03/10/2020

America First, le razzmatazz, et Donald Trump

Il vous a appris à danser le razzmatazz sur des airs faustiens. Il a aimé rire avec ce virus. Il a dit sans cesse qu'il était le plus grand et que l'Amérique grandissait avec lui.

Les gens ont adoré son show. Ils ont adulé le personnage de fiction et sa façon de se foutre de la gueule de celles et ceux qui lui disaient que ce coronavirus était vicieux et dangereux. Et maintenant le virus joue les juges de paix de son élection présidentielle. Le coroner fera ses investigations pour savoir où et quand le Donald a été infecté.

Mais si le Donald ressuscite comme le Boris, alors il sera encore plus grand et adulé. Il deviendra le président invincible, celui sur lequel le pays doit compter encore et toujours pour permettre à l'ordre et la loi de prospérer dans une néo-dictature.

Donald Trump mène le combat électoral de sa vie sur un lit d'hôpital. Un prompt rétablissement, comme le lui souhaite ses adversaires et les gens normalement humains et non cyniques, c'est un gage de victoire totale en sa faveur. Une mise en quarantaine prolongée et une maladie quasi fatale pour lui, une chance de sauver pour un temps le modèle démocratique américain.

Entre les deux, que faut-il le plus souhaiter? Que Goliath vienne à bout de Covid ou que le petit monstre terrasse le géant et remporte la victoire électorale sur le tapis vert de Shrek en faveur du seul candidat qui a su prendre la mesure du danger en se protégeant lui-même et en protégeant les autres et tout son peuple de l'infection et de la contamination globale de l'Amérique?

Whats Up Duloc et son futur locataire?

https://youtu.be/JIeC47gu-dY

Les commentaires sont fermés.