18/05/2020

La rente-pont et les vieux

Le mois de juin risque d'être celui d'un enterrement de première classe.

L'Etat a répété mille fois aux personnes de plus de 65 ans de rester chez elles durant le semi-confinement et même encore aujourd'hui cet appel reste toujours d'actualité. La limite arbitraire de 65 ans était bien pratique. Elle permettait de dire qu'à 64 ans il n'y avait pas d'excuse valable pour ne pas aller au travail (une infirmière ou un caissier de grande surface par exemple) alors qu'à 65 ans on était trop vieux et on se mettait en danger en faisant ses courses à la Migros...

Personnellement, je n'aurais pas voulu vivre la situation d'être infirmier en avril dans mon dernier mois de travail, être au premier rang et applaudi tous les soir à 21heures par la population, et finir confiné interdit de sortie au mois de mai par ma famille et les voisins me disant sans cesse que je mettais ma santé et la société en danger en sortant à l'extérieur...Culpabilité valant interdit...

L'Etat nous dit que les milliards distribués c'était pour sauver les emplois. L'Economie nous dit qu'il faut sauver du naufrage les entreprises du grand Capital. Et puis maintenant arrive le mois de juin, le chômage va repartir en flèche dans certains secteurs comme la restauration ou la culture. Et au mois de juin, il était prévu que le Parlement entérine une nouvelle disposition fédérale: les chômeurs et chômeuses de plus de 60 ans qui ne parvenaient plus à retrouver un emploi se verraient attribuer une rente-pont jusqu'à l'âge de la retraite.

Mais Maître Corona a passé par là. La droite ultra-libérale et l'UDC se disent désormais que cette nouvelle loi risque de coûter beaucoup plus chère du simple fait que de nombreux "vieux et de vieilles" risquent de perdre leur emploi durant ces prochains mois à cause de ce satané avocat du diable.

Ah mince mais c'est bien sûr! Comment financer cette rente-pont pour ces gens-là jetés par dessus bord par cette Economie qui a touché des milliards? Du coup, les parlementaires acquis désormais difficilement à la cause risquent de revenir sur leur prédispositions au "oui" ce qui risque de faire capoter ce projet "social" et pas du tout capitaliste.

Et du coup, les "vieilles et les vieux" vont se voir éjecter par-dessus bord avec un seul droit au chômage d'une durée de deux ans puis, ensuite, le seul recours aux services sociaux après dilapidation de leur fortune pour celles et ceux qui en dispose d'une.

J'adore. L'avenir, je le peins en noir avec une tête de mort parce que je suppose qu'il y a passablement de chance pour que je me retrouve parmi cette charrette de vieilles gloire qui finira aux sociaux venant grossir la foule des mendiants de la société.

Vite. Il faut que notre Parlement donne encore quelques avantages aux plus riches et aux actionnaires et que la Bourse continue sa belle progression. Ils sont dans la misère. Ils nous le jurent et ils ont la priorité absolue dans les colonnes de nos médias.

Vous y croyez vous à ce nouveau monde, à une société plus solidaire, à des actions solaires propres pour le climat? Du pipeau de poète, oui.

Rendez-vous en juin pour voir si le Grand Confinement a vraiment changé la mentalité de nos parlementaires...grâce au glorieux poète où si tout va continuer comme avant...en pire et en plus dramatique. 

 

 

Les commentaires sont fermés.