27/04/2020

Dominik Thiem ne comprend hélas pas la Team

Sport individuel par excellence, le tennis est embourbé pour un sacré bout de temps dans la soupe à la menace Covid-19.

Au lieu de faire front avec ses frères d'armes, Federer, Nadal, Djokovic, le quatrième mousquetaire du classement mondial actuel dit non à un fond de solidarité créé pour les joueurs classés jusqu'à la 300ème mondial.

Ce beau geste sportif initié par Roger Federer est pourtant nécessaire pour garder en vie le tennis. L'excuse du manque de professionnalisme supposé des moins talentueux du circuit (moins talentueux qui peuvent devenir un jour des talents monstrueux en fonction de leur années d'ancienneté sur le circuit) ne tient pas la route. Ce n'est pas à Thiem de juger si tel ou tel joueur ne se livre pas corps et âme à la compétition. On ne va pas mettre un flic derrière chaque joueur ou joueuse pour savoir s'il et si elle s'entraînent comme Rafael Nadal jusqu'à ce que mort s'ensuive du taureau. 

La logique d'une telle démarche est ailleurs. Et elle est essentielle pour que puisse survivre le potentiel de la créativité tennistique.

Des familles se sacrifient matériellement pour que leurs enfants puissent devenir un jour des champions du circuit. Les joueurs et joueuses sacrifient une partie de leur jeunesse en vivant dans une relative précarité financière (évidemment quand on peut prendre l'avion pour partir sur tous les continents du monde on n'est pas vraiment au seuil de la pauvreté absolue...). Ils et elles se donnent pour survivre sur le circuit international. Ils et elles sont pour partie l'avenir de ce sport ou alors d'anciennes gloires restées sur le circuit pour le plaisir de jouer encore leur sport favori et de donner la répartie à désormais plus forts qu'eux, la jeunesse montante.

Laisser tomber purement et simplement tout ce joli monde, la Team mondiale du tennis, ce serait, pour la crème de l'élite mondiale, couper la branche sur laquelle elle est assise. Sans numéro 300 ATP, sans les centaines de milliers de joueurs amateurs à travers le monde, il n'y a tout simplement plus de tennis. Seulement une petite élite vieillissante incapable de renouveler ses forces vives. Et des chênes qui finissent par tomber sans jeunes pousses, sans relève. La mort de la forêt tennistique.

En ne voulant pas participer au fond de solidarité, Dominik Thiem ne veut pas comprendre que s'il fait partie du big4 aujourd'hui, c'est aussi parce qu'un jour il a été numéro 300 et que suffisamment d'argent lui ont permis de continuer à forger sa carrière de tennisman.

Dominik nique pas ton sport. On aime tous le tennis et on l'aimera encore plus dans les prochaines années si la solidarité existe entre les frères et les soeurs d'armes.

Changer la société c'est aussi changer les règles d'attribution des gains afin que les plus forts ne se transforment pas en dinosaures fermant leur gueule parce qu'ils profitent honteusement d'un système totalement inégalitaire.

Roger a commencé à l'ouvrir, sa gueule. Il faut continuer sur ce chemin d'un monde sportif plus juste et plus équitable au nom de la beauté du sport justement ainsi que de ses fondations antiques: les lauriers et la gloire du vainqueur mais pas forcément l'empire financier et la domination mensongère sur tous les êtres humains qui ne font pas partie de l'élite mondiale.

BE

THE GORILLA

KILL

THE DINOSAUR

 

Un futur joli T-shirt de solidarité créé cette fois pour la Fondation de Roger Federer en Afrique du Sud en vente sur le circuit et dans tous les magasins textiles du monde?

Roger, je fais appel à toi, à tes soeurs, à tes frères d'armes. Est-ce possible?

Confinement avec Pharrell Williams?

 

 

Les commentaires sont fermés.