05/05/2020

Le Conseil fédéral doit être clair...d'ici trois jours

A vouloir précipiter l'ouverture des bistrots, le Conseil fédéral a provoqué une immense incertitude pour les tenanciers comme pour le personnel.

A quelques jours de la réouverture, certains patrons comme leurs employé-e-s ne savent pas encore s'ils seront à leur poste de travail à partir de lundi prochain.

Le Conseil fédéral n'a encore rien dit à propos des RHT et c'est très grave.

De plus, les petits bar-bistrots qui servent le plus souvent une clientèle debout n'ont aucune chance de survie dans les conditions offertes. Les restaurants sans terrasse ont également une chance de survie très limitée.

C'est également sans aucune garantie de pouvoir recourir au chômage partiel à partir de lundi prochain, pour compenser les pertes importantes de chiffre d'affaire prévues, que les restaurants sont désormais condamnés à réouvrir leurs portes.

Les restaurateurs qui désirent garder leur établissement fermé en espérant que les mesures seront moins contraignantes d'ici trois ou quatre semaines ne savent pas s'ils devront alors payer leur personnel (ce qui condamnerait les employés à devoir accepter de prendre leur vacances annuelles pratiquement du jour au lendemain dans les conditions que l'on sait) ou s'ils pourront avoir recours aux RHT à hauteur de 80% du salaire.

Si les employés ne savent pas d'ici vendredi de quelle façon la Confédération autorise ou non le recours aux RHT, il me semble qu'ils ne devraient en aucun cas être contraints de retourner au travail dans des conditions peu claires concernant la durée de leur travail et leur salaire de fin de mois. En effet, s'ils retournent à leurs places de travail selon leur contrat de travail mais que plus tard la Confédération décide tout de même de soutenir encore le patronat par le versement de RHT, il n'est pas du tout correct que le personnel travaille à temps plein alors que leur patron recevra des indemnités de chômage partiel pour eux...

Il est urgent que la Confédération lève tous les doutes et que nous sachions exactement comment la reprise du travail s'effectuera dès lundi pour les patrons comme pour les employés.

C'est la moindre des choses que de respecter non seulement les règles sanitaires mais de respecter aussi le personnel et ses conditions de travail, personnel qui devra retourner au travail dans cinq jours...ou partir en vacances...ou rester au chômage technique.

Cela fait beaucoup d'inconnues à supporter à quelques jours de la reprise.

https://www.letemps.ch/suisse/lausanne-un-restaurant-deux...

 

 

Les commentaires sont fermés.