19/04/2020

Rösti Corona chez Gastrosuisse

La Suisse alémanique et la Suisse romande semble aussi très divisées quant à la réouverture des cafés-restaurants

Le Président de Gastro Suisse a laissé éclater sa colère contre le Conseil fédéral qui n'a donné aucune date précise pour la réouverture des établissements publics, ce qui est bien évidemment impossible à prévoir à l'heure actuelle.Au mieux, le calendrier est établi au début juin; au pire cela pourrait être encore plus tard.

Pour Gastro Suisse, ça ne va pas du tout. Il faut ouvrir bien avant. Ce qui n'est pas très intelligent et très responsable dans les conditions de contamination actuelle du virus. De plus, et comme vient justement de le faire remarquer le président de Gastro Vaud, il faut un plan sérieux de sortie de crise avec un soutien, moins massif certes, mais toujours présent au niveau du chômage technique parce qu'au mieux les établissements réaliseront 50% de leur chiffre d'affaire prévu en temps ordinaire. Et je suis optimiste. Ne pas avoir de plan de sortie de crise solide condamnera une multitude d'établissements à la faillite et pour tous les autres, ceux qui tiendront sur la distance, un licenciement massif de leur personnel au moins pour plusieurs mois pour justement réussir à garder la distance et ne pas disparaître tout simplement.

Laisser ouvrir les établissements trop rapidement sans aucune préparation peut amener autant une deuxième vague d'épidémie qui serait alors mortelle pour toute l'économie du pays qu'un chômage dans la branche qui exploserait toutes les statistiques. On rentrerait dans une phase absolument critique pour le pays avec un état psychologique et social de la population qui plongerait dans des abîmes dont on n'ose imaginer la profondeur.

Il faut rester très prudent et la Suisse alémanique doit le comprendre. Actuellement, nous avons une moyenne des cas avérés atteints par la Covid-19 de 300 à 350 par jour. C'est encore beaucoup trop. Si on compte qu'il faut 5 à 7 jours pour que les symptômes se développent, pour les personnes qui ont des symptômes, cela fait au moins 2'000 personnes qui ont la maladie en ce moment et qui ne le savent pas dans notre pays romand. Ajoutons celles et ceux qui ne développent pas de symptômes et celles et ceux qui se soignent à la maison sans aucune consultation médicale avec du paracétamol (il y en a plus qu'on peut l'imaginer je suppose) nous pouvons affirmer, sans trop risquer d'être à côté de la plaque, que 4'000 à 5'000 personnes sont porteuses du virus et n'ont pas encore été pris en charge par les services médicaux et placées en quarantaine stricte.

Pour la Suisse romande, il s'agit au moins de la moitié de ces cas-là puisqu'elle est largement plus touchée que la Suisse alémanique. La Suisse romande compte un peu plus de 2 millions d'habitants. Dans les conditions actuelles, il y a sans doute un peu plus d'une personne sur mille qui porte le virus sans le savoir. Même si un restaurant perd beaucoup de clients, il faut tout de même envisager la visite quotidienne de 150 personnes (sur les deux services) pour un restaurant qui ne sert que des plats de restauration. On ne parle même pas de la fréquentation des restaurants qui offrent en plus une ouverture matinale ainsi que l'après-midi et le soir pour une clientèle qui ne consomme que des boissons.

Sur un mois complet d'ouverture 7/7, un restaurant de ville de grandeur moyenne accueillera ces prochains temps un minimum de 4'000 à 5'000 personnes. Statistiquement, cela donne la possibilité à 4 à 5 clients covid-19 par mois, qui ne connaissent pas encore leur état de santé et qui sont potentiellement transmetteurs du virus, de visiter un tel établissement.

Cela donne à réfléchir si effectivement mes calculs ne sont pas trop à côté de la réalité.

Gastro Suisse veut agir bien trop rapidement que possible. alors que Gastro Vaud veut agir aussi lentement que nécessaire avec un plan solide réellement construit sur des bases objectives qui permettrait de sauver la branche d'un immense désastre prévisible. 

Pour ma part, j'appuie chaleureusement la vision de GastroVaud.

 

Les commentaires sont fermés.