays, m'étonne de plus en plus mais passons.

Ci-dessous, vous trouverez, dans l'ordre, un bronze aux trois poissons (double face) du pays Lingons (peuple gaulois vivant sur 4 départements français: Côte d'Or, Haute-Marne, Yonne et Aube); pour suivre, un potin aux deux bouquetins (typique de l'Helvétie mais jamais rencontrer ailleurs en double face); puis une imitation grecque, origine Celtes du Danube probable ou alors créé sur notre territoire par un monnayeur appréciant Zeus); enfin, un denier à la palme avec un avers incroyable pour ce type de monnaie helvète déjà très rare dans sa présentation classique (un cheval à l'avers; une palme au revers). Un cheval monté par son guerrier y est ici présenté.

Le bronze aux trois poissons est particulièrement émouvant pour son contexte historique puisqu'il s'agit possiblement d'une monnaie ramenée sur notre territoire par un ou une Helvète lors la retraite de Bibracte qui a vu la défaite de Divico et des Helvètes face à César.

 

Monnaie 1: le potin aux trois poissons

20200406_141505.jpg

 

20200406_141439.jpg

 

Monnaie 2: le potin aux deux bouquetins (ou deux chevaux)

 

20200406_141317.jpg

Bouquetin de nos Alpes galopant à gauche

 

20200406_141349.jpg

même potin mais sur l'autre face: bouquetin de nos Alpes galopant à gauche

 

Monnaie 3: potin, imitation grecque (Celtes du Danube ou création originale helvète?)

20200406_141819.jpg

Zeuz assis à gauche tenant probablement un aigle,

reste d'écriture sur les deux côtés

 

20200406_141640.jpg

portrait de Zeus à droite

 

Monnaie 4: une rareté helvète. Denier épigraphe à la palme (pour la petite histoire, d'après Pline, c'est un Helvète, Hélicon, qui aurait fait connaître le vin aux Gaulois (référence CGB, plate-forme numismatique). Donc, la potion magique, c'est nous! Hélas, notre vieux chef Divico n'a pas réussi à saouler les légions de César pour les battre à plat de couture.

20200406_142725.jpg

La Palme d'Argent (tiens, on a aussi été les précurseurs

du Festival de Cannes. Désolé amis français)

 

20200406_142759.jpg

Le cheval et son guerrier chargeant l'ennemi

(sans doute exceptionnel, voir unique de voir le cavalier montant son cheval sur une monnaie helvète)

 

Voilà. J'espère que la présentation vous a plu. Cela change de l'atmosphère lourde créée par Covid-19.

P.S. Si un spécialiste suisse (officiellement reconnu et pas un margoulin ou un taiseux qui se cache avec le trésor qu'on lui a expédié) des monnaies gauloises et romaines a envie de prendre en charge mon fabuleux trésor pour l'étudier, je suis toujours disponible pour un rendez-vous dès que Covid-19 permettra la rencontre.

On finit en musique celtique avec un groupe suisse.

 

 

 

 

 

Quand une ophtalmologue russe ouvre les yeux.

Les pouvoirs autoritaires ont et auront toujours leurs adeptes.

Le maître du Kremlin, comme le maître de Pékin ou de Washington, savent parfaitement distiller information et désinformation, manipuler et magnétiser les foules en usant le fouet contre les contestataires et les cadeaux de la corruption à ceux qui ont fait allégeance et servent à toutes les sauces, même les moins ragoutantes et criminelles, le pouvoir en place.

Anastasia Vasilieva était une ophtalmologue admiratrice de Vladimir Poutine il y a encore peu de temps. Mais elle a appris à ouvrir les yeux sur la nature réelle de "son" Président.

A trop vouloir regarder les dinosaures dans le parc d'attraction et à admirer leur puissance, on finit par se faire dévorer par eux sans avoir jamais eu l'idée de les transformer et de les figer pour l'éternité en statue de sel.

Si les peuples et les médias ne se rassemblaient plus religieusement autour de ce genre de personnages primitifs bien que parfois aussi très cultivés comme Poutine ou Xi Jinping, on pourrait commencer à construire un autre monde...où les dinosaures ne nous écraseraient plus sous leurs grosses pattes sanguinolentes. Il nous faut assurément des King Kong élus démocratiquement mettant fin au règne planétaire des dinosaures grâce à leur humanité, leur authenticité, et leur vérité intime.

Mais avec des si, on mettrait Vladimir et tous les autres tyranosaures en bouteille pour le Musée Grévin.

https://www.letemps.ch/monde/une-syndicaliste-lutte-contr...

 

4 milliards de masques jetables par jour?

Europe + USA = 1 milliards de personnes x 4 masques par jour = 4 milliards de masques/jour.

Le calcul est vite fait. Et cela ne concerne que les Etats-Unis d'Amérique et l'Europe...

Se protéger, oui. Réserver les masques aux milieux hospitaliers et aux malades, oui. Mais en faire une obligation d'Etat, c'est irresponsable du point de vue de l'approvisionnement, de l'écologie, et du climat.

Personne ne peut satisfaire la demande d'un tel méga marché et qui plus est à des prix  qui deviendront totalement prohibitifs et indécents. L'explosion de la demande provoquera une inflation considérable sur le prix des masques...et au passage, on donnera à la Chine son rôle de première puissance mondiale en dopant son économie du masque, entre autre.

D'autre part, l'usage unique des masques pour seulement quelques heures d'utilisation en fait un produit hautement polluant et destructeur de la nature (la forêt comme matière première et essentielle, je suppose. Mais je ne trouve aucune source sur toutes les matières utilisées dans la fabrication d'un masque chirurgicale...).

Il est important de réfléchir à la nécessité ou non de l'usage du masque en toute situation publique. En faire un usage usuel et obligatoire pour nos sociétés ne sera pas anodin sur notre façon de consommer durable...et non polluant.

Quand les Japonais l'ont adopté quotidiennement aux débuts des années 2000 face aux virus et à la pollution, beaucoup ne l'ont plus jamais quitté dans les lieux publics ouverts comme fermés.

Si le monde entier se met à se protéger en toute situation et de façon imposée par les Etats, combien de forêts nous faudra-t-il détruire en dix ans sur la planète Terre uniquement pour l'usage de cet objet?

Je pense que l'usage du masque doit rester de la responsabilité individuelle et que prendre ses distances comme d'avoir une hygiène des mains correcte sont les meilleures barrières pour se défendre contre Covid-19 pour des gens en bonne santé. Interdire les rassemblements de foule dans l'espace publique tant que le virus ne s'est pas éloigné, c'est correct. Mais imposer le masque durant la durée de l'épidémie en dehors des zones habituelles, comme les hôpitaux ou les cabinets médicaux, ne devraient se faire qu'en des lieux confinés ne permettant pas de respecter les distances sociales recommandées.

Qui serait prêt à payer plusieurs francs pour un seul masque? Et de combien cela renchérirait-il le coût de la santé d'un pays si le corps médical doit se fournir en masques sur un marché en surchauffe où toutes les nations du monde s'arrachent les masques qu'elles ont imposés à leur population?

Il faut réfléchir un peu plus loin que le bout de son nez et de la nation...