12/10/2020

Covid19: se confiner dans ses certitudes intimes...

Y aura-t-il reconfinement de la population ou pas?

Si l'on veut rester rationnel et terrien, cela ne dépendra pas des pertes économiques, insupportables en cas de fermetures des commerces et industries, mais bien de nos capacités hospitalières et médicales à gérer ou non un nouveau pic épidémique.

Tant que les hôpitaux et le système de santé arrivent à faire face il n'y aura pas de reconfinement imposé de la population. Tout le reste ainsi que les commentaires associés des savants et des sachants des réseaux sociaux ne sont que des certitudes intimes individuelles qui se sont malheureusement confinées dans leur étroitesse d'esprit après de trop longues heures à étudier, que dis-je des nuits et des jours, à avoir traqué le virus sous toutes ses coutures même les plus invraisemblables à travers Internet pour en interpréter l'intégrale Vérité assénée à coup de massue par eux à travers des commentaires assassins et péremptoires.

Ce qui est encore plus pénible que le virus et la maladie eux-mêmes, ce sont tous ces points de vue bouffis de certitudes qui ont font des tonnes sur le Web pour persuader les autres qu'ils ont atteint le sommet de la connaissance sur Covid19 et qu'ils ont rasé les Alpes pour rencontrer la mer Casse-Pied dans leur miroir de Narcisse.

Pour ma part, il est nécessaire de faire attention mais pas trop quand même. Il est juste de ne pas stigmatiser les jeunes et de les laisser vivre leur jeunesse tout en leur demandant d'être respectueux et protecteurs de leurs aînés en respectant les consignes de base. Il est nécessaire de porter le masque dans les espaces publics quand la population y est trop dense. Il est indispensable de tenir compte du danger présent mais pas plus que de tenir compte de tous les dangers que nous côtoyons chaque jour (comme regarder à gauche et à droite avant de traverser la route, conduire prudemment, éteindre le gaz avant de quitter la cuisine, manger sainement et pas trop lourd, boire de l'alcool avec modération, éviter la consommation de drogues ou de médicaments inutiles, ne pas trop lire d'âneries et devenir un fou complotiste, etc., etc.).

Je n'ai aucune certitude concernant le modèle parfait qui permettrait de nous défendre ou pas contre ce satané Covid19. J'essaye seulement de comprendre quels messages il est préférable de retenir pour lutter efficacement contre lui et sa propagation. De là à en faire une fixation mentale qui m'empêche de vivre ou au contraire qui me pousse à vivre à cent à l'heure au mépris de ma santé et de la santé d'autrui, c'est ni l'un ni l'autre. Je prends les risques nécessaires pour continuer de vivre et à aimer tout en évitant au mieux de prendre des risques trop grands pour ma santé comme pour les personnes que je côtoie dans la vie.

Une attitude de montagnard, un pied qui s'assure, sans parano, du terrain sur lequel je marche, un regard tourné vers la météo covidienne du jour, prise de risques calculée et modifiable selon le niveau d'infection de la population, encordé pour le meilleur voir même le pire si nécessaire avec tous les autres membres de la cordée pour réussir une belle ascension et un retour au bercail sans tragédie.

Une sagesse de la vie, tout simplement, dictée par la nécessité de lutter contre ce danger invisible et permanent qui ressemble un peu à la mort blanche, soit la mort toujours possible pris sous une avalanche de poudre... Il y a des météorologues qui nous préviennent du niveau de ces dangers-là. Alors écoutons aussi les météorologues spécialisés des maladies infectieuses en prenant les décisions personnelles qui nous semblent adaptées au terrain du jour. Si chacun et chacune font les efforts nécessaires de prévention sans mettre la pression et reporter la faute sur les autres, nous nous en sortirons que mieux et plus joyeux.

Au restaurant, nous prenons chaque jour des risques en tant qu'employé-e-s mais rarement les gens disent merci pour notre présence afin de les servir au mieux dans les meilleures conditions d'hygiène alors qu'eux ne portent pas de masques et que nous ne savons pas qui ils sont et ce qu'ils font dans la vie de tous les jours... Chaque jour, ce sont 200 à plus de 300 personnes de tous les horizons qui entrent dans ce local fermé, mangent et boivent en famille ou entre amis, et nous sommes-là fidèles à les servir comme si de rien n'était mais avec notre masque personnel sur le visage...

Il serait bon que certains commentateurs et commentatrices vivent le même genre d'expérience dans leur vie quotidienne depuis que Covid19 existe sur la planète Terre et a envahi nos esprits. Le télétravail n'existe pas pour un cuisinier ou une serveuse de bistrot.

 

Les commentaires sont fermés.