28/05/2020

Plaidoyer pour un retour à l'étalon argent

A l'heure où l'argent monnaie semble frapper du sceau d'infamie à cause du risque de transmission de la maladie Covid-19 et où l'argent plastique et même sans aucun contact direct triomphe grâce au coronavirus, il serait bien d'insister sur les vertus de la monnaie physique qui elle, au contraire de la monnaie virtuelle, ne pourra jamais être atteinte d'un virus informatique.

Tout au plus, la corruption d'une monnaie physique faite en mauvais métal la verra tellement se transformer au fur et à mesure des siècles passés dans un état de dégradation avancée qu'on ne pourra plus la déterminer et qu'elle perdra toute sa valeur au cours du temps.

Si j'insiste tellement sur cette nécessité de la monnaie réelle c'est bien parce qu'elle fait partie intégrante de notre Civilisation moderne et mondiale depuis le temps des Grecs, des Pharaons, et des Romains. S'en passer et se tourner définitivement du côté du tout virtuel, c'est s'enchaîner au pouvoir absolu du contrôle du flux de la monnaie et s'exposer tout simplement au plus mémorable casse de tous les temps par des pirates informatiques qui ne se gêneront sans doute pas de semer un virus et une pandémie monétaire sur toute la planète qui co-videra simultanément les poches des citoyennes et citoyens en provoquant un tsunami de pauvreté absolue immédiate au sein de la population. N'est pas si dinosaure que ça, c'est l'avis des dévôts du Bitcoin, celui ou celle qui sait observer les dangers réels de la monnaie virtuelle et qui prône un retour aux belles monnaies d'antan.

Ce scénario catastrophe est possible tant l'informatique réserve de surprises et de faiblesses. Sans même imaginer la banale panne électrique - comment aurait survécu la population du Venezuela durant ses pannes géantes d'électricité durant plusieurs jours - sans la possibilité d'avoir recours à de l'argent liquide? - une banque peut survivre sans électricité et revenir au mode papier de comptabilité si nécessaire mais elle ne peut en aucun cas distribuer de l'argent virtuel sans électricité...

Et n'oublions pas que l'argent virtuel est l'argent du grand banditisme financier et des planques dans les paradis fiscaux alors que l'argent physique est "l'argent noir" du travailleur qui tente désespérément de faire quelques économies et nourrir décemment sa famille en travaillant plus de façon non déclarée voir, dans le champ de la restauration-hôtellerie, d'amener ses petits et gros sous supplémentaire pour le personnel par la bonne grâce de clients satisfaits. Imaginer une monnaie virtuelle obligatoire. Fini le temps où la femme de chambre, le serveur, voir la cuisinière ou le plongeur recevait un pourboire du client. Appauvrissement général de la branche...déjà peu valorisée...

Si j'écris ce billet en période de retour à la vie de la population suisse, c'est encore une fois pour alerter nos autorités afin qu'elles ne laissent jamais tomber la monnaie physique. Mieux même. Je les interpelle pour un retour à une monnaie frappée dans des métaux nobles comme l'argent, l'or et le bronze afin que nos monnaies laissent une trace à travers l'Histoire. Actuellement, à l'image d'euros qui sont sauvées par des numismates et mis à l'abri de la corrosion, et encore l'air agira toujours sur eux, nos monnaies mondiales sont d'une faiblesse absolue sur la durée de plusieurs siècles et millénaires. Rien à voir avec la durabilité des monnaies grecques, égyptiennes, romaines ou même nos monnaies féodales ou modernes jusqu'à l'abandon de l'or et de l'argent dans la fabrication de nos monnayages.

Ci-dessous, en image, un 2 centimes d'euro qui a subi le vécu d'une monnaie perdue par son propriétaire. C'est saisissant. Pas du tout beau à voir après seulement quelques années soumis aux intempéries...

Et d'autres images d'une monnaie en argent pratiquement incorruptible. Seul le sulfure d'argent peut donner, avec le temps, l'effet de l'usure sur de l'argent pur. Et même 2'000 années et plus ne peuvent perturber le portrait d'un jeune pharaon sur une monnaie enfouie dans le désert pendant des siècles.

Y'a pas photo. Il nous faut absolument revenir aux monnaies nobles d'antan. Cela changera peut-être un peu les capacités de corruption humaine en les transformant pour être plus attentif à la beauté et au mystère des métaux nobles.

 

 

20200528_063247.jpg

2 centimes d'euro...après un abandon en terre de quelques années

 

20200528_063147.jpg

Sans commentaire

 

20200527_094223.jpg

Tétradrachme d'argent de Ptolémée V, plus de 2'200 ans.

A gauche, en partie recouvert et taché par le sulfure d'argent qui s'est développé au cours du temps.

A droite, nettoyée de son sulfure d'argent, délicatement et patiemment, la monnaie resplendit dans toute sa gloire éternelle.

Un éclat unique, une pièce unique, un trésor universel.

20200525_071013_Moment.jpg

 

20200527_0942223.jpg

 

20200525_07101333333_Moment.jpg

César, bleu de rage, insultant Ptolémée V

parce qu'il a commandé la plus belle monnaie d'argent

de l'Antiquité.

Mais qui était donc le fabuleux artiste-graveur

et de quel argent pur s'agit-il pour briller d'un tel éclat?

20200525_0710133_Moment.jpg

 

20200427_131938.jpg

Rosace d'argent et jeu d'argent entre nos deux francs helvètes

(monnaies datées entre 1920 et 1967) et le tétradrachme fabuleux

revenu vers nous après plus de 2'000 ans d'Histoire et un parcours rocambolesque. Mystère. Pourquoi est-il tombé par hasard entre mes mains?

20200406_102536.jpg

Et son Aigle pharaonique couronnant le commanditaire

de la Pierre de Rosette. Sans Ptolémée V, les hiéroglyphes n'auraient pas été déchiffrés par Champollion.

 

Comment avons-nous pu et osé nous séparer de nos monnaies d'or et d'argent, voir de bronze? Aucun virus informatique ne peut atteindre ce monde de beauté et de majesté.

 

Les commentaires sont fermés.