25/04/2020

Ce masque si perturbant

C'est compliqué de porter un masque.

Non que sa pause et son utilisation soient un problème, quoique. Mais parce que le masque induit le fait que nous devrons nous protéger d'une menace potentiellement existante qui peut nous mettre en danger.

Deux mètres de distance observée entre nous mais le visage libre de toute barrière sanitaire, cela nous donne encore un semblant de normalité. Mais porter le masque dans la rue c'est indiqué que nous acceptons le fait que notre liberté soit mise définitivement entre parenthèses au profit d'un risque sanitaire permanent entraînant de terribles conséquences pour la personne mais plus encore pour toute la communauté. Tu portes pas le masque. Tu es le salaud égoïste qui ne pense pas aux autres. Tu portes le masque. Te voilà priver de ta liberté d'accueillir l'autre sans peur et sans parano.

Il faut être clair. Je n'ai pas du tout envie de porter un masque dans l'espace public. Je sais bien que je dois protéger l'autre de mon éventuelle contagion non détectée. Je sais que tout cela est très important. Mais je n'arrive pas admettre que nous deviendrons de fait des dangers permanents pour chaque individu que nous croiserons dans la rue, au travail, et même dans nos familles. On pourrait vivre 100 ans avec cette fâcheuse idée de porter le masque et n'être au final jamais porteur du Covid-19 ou d'un autre virus dévastateur. On pourrait même renoncer à faire l'amour avec un/une partenaire au nom de la sécurité sanitaire et cela durant toute notre vie sexuelle. C'est absolument inouï cette tyrannie de la peur du risque. Nous n'abandonnons pourtant pas la bagnole parce qu'elle tue parfois sur la route. Nous n'abandonnons pas nos postes de travail parce qu'ils pourraient être potentiellement responsables de la transmission du virus. Mais nous abandonnons nos contacts physiques avec les autres. Et nous abandonnons même, petit à petit, l'idée de nous faire l'amour... Nous avons consenti au préservatif. Comment consentir à l'absence de contact physique entre deux personnes qui s'attirent et ont des envies de faire l'amour?

C'était mon petit coup de gueule avant le début du déconfinement, Je n'achèterai pas de masque pour mon retour au travail quand ce sera le temps de reprendre mon activité pofessionnelle. Ce sera à mon patron de m'en fournir le cas échéant. On nous demande de tout sacrifier dans nos vie sauf la nécessité de se remettre au travail. C'est trop demandé à une personne qui a gardé son humanité. Nous sommes des êtres vivants. Pas des robots au service de patrons qui essayent encore trop souvent de nous exploiter le plus possible.

Alors mon masque à moi je l'ai inventé. Il porte des êtres humains près de ma peau, près de mon corps, un masque qui rappelle la proximité intime des êtres humains. IL ne respecte pas la distance de deux mètres entre nous. Au contraire, il montre jusque au bouche à bouche avec une jolie fille. C'est ma façon de me révolter contre notre nouvelle réalité forcée.

 

20200425_211745555.jpg

 

20200425_21174555555.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.