11/06/2020

Déboulonner de Pury mais porter les T-shirts du Mal contemporain

Quel monde étrange vivons-nous.

Nos jeunes guerriers sont partis guerroyer sur les terres de notre passé. Comme des détectives au service d'une nouvelle police des bonnes moeurs ils traquent les personnages douteux pour notre époque mais au passé glorieux.

Du Capitole (du Capital aussi) neuchâtelois à la roche tarpéienne il n'y a qu'un pas et David de Pury assiste, impassible, à la guerre que se livre la nouvelle génération neuchâteloise aux anciennes qui refusent qu'on jette à terre l'héritage du passé et cette statue qui trône au centre de la Ville de Neuchâtel accueillant tous les pigeons du coin.

De Pury l'esclavagiste, de Pury le négrier, de Pury le salaud. Oui mais pas seulement. C'était au temps où le Noir était vu par le Blanc comme un sauvage, une sous-espèce humaine, une sorte de gorille dont on pouvait exploiter les capacités physiques en le maintenant dans l'ignorance de ses droits humains, de son droit à l'égalité de traitement. Une fois colonisé par les Blancs, à l'armement infiniment supérieur aux machettes des populations noires ce qui a permis cette exploitation et cette horreur, il était si facile pour les colons d'en faire des proies faciles et dociles, créer ce régime artificiel oppressif de maîtres et d'esclaves, soumettre à la volonté des Blancs toutes ces femmes et ces hommes à la couleur de peau différente. C'était simple et efficace et même quand les métisses ont commencé à constituer une part importante des populations (parce que pour niquer les jolies "négresses" les Blancs ne craignaient pas l'impureté corporelle) ils ont été associés à la bâtardise, à l'impureté de la race, et donc eux aussi considérés comme sous-race. Hitler n'existait pas encore mais l'idée de race blanche pure et supérieure avait ses ancrages, ses théoriciens, et son système d'esclavage bien huilé. Les têtes blondes occidentale à peine nées étaient éduquées dans cet esprit de différence communautaire ou le Noir et les populations métissées n'avaient pas voix au chapitre des droits humains et pouvaient être soumises à l'homme Blanc tout-puissant et sa religion chrétienne pour le moins déviante des paroles du Christ (lui-même pas Blanc pourtant! tout comme d'ailleurs un certain Adolf Hitler, qui, bien plus tard n'avait ni les yeux bleus ni les cheveux blonds mais prônait la race aryenne. La folie et la mauvaise foi des racistes et des fascistes n'a aucune limite...).

Mais revenons à nos moutons. Faut-il déboulonner le "bienfaiteur" David de Pury de son Capitole et le conduire coucher à la roche tarpéienne d'en face pour le faire exécuter sous les sabots de nos nouvelles vaches? L'homme, dont la richesse a contribué à la renommée de Neuchâtel, n'a fait que participer à cette échelle des valeurs humaines absolument monstrueuse et condamnable de nos jours. Il n'en était pas l'instigateur mais un simple opportuniste de l'époque qui voguait en père peinard avec l'air de son temps en profitant un maximum des opportunités qui lui étaient offertes en toute légalité pour commercer et s'enrichir. A l'image de nos milliardaires actuels qui usent et abusent des législations en vigueur dans certains pays pour exploiter les enfants, les femmes, et les hommes de manière éhontée avec la complicité de nos gouvernements et nos populations occidentales consentantes... Mais bon sang mais c'est bien sûr nos jeunes ne portent aucun habit et basket issus de l'exploitation des enfants et des adultes fabriqués en de lointaines contrées... Et que lit-on sur ces jolis habits de bonne manufacture? Le nom de la marque du diable, du Mal qu'on refuse de voir comme Mal mais qu'au contraire on adule et vénère en toute bonne conscience BCBG et qui fait de toi quelqu'un dans le vent et non un bad boy, un sauvage révolté qui refuse l'exploitation et la domination du monde par une petite élite colorée (le racisme c'est mal, bien entendu, dixit United Colors of Benetton) composant à peine 1% de la population mondiale. Nike, Puma, Adidas, Zara, H & M, Dior, Morgan, Louis Vuitton, etc. et que nos stars du sport et de la culture portent sur eux contre monnaie sonnante et trébuchante. 

Bon les jeunes. Je veux bien vous aider à déboulonner David de Pury pour lui trouver une place dans un Musée neuchâtelois mais à la condition que ce ne soit ni un grand sportif d'aujourd'hui, type Roger Federer (que j'admire et j'aime comme personnalité) qui gagne des centaines de millions complémentaires grâce à des contrats signés avec de très grands sponsors exploiteurs (mais Rogeur n'est pas esclavagiste bien au contraire il aide, avec son pognon de dingue, à l'instruction de milliers d'enfants en Afrique du Sud), ni même George Clooney qui prennent sa place sur la Place des Pigeons. Peut-être que George Floyd, à travers l'horrible vidéo de son meurtre, pourrait-il être le visage et le symbole mondial le plus adéquat de l'oppression de l'ultra-capitalisme sur les petites gens aux faibles revenus et jetés à la rue par ce sale temps de Covid-19 et d'exploitation encore plus éhontée des populations tandis que la Bourse atteint de nouveaux sommets d'indécence...

Je verrais bien le doux géant venir se reposer et tenir refuge aux pigeons de notre bonne vieille Place de Pury transformée en Place George Floyd puisque les deux actualités se tamponnent dans le temps.

De Pury c'est le passé refroidit. Mais le présent brûle d'injustices et d'indécence, de discriminations communautaires et de salauds sans état d'âme et de conscience. Les jeunes, battez-vous pour les vrais combats du jour. Des enfants, des femmes, des hommes, meurent toujours d'esclavagisme à travers le monde et le Mal actuel qui ronge notre Civilisation c'est le Capital et son modèle ultra-libéral qui permet tous les abus de confiance et toutes les divisions communautaristes.

https://www.arcinfo.ch/articles/regions/canton/david-de-p...

 

20200602_07322000.jpg

Le lion de George Floyd

Les commentaires sont fermés.