15/06/2020

Le métal de cloche et la monnaie de la Révolution française

La monnaie c'est bien plus qu'une simple histoire de moyen de paiement d'un bien ou d'une prestation.

La monnaie c'est l'Histoire alors que la cryptomonnaie et autre argent plastique c'est l'ignorance de l'Histoire, la fin d'une Civilisation...

J'insiste là-dessus car tous ces grands spécialistes, qui se targuent d'être des génies monétaires en traitant les partisans de l'or et de l'argent physiques de barbares défendant un monde appartenant à celui des dinosaures au détriment de leurs inventions qui seraient hautement moderne et civilisée, nous vendent du vent. Ce sont des charlatans des temps modernes, des trafiquants d'or artificiel, l'or des fous de notre temps, Bitcoin et autres créations bancaires uniquement axée sur l'argent virtuel.

Aujourd'hui, je vais vous parler du métal de cloche qui servit jadis, pour la première et la dernière fois dans l'histoire des monnaies depuis l'Antiquité, à frapper la monnaie durant la Révolution française.

Cela n'a l'air de rien de parler de la monnaie. Hors cela révèle l'état d'esprit de toute une époque. Et pour cause. A la Révolution, les populations sont inquiètes de tous les chamboulements qu'elle amène. Les riches tentent de cacher la monnaie ou l'expédient à l'étranger chez des amis ou de la famille sûrs. La France manque cruellement de pièces d'argent circulant sur le marché. Les nouvelles autorités révolutionnaires manquent de tout économiquement et surtout elles manquent de matière première. L'or et l'argent se sont évaporés dans des coffres secrets. Il faut trouver du métal disponible rapidement.

Elles ordonnent alors la saisie de 100'000 cloches des églises en 1792. Mais le métal est récalcitrant. Les monnaies sont de mauvaises factures. Les écritures sont parfois rendues illisibles et le métal est cassant. On cherche de nouvelles méthodes de frappe pour rendre la monnaie plus convenable à la frappe. Cette expérience ne durera que deux ans. Les cloches partiront ensuite dans les usines d'armement pour produire des canons. Fin de l'expérience.

Ces monnaies sont uniques dans leur genre. Et elles nous apprennent tellement de choses intéressantes sur ce temps-là. Les collectionner nous amène à parler de notre Histoire. Mais comment collectionner des monnaies cryptées et raconter leur histoire?

Je vous laisse y réfléchir. Pour ma part, il est clair et net que nos Etats, pour quantité de raisons, ne doivent en aucun cas abandonné la monnaie physique de notre quotidien. Auquel cas, il y aura de nouveaux Farinet près à prendre le relais du Valdôtain valaisan qui frappa de la fausse-monnaie pour la cause des pauvres.

20200615_143910.jpg

Monnaie de 2 sol An 2 1794 métal de cloche

atelier Limoges de l'époque du Directoire (très rare)

 

20200615_144009.jpg

 

 

20200615_144123.jpg

Même monnaie sur la tranche où on distingue bien

la difficulté de frapper ce métal

(posée sur une balance artisanale géniale brevetée hyper simple et d'une grande précision qui permettait d'identifier immédiatement les vraies monnaies fédérales helvétiques en argent de 50 centimes, 1 francs, 2 francs, 5 francs petites thunes, et 5 francs grosses thunes des fausses monnaies créées dans un alliage de métal différent. Modèle unique de musée fabriqué en Suisse que je n'ai retrouvé nulle part sur le web ni en image ni en descriptif)

pour aller plus loin dans votre lecture:

https://www.cgb.fr/la-convention-2-sols-dit-a-la-table-de...

https://www.monnaie-magazine.com/les-monnaies-en-metal-de...

https://www.emonnaies.fr/le-blog-emonnaies/le-metal-de-cl...

 

Les commentaires sont fermés.