31/10/2020

Les jeux de Darius et les tentations du pouvoir

Le journal Le Temps vient de jeter un énorme pavé dans les marécages de la TSR.

Derrière la belle vitrine reluisante se cachent toujours des femmes et des hommes, des forces et des faiblesses, des failles, des choses plus sombres que l'on voudrait dissimuler au grand public pour ne jamais écorner l'image et conserver une sorte d'aura de sainteté qui fait de la personnalité un mythe vivant.

Mais l'être humain est d'une complexité folle. La où l'on croit deviner l'ange vit la face cachée du démon et là où l'on imagine la pire des perversions et un démon libidineux se cache un ange de gentillesse et d'amour.

Rien n'est simple dans l'esprit et le caractère d'un être humain. Les jeux de la manipulation et de la séduction s'amplifient à mesure que la personne détient un poste de pouvoir et est auréolée d'une gloire publique.

Darius Rochebin tombe de son piédestal de star incontestée du petit écran. Il n'a rien commis de particulièrement abominable mais il est touché et troublé par des déviances perverses et une sorte de dédoublement de la personnalité qui lui cause désormais bien des torts publiquement. Il a sans doute mal agi en plusieurs circonstances. Cela ne fait pas de lui un monstre et un délinquant majeur. Il a juste profité de son statut pour tenter d'obtenir, par des moyens assez tordus, d'un certain raffinement florentin et sadien, envers lui-même et envers les autres, les faveurs sexuelles de femmes et d'hommes souvent bien plus jeunes que lui. A noter qu'il a vécu et grandi dans une famille où les épouses étaient bien plus jeunes que les maris. Cela pour dire au passage que la différence d'âge n'est pas si horrible que prétendue en matière sexuelle tant que la barrière et le tabou des enfants et des jeunes n'ayant pas atteints leur majorité n'est pas franchie par les séducteurs et séductrices.

Maintenant que la bombe est lâchée il ne sert à rien d'accabler l'homme de télévision. La justice, si justice est exigée par plainte pénale d'une ou plusieurs personnes, suivra son cours. Dans le même temps, il était temps que la TSR se fasse soulever le couvercle de la patate chaude par un média romand. Les comportements malsains dénoncés doivent être signalés et surtout corrigés par les personnes concernées. En cas d'abus répétés, toute entreprise de service public a le devoir de licencier des collaborateurs et des collaboratrices aux comportements inappropriés. Il en va de la réputation et de la crédibilité d'une chaîne de télévision ou d'un journal.

La TSR a largement fauté en attendant des années et des années avant d'être forcée d'agir impérativement au sein de l'entreprise par l'enquête menée par le journal Le Temps. Mais elle n'est sans doute pas la seule dans cette situation là. Des comportements inappropriés, nous en sommes tous et toutes capables à un moment ou un autre. L'important c'est que les gens nous le disent clairement afin de réussir à corriger ce qui nous semble tout simplement appartenir à notre propre sphère privée et intime alors que cela cause des dégâts psychologiques extérieurs dont nous n'imaginons même pas l'ampleur ni les conséquences négatives sur notre image et pour notre futur sur notre parcours professionnel ou/et privé.

Darius Rochebin se sentait bien comme il faisait tout ça. Il jouissait d'une impunité coupable. Mais il est certain que l'homme est en souffrance, en particulier sur les capacités réelles de sa virilité à donner du plaisir à l'autre lors des ébats sexuels. Il en doute jusqu'à l'obsession et semble se haïr par certains moments.

Le grand déballage public lui permettra aussi de sortir de son enfermement psychologique et de solliciter une aide extérieure. Darius Rochebin a de magnifiques côtés humains. Tout le monde le sait très bien. Il n'est pas temps de l'accabler mais de l'aider à faire son coming-out sur ses difficultés intimes de complexe d'infériorité virile qu'il porte comme une grande souffrance cachée lui qui est sensé être un mâle alpha qui a dominé la scène médiatique télévisuelle de Suisse Romande pendant si longtemps ces dernières années.

 

Les commentaires sont fermés.