22/09/2020

De la désobéissance civile, cette mal-aimée

La Berne fédérale s'est réveillée ce matin avec des tentes d'Indiens devant sa maison.

Que faut-il penser de cette occupation des lieux par une tribu d'éco-responsables qui désirent ardemment que le Conseil fédéral et le Parlement se pressent dans les décisions décisives à prendre face au rouleau compresseur de l'Economie ultra-libérale?

Comment faut-il apprécier la prise en otage de la place publique par cette jeunesse révoltée qui désire des décisions radicales en faveur de nouvelles normes climatiques?

Voilà les noms d'oiseaux qui volent de la part de ceux qui défendent, à l'instar d'un certain Donald Trump, l'Ordre et la Loi. Ce sont des fainéants, des anarchistes, des jean-foutre, quand ce ne sont pas des personnes qui veulent terroriser et régner par la dictature.

Rappelons tout de même que parmi les soutiens de cette mouvance non-violente, il y a même un certain prix Nobel de chimie, Jacques Dubochet, qui a inventé l'eau froide afin de calmer les parlementaires les plus furieux qui seraient prêts à prendre les armes contre ces crades et merdeux anarchistes. Après tout, ces gens de rien ne seraient que de misérables crève-misères qui vivraient au crochet de ceux qui bossent et qui paient les assurances sociales. Des parlementaires bien dans leur peau et qui aiment la justice et la loi parlent ainsi de ces agitateurs et agitatrices mais ces mêmes parlementaires aiment l'ordre et la loi quand ils vont toujours dans leurs intérêts bien compris.

Il faut rappeler aux bourgeois qu'au temps de Louis XVI, une bonne partie d'entre eux qui subissaient l'arrogance et le mépris des nobles, se sont alliés avec le peuple et le monde des artisans et des paysans pour abattre la monarchie et créer la démocratie. Aujourd'hui, clairement, une partie de cette bourgeoisie profite de la manne des puissantes multinationales. Les néo-aristocrates modernes ne commettent pas deux fois la même erreur. Ils savent que s'allier au camp bourgeois, c'est s'allier une majorité populaire lors des votes cruciaux. Pour les autres, et cette jeunesse l'a bien compris, les votations donnent des résultats lents, très médiocres, et consensuelles qui ne font que repousser l'urgence climatique aux calendes grecques.

Si cette désobéissance civile est radicale c'est que notre système ne peut plus se satisfaire de demi-mesures. Nous pouvions commencer le travail dans les années 70 déjà. Un demi-siècle nous sépare de ce temps-là et la tragédie climatique s'est accélérée parce que l'ultra-libéralisme et son gigantisme consumériste a tout écrasé sur son passage en rapetissant notre capacité de conscience et en aiguisant notre appétit matérialiste à travers des campagnes publicitaires, un matraquage idéologique des cerveaux qui a rendu les populations entièrement dépendantes au modèle capitaliste. Si je n'ai pas ma Rolex à 50 ans, je ne suis rien disait l'autre.

Le Parlement fédéral a la loi pour lui. Certes. Il peut faire évacuer cette jeunesse en mouvement. Il peut porter plainte et jeter des jeunes filles et des jeunes gens en prison pour entrave au bon déroulement de la session parlementaire et occupation illégale de la place fédérale.

Mais cela ne fera que renforcer le camp des sympathisants et des sympathisantes à la cause. Et cela pourrait même fissurer le ronron des chambres fédérales où certaines et certains parlementaires nouvellement élu-e-s soutiennent discrètement cette occupation illicite et cette action de désobéissance civile.

Les jeunes n'ont plus envie d'être bernés par des promesses jamais tenues. Ils sont à Berne pour exiger une avancée herculéenne des travaux climatiques. Que cela plaise ou non au camp bourgeois, il va bien falloir changer de rythme et s'ouvrir à la révolution verte.

C'est comme cela que l'on sauvera aussi la démocratie face aux dérives autoritaires et les dangers de tyrannie que le monde entier court à travers des dirigeants populistes qui ne s'embarrassent pas trop de la loi quand cela gêne trop à leurs plans personnels. Il suffit de regarder l'Amérique d'aujourd'hui pour comprendre mes propos.

L'ordre et la la loi, c'est aussi une invention perpétuelle et une remise en question de nos valeurs trop bien assises sur des lauriers faisandés. Que dirait le peuple aujourd'hui si les objecteurs de conscience et leur désobéissance civile de jadis étaient encore jetés en prison pour entrave à l'ordre et la loi?

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.