20/04/2020

Covid-19 et libertés individuelles, attention!

La peur d'attraper la maladie semble avoir envahi les Helvètes.

Selon un sondage, nous serions une majorité à vouloir imposer le port du masque dans l'espace public ainsi qu'un vaccin obligatoire une fois qu'il sera disponible.

Vouloir se protéger des maladies infectieuses, c'est bien. Tomber dans une crainte démesurée de type paranoïaque c'est contre-productif et dangereux pour notre santé mentale.

Premièrement et jusqu'à preuve du contraire, la Covid-19 est une maladie essentiellement mortelle et dangereuse pour les plus de 70 ans et surtout les plus de 80 ans, âge où il est généralement admis qu'un être cher puisse mourir d'une maladie quelconque. S'il faut donc que les aînés se protègent de manière efficace contre cette maladie, il est moins évident de vouloir s'en protéger d'une façon absolue chez les plus jeunes. On meurt aussi de la grippe saisonnière...mais généralement pas avant un âge avancé.

La Covid-19 est malheureusement une maladie qui semble pouvoir se transmettre d'être humain à être humain toute l'année et de façon beaucoup plus contagieuse que la simple grippe. D'où un nombre exponentiel de malades au contraire de ce que disait l'OMS et la Chine lors des deux premières semaines d'infection officielle en janvier (en réalité, la maladie était déjà présente en novembre).

Vouloir se protéger à n'importe quel prix de cette maladie n'est donc pas conseillé pour les plus jeunes. Elle est nettement moins dangereuse que le SIDA, par exemple, et les séquelles semblent inexistantes ou peu conséquentes (pas de traitement trithérapique lourd et onéreux durant toute la vie). Les gens guérissent de la Covid-19 comme on guérit d'une grippe voir d'une pneumonie.

Entraver toutes nos libertés sur le long terme c'est faire de nous des êtres maladifs, anxieux, sans joie de vivre, et ayant sans cesse peur de l'autre dans sa vie quotidienne. Je ne suis donc pas pour le port obligatoire du masque en dehors de conditions spécifiques (lieux de travail où la distanciation sociale ne peut pas être respectée, parcours longue durée en train, en avion, en bus, en métro). Dans l'espace public, nous devons avoir le droit de respirer sans masque, sinon même sur nos balcons et terrasses, nous devrons aussi porter le masque nos voisins n'étant pas vraiment loin de nous...

Et comment feraient les gens pour manger ou boire avec un masque sur le visage. Le masque obligatoire c'est la mort définitive des bistrots. Qu'on se le dise. Le Conseil fédéral a le devoir de ramener à la raison (est-ce possible?) cette majorité de sondage gagnée par la phobie de la maladie qui se serait établie parmi notre population.

Concernant la vaccin, une obligation ne me semble pas d'actualité en ce moment. D'une part, nous ne sommes qu'en phase préparatoire d'un vaccin qui n'existera peut-être jamais, ou très très tard, comme pour le sida. Il y a d'ailleurs eu de nombreux échecs d'essais sur des populations concernant le sida. L'injection d'un vaccin inapproprié peut devenir tout aussi dangereux voir encore plus dangereux pour la santé publique.

Tant qu'on n'aura pas un candidat vaccin qui aura fait toutes ses preuves d'efficacité et sans effet secondaire grave, il est très prématuré de dire qu'un vaccin devrait nous être imposé de gré ou de force. Si un jour un vaccin semble donner une bonne protection immunitaire, alors pourquoi pas le recommander chaudement. Mais forcer les gens à se vacciner contre une maladie potentiellement peu dangereuse pour eux me semble une folie parce qu'alors il faudrait aussi forcer les jeunes populations à se vacciner contre la grippe de saison puisqu'elle tue aussi des personnes âgées... Et puis, à la fin, on pourrait aussi se voir imposer le port du préservatif obligatoire par une dictature populaire et avoir des espions de l'ombre derrière nos fenêtres pour voir si tout le monde, y compris les personnes mariées, portent un préservatif au moment de faire l'amour...

Le Conseil fédéral devra aussi faire son travail pédagogique en temps voulu pour éviter la dictature hygiéniste que de plus en plus de personnes voudraient imposer à tout le monde par pure phobie individuelle de cette maladie.

N'oubliez jamais qu'à chaque fois que vous entravez votre liberté et votre libre-arbitre au nom d'une peur irraisonnée vous donnez le pouvoir à des entités de l'ombre qui vous imposent alors leur jeu et leur pouvoir en toute quiétude. Après, il est trop tard. Vous avez perdu votre liberté, vous vivez derrière des fils barbelés, et vous devenez un être soumis, sans courage, sans volonté. Une marionnette au service d'un pouvoir occulte qui se sert de votre addiction à la peur pour vous dominer et vous rendre esclave de sa volonté.

 

 

Les commentaires sont fermés.