30/05/2020

Twenty Dollars Mister George Floyd

 

 

Que vaut ta vie

une fois que tu ne la gagnes plus,

que le système t'a mis à terre,

qu'un virus jette à la rue

des millions d'innocents?

 

Que valent tes rires et tes pleurs,

ta souffrance, ton désespoir,

ta force mentale et physique

pour affronter la nouvelle réalité

et protéger tes gosses

à la merci des salauds,

les élever, les nourrir,

leur donner du pain, ton amour,

ton partage et ton bonheur

les faire grandir dans l'honneur

malgré la lèpre, le déshonneur

de leur système Capital

qui décapite les pauvres,

les mecs qui se sont battus

depuis tout petit pour réussir

leur existence sans jamais rien céder

à la corruption, à la dope,

à la violence, à la domination.

 

George, je devine ton pouvoir

qui circule de tes veines de Black

à mes veines de White.

Nous sommes frères dans la lutte,

du même rang, du même combat,

du même horizon, du même idéal,

pour mettre fin aux inégalités

et au fracas du monde.

 

George, ils ont eu ta peau

pour twenty dollars,

un faux, un Farinet,

un bout de papier

qui n'avait pas la frappe originale

d'un gouvernement à la dérive

sauvant le système

à coup de planche à billets,

de milles milliards de dollars

finançant sans effort

la poche des manias,

ces maniaques de la finance

qui veulent garder leurs yachts,

leurs îles, leurs palaces, leurs villas,

leurs girls de twenty years

qui se prostituent pour sortir

avec les riches, les bousilleurs,

les barbouzeurs d'humanité,

les partouzeurs sans honneur,

les massacreurs du peuple,

les faiseurs de haine et de division.

 

George, on ne va pas lâcher

le combat et notre honneur.

George, ce genou sur ton cou,

ce flic dominateur assis sur ta nuque,

c'est pas l'affaire d'être Black or White.

Trop facile pour eux et leur or

de semer la confusion et la division

partout dans nos coeurs et nos corps.

C'est notre affaire d'hommes d'honneur,

de bodygards

contre un système d'oppression,

de soumission et de domination,

d'obéissance à des milliardaires

qui tirent sur toutes les ficelles

pour nous désunir

et nous empêcher de voir clair

dans leur jeu.

 

Insoumission,

gardienne de notre mission.

Hip-hop,

gardien de notre résistance.

Ne jamais céder à l'indifférence.

Se lever encore tous les matin

avec ce pouvoir de ouf,

se soulever avec nos mots

qui cognent comme des brutes

sur l'inconscience de ce monde.

Et rejoindre la rue,

les frères, les soeurs qui se révoltent

contre les violences du pouvoir.

Mourir avec honneur

si c'est notre destin.

Se battre en gilets jaunes ou en gilets noirs

pour la bonne cause

mais...

 

Ne plus laisser les salauds

dominer la Terre.

Ne plus laisser ce système

trahir nos idéaux.

Ne plus craindre la guerre

si la guerre est notre dernière option.

 

George, tu voulais marquer ton temps.

Tu l'as réellement fais, frère.

Mais tu as perdu la vie pour ça

sans savoir quelques minutes avant

que ce serait de cette façon

que tu marquerais l'Histoire

de ton fight spirit et de ta bonté.

George, tu voulais nourrir tes gosses.

Tu la fais, frère,

tu la fais au centuple.

Mais tes enfants ont perdu leur père

pour la slot d'une slut

au service de Donald Trump

et de son système de merde.

Ils savent maintenant

que tu étais un héros

à cette noble cause,

celle qui attaque

un système mondial

détruisant le corps social

et réduisant à la mort

les meilleurs d'entre nous,

les plus humains,

les plus aptes à être leaders

en ce monde votant pour des fous,

des sociopathes, des narcissiques

projetés au sommet

de nos démocraties perdues

parce que le fric déforme tout

et qu'il suffit d'être riche

pour être quelqu'un ici bas

alors que pauvre

tu n'es forcément que rien,

que tes mots ne comptent pas,

que ta vie ne compte pas,

un type invisible qui bosse

pour nourrir ses gosses,

un gardien de boîte de nuit

qui raccompagne

à son taxi une femme

pour lui éviter des ennuis,

un sportif géant sans doute

trop gentil et trop fair-play

pour réussir à se faire

sa place au soleil d'août.

Ce type, c'était toi,

George.

ils t'ont bousillé

la vie avec ce genou assassin

sur ta gorge.

 

Nous sommes

des centaines de millions

à travers le monde

à nous soulever

pour résister encore et toujours

contre leur système à bout de souffle

qui jour après jour prouve

son irresponsabilité et son horreur,

son déshonneur et sa prédation.

 

Il est trop tard

pour sauver les traders.

Ce n'est pas Wall Street

notre combat quotidien.

Il est trop tard

pour nous mettre à terre.

Ce n'est pas la soumission

qui nourrit nos corps et nos âmes.

Nous sommes debout

depuis si longtemps

qu'ils ne pourront pas

nous voler la victoire.

Nous sommes des insoumis,

des objecteurs de conscience,

des femmes et des hommes

qui savons parfaitement

que nous avons rejeté leur temple,

l'église ultra-libérale et ses gourous

afin de mettre en place

un monde de protection et d'humanité,

un monde de respect et d'amour,

un monde normal

contre leur monde anormal et bestial.

 

Parce que nous savons

que si nous perdons le combat

c'est l'Humanité entière qui disparaîtra

rayée de la planète Terre.

Parce que nous savons

qui si nous renonçons au combat

c'est comme si nous assassinions

nos propres enfants et petits-enfants.

 

Merci George.

Nous ne t'oublierons pas.

Nous pouvions compter

sur ta grandeur d'âme

et ta douce protection.

Tu peux compter sur nous

pour être gardiens et gardiennes

de ta mémoire,

de ta vie de passion

et d'insoumission.

 

J'ai twenty dollars

à mettre dans la slot d'une slut.

Et tant pis si j'y perd la vie.

 

R.I.P.

George Floyd

Les commentaires sont fermés.