07/11/2020

A bicyclette, Joe Robinette est déclaré 46ème Président des Etats-Unis

Il a éteint l'incendie de la folie trumpienne. Joe Robinette est désormais un Robin des Bois de la démocratie. Il a volé sur la ligne et de la plus belle des manières le pouvoir à celui qui croyait être l'élu pour toujours d'une Amérique discriminatoire, fasciste, brutale, haineuse.

D'un boyau électoral il a donné la victoire à tout un peuple embarqué dans cette drôle et funeste aventure avec Donald Trump. Le sprint final a été glorieux pour tout un peuple. Il était temps.

 

Peut-être que ce peuple en colère

avait perdu la foi en la démocratie.

Peut-être que ce peuple en galère

avait raison de défier Washington.

Peut-être que ce peuple bafoué

avait envie de donner une leçon.

Peut-être que le Donald et sa vulgarité

c'était mieux que la science et la vérité.

Peut-être que tout ça devait servir l'Amérique

et que la haine devait trouver son exutoire.

 

Mais maintenant ce n'est plus le cas.

Joe Robinette a remis l'Histoire dans le bon sens

et Kamala Harris est présente, avec lui,

en gardienne des institutions,

de la paix, et de l'espoir.

 

Ça semblait la meilleure solution
Quand je l'ai entendu parler la première fois
Maintenant, il est bien trop tard
Pour tendre l'autre joue
Ça ressemblait à la vérité
Ça semblait la meilleure solution
Ça ressemblait à la vérité
Mais aujourd'hui ce n'est plus le cas

Je me demande ce que c'était
Je me demande ce que ça signifiait
D'abord il a parlé d'amour
Ensuite il a évoqué la mort
Ça ressemblait à la vérité
Ça semblait la meilleure solution
Ça ressemblait à la vérité

 

 

Joe Biden vers une victoire plus large que prévue

Les votes par correspondance auront fait toute la différence.

Alors même que Donald Trump criait déjà victoire au soir même de l'élection présidentielle grâce à des résultats partiels très favorables pour lui, Joe Biden a rattrapé son retard et dépassé son adversaire dans le décomptage des votes par correspondance.

Au final, il est possible que la victoire de Joe Biden dépasse la barre des 300 grands électeurs et électrices et qu'il gagne encore plus largement le vote populaire. Son avantage pourrait se situer au final autour des 8 millions de votes soit, tout de même, un vote favorable correspondant à la population de la Suisse.

Un mini plébiscite à l'échelle des Etats-Unis mais un plébiscite quand même.

Donald Trump ne peut d'ores et déjà plus revendiquer sa victoire. Il a perdu. S'il s'entête, il perdra même toute crédibilité aux yeux de ses soutiens qui ont fait de lui un Président, dont la chaîne Fox News et l'empire de Presse Rupert Murdoch. Sans eux, il ne pourra revenir candidat des Républicains pour l'élection de 2024 et s'il ne s'appuie que sur les milices d'extrêmes-droites et pousse à la guerre civile, il trouvera un barrage infranchissable face à lui. Les hommes d'affaires et Wall Street ne veulent surtout pas d'une guerre civile qui ferait trop de mal aux performances boursières et à l'économie réelle.

Donald Trump a vraiment perdu et il doit partir. C'est le verdict populaire de l'Amérique. Il pourrait fonder son propre parti si les Républicains ne veulent plus de lui ou si lui ne veut plus d'eux. Mais sans le soutien des milieux financiers et des grandes banques, il ne pourra réussir son éventuel retour à la Maison-Blanche dans quatre ans. Et si le peuple ne veut plus de ce potentiel effrayant dictateur, il sait désormais comment voter et pour qui voter s'il veut réellement que l'Amérique reste la première des démocraties du monde et puisse opposer son modèle aux états totalitaires qui prolifèrent dans le monde.