12/04/2020

Personnes âgées: vivre et mourir aux arrêts domiciliaires?

 

 

De nombreuses personnes à travers la planète réfléchissent à un plan de déconfinement qui condamnerait les personnes de plus de 65 ans, peut-être 60 ans dans les pays où la retraite est à cet âge, à rester à domicile sans aucun droit de visites, sans voir personne, pas même leurs petits enfants durant une année, voir davantage, dans le but de sauver des vies et empêcher un retour chaotique des malades en milieux hospitaliers.

Cette mesure est tout simplement impossible et inhumaine et elle crée un apartheid social. Cette mesure montrerait aussi que l'économie prime sur tout et que les personnes à risques plus jeunes peuvent travailler ainsi que tous les seniors qui sont encore en activité mais près de l'âge de la retraite.

Imaginer qu'une personne restée en liberté pour travailler se voit du jour au lendemain condamnée aux arrêts domiciliaires lors de son premier jour de retraité-e démontre l'abomination d'une telle mesure de "protection".

Les vieux et les vieilles ne sont pas des bibelots dont la société doit maîtriser le destin. Ils et elles disposent aussi d'un libre-arbitre et leurs droits à la prise de risque doivent absolument être respectés en toutes situations.

Sinon ils se mobiliseront et feront la...révolution dans la rue avec des slogans et des pancartes telles que celles-ci.

"No mamy and papy apartheid" "Nous ne sommes pas des criminels" "Liberté pour les aînés" "Droits de visite non-négociables" "Nés pour travailler, enfermés par la société" "Droits à l'amour bafoués" "Sex in the City for mamy and papy".

Il faut être logique, pragmatique, et surtout humain. Les recommandations de prudence devront continuer à rappeler aux personnes âgées qu'elles forment le groupe à risque le plus important et que leur santé est plus en danger que pour d'autres tranches de la population.

Mais les enfermer, les mettre sous cloche et en cage, comme des coupables et des pestiférés est sans doute la plus cruelle et la plus scandaleuse décision qu'un gouvernement puisse prendre à l'égard des aînés sous prétexte de les protéger.

Nos aînés sont des êtres humains qui ont besoin d'affection, de tendresse, de rires, de joie partagée avec leurs petits-enfants, et même  lier de nouvelles relations amoureuses ou de retrouver des rapports charnels avec leur petit ami ou amie après la période de confinement qui nous concerne toutes et tous, y compris les plus jeunes qui savent adroitement se servir d'un canif (ce qui a bien sûr une incidence sur la courbe puisque virus transmus virus malus stimulus statisticus erectus courbus aurait même écrit César dans sa "Guerre des Gaules" ) face à une décision d'Etat et  qui n'auront jamais respecté totalement le contrat sociétal en couchant à droite et à gauche durant cette période car incapables de maîtriser leur juvénile libido.

Donc oui, il faudra faire avec nos aînés parmi la foule et les aimer plutôt que les insulter et leurs cracher dessus... On sait toutes et tous ce que l'apartheid a fait subir à d'autres groupes de personnes à travers l'Histoire.

Maintenant, mémé et pépé, on fait péter le Schnaps (alors celle-là c'est la plus belle réplique de tous les temps face au corona virus). Tout prochainement dans tous les bars et restaurants de Suisse et du Grand Saint-Bernard.

 

 

Les commentaires sont fermés.