04/05/2020

Shine City

 

So long is my way.

Ton visage glissant vers my street.

Le long retour du côté de Shine City

sera une aventure frissonnante

effaçant la trace

de nos longs mois de séparation.

 

Te rappelles-tu de cet orage

et de nos coeurs volant

en direction des nuages?

On se disait qu'un jour peut-être

tout nous serait permis

même le droit de rêver à notre réalité.

Mais il y avait toujours un mais

dans notre histoire d'amour,

des nuages qui s'amoncelaient

au loin au-dessus de nos draps de lit

dans ta chambre à Neuchâtel,

des cumulo-nimbus déversant

nos larmes douces et amers

sur nos vies de bagatelle.

 

Ils disent toujours

que ceux qui échouent

sont responsables de leurs échecs.

Mais ils ne disent jamais

que s'ils ont réussi

c'est que d'autres ont trimé pour eux.

Mais ils ne disent jamais

que si la réussite est belle

l'échec, lui, est héroïque.

 

Ils savent tellement pleurer

et gémir sur leur sort

auprès de maman patrie

quand ils sont en train

de perdre la partie.

Ils savent tellement accumuler

et individualiser les bénéfices

sans jamais penser à partager

avec leur personnel

et collectiviser les dettes

le jour ou une pandémie arrive

en pensant même que le personnel

commence vraiment

à leurs coûter trop cher

et qu'il faudrait songer

à le faire travailler plus

et le payer moins.

 

On parle tellement des indépendants

dans les médias

et de leur malheur

mais on ne montre jamais

les employés qui ne touchent plus

l'intégralité de leur salaire

et qui se retrouvent

trop souvent au minimum vital

avec les factures sur le dos

de leur dromadaire

sachant si bien vivre

dans le désert médiatique

malgré l'aridité

du manque de reconnaissance.

 

Tu vois, mon ange,

je ne pleure pas sur mon sort,

j'arrive même à me débrouiller

d'une façon ou d'une autre

pour que toi et ta famille

ne creviez pas de faim au pays.

 

Tu vois, mon ange,

j'ai toujours  plutôt eu tendance

à individualiser mes pertes financières

et à collectiviser mes maigres revenus

sans chercher midi à quatorze heures

si cela est trop injuste

de vivre avec moins et au final

en faire un plus pour les autres.

 

Parce que l'amour c'est le partage

et que le partage c'est l'amour

alors que l'égoïsme c'est la division

et que la division c'est la haine.

 

Quand tu reviendras,

on ira se faire un petit plaisir

dans un bon restaurant

avec ma cagnotte d'écureuil

pour soutenir un patron

et ses employés de retour au turbin

même si je suis certain

que le patron ne versera aucun dividende

à son personnel à la fin de l'année

en récompense d'avoir super bien réagi

à l'énorme crise actuelle

et de l'avoir sauvé

de la faillite personnelle.

 

Parce que je suis comme ça

et pas autrement.

Parce que j'ai toujours du faire face

à de grosses difficultés

dans mes propres commerces.

Parce que je me suis toujours battu

pour ma famille

et que l'Etat ne me l'a jamais rendu

même quand je ne pouvais pas

assumer les impôts par force obligatoire

d'un père à charge de quatre enfants.

 

Alors franchement,

ils me font doucement rire

ces patrons qui ont pourtant

de belles maisons et de belles bagnoles

et qui paniquent après six semaines

alors que tout leur personnel

est pris en charge par l'Etat

et que la marchandise est au froid

dans leurs congélateurs.

Je dis pas que tous et toutes

ils roulent sur l'or.

Non. Je sais bien qu'il existe

des petits patrons qui galèrent vraiment

pour assurer leur fin de mois

et garder leur entreprise à flot.

Mais je suis sûr

que ce ne sont même pas ceux

qui pleurent le plus

dans le gilet de Maman Etat.

 

Alors n'y pensons plus.

Réjouissons-nous de nos retrouvailles

qui ne seront pas des funérailles

mais bel et bien ce lumineux bonheur

de nous retrouver tous les deux.

 

So long is my way.

Ton visage glissant vers my street.

Le long retour vers Shine City

sera une aventure effaçant

nos longs mois de séparation

et cette grande douleur

de rester solo dans nos existences.

 

A bientôt, my love.

Les commentaires sont fermés.