10/04/2020

Le fabuleux et frauduleux mensonge de la FED

Il était une fois un marchand de pommes qui n'arrivait plus à écouler ses pommes suite à une grande maladie qui provoqua une énorme pauvreté parmi la population.

Le marché intérieur comme extérieur de son commerce ne fonctionnait plus comme avant. Auparavant, il jouissait déjà d'une cote en surchauffe auprès de ses investisseurs qui spéculaient sans cesse pour obtenir des gains faramineux. La maladie avait aggravée de façon exponentielle cette distorsion entre économie réelle de l'entreprise et son économie virtuelle. Hors, l'Etat, qui se targuait d'être ultra-libéral et de n'intervenir jamais dans la bonne marche des affaires, se mit à faire tourner la planche à billet pour offrir une assurance tous-risques aux investisseurs qui avaient vu la chute de leurs actions à cause de la maladie. Dans le même temps, on promit au marchand de sauver son commerce à n'importe quel prix même s'il ne réussirait à vendre qu'une seule pomme sur tout un mois. Une sorte de jeu de l'avion cloué au sol mais qui vole plus que jamais dans le jeu virtuel proposé par l'Etat devenu ultra-communiste et protecteur pour les financiers et les industriels.

Malheureusement, dans la réalité, le peuple crevait de faim, l'inflation devenue galopante à cause de l'injection massive de fausse-monnaie sur le marché par l'Etat central (le Venezuela n'a pas eu droit au maintien de sa monnaie. Pourquoi l'Amérique aurait-elle droit à un traitement de faveur pour sa monnaie de singe?) rendait le pouvoir d'achat du peuple quasi inexistant et les entreprises ne pouvaient plus écouler leurs stocks produits pour le marché intérieur. Pire encore, le marché extérieur ne reprenait pas puisque partout dans le monde les dirigeants tentaient de sauver d'abord leurs marchés locaux pour conserver les emplois. Plus rien ne fonctionnait et les projections étaient fort médiocres parce que la maladie sévissait un peu partout et menaçait sans cesse les populations.

Le marchand de pommes, lui, ne se faisait pas trop de soucis. Il savait que l'Etat central et lui se tenaient désormais par la barbichette. Il pensait doucement dans sa barbe. Maintenant, si tu me laisses tomber financièrement même que je ne vends plus rien, je dois fermer ma vitrine devenue fictive et les actions de mes investisseurs ne vaudront alors même pas la valeur du PQ. Il se sentait puissant et intouchable. Rien ne pouvait plus lui arriver et il pourrait garder sa belle maison et ses capacités financières pour consommer tandis que le peuple crevait autour de lui.

Le système ne tenait qu'à un fil. Et la révolte populaire grondait partout. Il s'effondra totalement le jour où la Bourse paniqua quand les investisseurs se rendirent compte que les entreprises étaient devenues des coquilles vides (Covid était devenu leur surnom contracté donné par un enfant du peuple) un peu partout. Ce fut alors le crash boursier le plus retentissant de toute l'Histoire moderne. Et l'Etat avait déjà épuisé toutes ses capacités financières. Il n'y avait plus d'Etat et le chaos mondial allait provoquer la disparition des Humains.

Ce scénario pascal n'est pas une chimère. C'est une probabilité si les économistes, les politiques, et les médias ne réagissent pas face à la politique mensongère, frauduleuse, et fabuleuse de la FED.

Suivre le lien donné ici:

https://www.boursorama.com/bourse/actualites/wallstreet-l...

 

 

Les commentaires sont fermés.