22/04/2020

L'insoluble problème des 2M pour la restauration

Que l'on prenne le problème dans tous les sens, il y aura un insoluble problème qui existera dès l'ouverture des restaurants.

Il faut s'imaginer ce que représente deux mètres de séparation entre les gens dans un cadre convivial et en rapport aux grandeurs des tables usuellement utilisées dans les cafés.

On peut effectivement demander au personnel de porter un masque quand les distances seront inférieures à deux mètres. Dans ce cadre-là, le seul soucis sera de supporter ces masques toutes la journée, entre autres pour les cuisiniers devant leurs fourneaux en plein été.

Mais les clients ne pourront pas manger sans masque et, en général, nous mangeons en davantage de temps que 15 minutes quand nous allons au restaurant. Donc, si l'on veut respecter les consignes fédérales, les deux mètres de distance seront absolument nécessaires.

D'un point de vue convivial, ces 2 mètres de séparation entre les gens c'est une catastrophe. Et d'un point de vue de la santé et de l'infrastructure des établissements, c'est totalement irréalisable.

Tout le monde le sait maintenant que nous devons nous tenir à deux mètres les uns des autres dans la nature ou derrière un établi. Donc, en réalité, au mois de juin et si les restaurants ouvrent, il faudra trouver une autre autorisation de distance, soit 1 mètre pour permettre aux restaurants et aux clients de fréquenter les lieux avec une certaine convivialité et un sens réalisable et pratique du travail.

Est-ce que cela sera possible du point de vue de la santé publique? Est-ce qu'après avoir résisté durant près de trois mois, la population comprendra-t-elle que tout soudain, en raison de l'ouverture des restaurants, la distance est diminuée de moitié et est fixée à un mètre?

Nous verrons bien. Mais si cela n'est pas possible du point de vue des spécialistes de la santé alors l'ouverture des cafés-restaurants sera reportée en des temps que les restaurateurs ne peuvent hélas pas connaître.

 

 

Les commentaires sont fermés.