27/11/2020

La Vème République à bout de souffle

La Vème République survivra-t-elle à la Covid-19?

La dérive autoritaire du Président Macron et de son gouvernement ressemble à l'agonie de la Vème République qui tient pourtant la route depuis le Général de Gaulle en 1958. Soit la République la plus solide dans la durée depuis la IIIème République qui a duré 70 ans ( 1870-1940).

Cette Vème République a été faite pour de Gaulle et à travers la personnalité du Général. Une verticalité du pouvoir, un centralisme autoritaire, l'élection de l'homme providentiel protégeant la France de l'ennemi intérieur comme extérieur. L'Assemblée nationale et le Sénat n'étant que les deux caisses de résonance du ton présidentiel. Même le Premier Ministre a peu de contre-pouvoir à sa disposition pour corriger ou annoter une directive présidentielle sauf en cas de cohabitation au pouvoir entre Gauche et Droite.

La Vème République ne correspond plus aux attentes d'un peuple qui penche dangereusement vers ses extrêmes. La verticalité du pouvoir génère des ravages, de la frustration, de l'esprit revanchard, voir de la haine. Un manque flagrant d'horizontalité prive le pays de souplesse et de dynamisme régional. Ce manque d'horizontalité infantilise le peuple au lieu de lui offrir des responsabilités et de la compétence, comme en Suisse par exemple.

La Covid-19 vient encore amplifier les symptômes d'une Vème République qui est en fin de vie avec un Président Macron qui deviendra de moins en moins légitime, alors qu'il l'était déjà très peu, au fur et à mesure que les élections présidentielles arriveront.

Il est possible que la France soit confrontée à des troubles civiles d'une importance insoupçonnée encore jamais connue sous la Vème République. Pas de femme ou d'homme politique semble actuellement avoir l'envergure d'obtenir une réelle légitimité dans le cadre de ce régime.

Il faut déconfiner le carcan intellectuel actuel et se diriger vers des aspirations et des respirations qui puissent venir à bout du fascisme étroit des esprits parlant pour leur paroisse à l'exclusion de toutes les autres. Il faut réinventer la République et passer la VIème vitesse institutionnelle pour éviter qu'une guerre civile se propage dans le pays des Lumières. Il n'y a pas que l'Amérique qui risquait gros avec une éventuelle réélection de Donald Trump. La France aussi risque des troubles plus que conséquents, bien davantage que la crise des Gilets jaunes dans son ampleur et sa portée, dans le cas où la France ne trouve pas les moyens de se trouver des femmes et des hommes capables de s'élever au-dessus des chapelles idéologiques afin d'inventer les bases solide d'une VIème République.

Aux femmes, peut-être, d'oser proposer une ou plusieurs candidates à la Présidence qui proposeront de nouvelles pistes institutionnelles.

Mélenchon, pour la France Insoumise, pas plus que Marine le Pen, pour le Rassemblement National, ne semblent plus être en mesure de briguer la Présidence et de réinventer la France sur un ton plus léger et audacieux qu'un discours menaçant, tonitruant, excluant, et insultant pour l'autre partie du peuple, une présidence incluant les différences et surtout renonçant à la verticalité et à l'homme providentielle. La France n'a pas besoin d'un dictateur mais d'un collège de compétences nationales qui saura remettre le pays dans le bon sens.

 

Les commentaires sont fermés.