17/04/2020

Anaïs Volubilis

 

 

Ferons-nous encore

du vol à voile

avec nos bouches à bouches?

 

Planeurs acrobates

suspendus au ciel

pour cette prière écarlate,

ton auréole d'adolescence

s'accrochant active et fébrile

aux boules d'incandescence,

ton baby doll d'innocence,

couleur de feu et d'essence,

allumant le grand incendie

de notre licence.

 

Irons-nous encore

au bout de notre alcôve

visiter tes paradis perdus,

ton océan de plaisir

aux fantasmes d'élixir,

lanceurs de sortilèges tantriques

rattrapant ta chute orgasmique

dans le vide de notre petite mort,

périlleuses chevauchées

s'élançant sur tes sables étoilés

finissant au fond de l'abîme

là où la lumière a fait place

au chant des sirènes?

 

Reconnaîtras-tu

le goût de ma salive

sur ta langue éveillée

et l'odeur de mes sens

au bout de tes doigts?

Glisseras-tu encore ta main

sur mon visage

comme une fille de passage

déposant sa trop lourde valise

dans la gare d'un poète?

Et mon sexe rencontrera-t-il

la déesse et son dieu

à ton vagin de vierge

éclairée de la divine lumière

à ton cloître clitoris?

 

Anaïs Volubilis

Sanctus Orgasmus

 

Est-ce un crépuscule

ou une aurore boréale

notre histoire d'amour?

Est-ce ce sinistre virus

ou versus notre amour

qui écrira la dernière lettre

de notre amour latin?

 

J'ai perdu toute raison

à mon existence,

reclus en solitaire

dans mon taudis morose,

reclus en suicidaire

dans ma sinistre sinistrose.

Trente jours déjà

avec cette psychose

au fond de mes tripes

et ce décompte morbide

des victimes et des morts,

soixante de plus prévus

au compteur des jours perdus,

je suis un vieux,

un vieux reclus, pendu

à son arbre des illusions perdues.

J'assiste à mon oraison funèbre

et personne pour les funérailles.

J'ai perdu tes mots doux

aux creux de mon oreille,

ton souffle à mon cou

qui me tenait si chaud

face à ce monde de glace

et d'apparence mondaine.

 

Viendras-tu?

Encore une fois, je t'attends.

Je suis vivant!

IMG-20200415-WA00033333.jpg

 

 

 

Les commentaires sont fermés.