01/12/2020

Laisser circuler infos et infox

La liberté d'expression est largement en péril sur les réseaux sociaux.

Facebook et Google deviennent peu à peu des outils de censure à grande échelle au service des pouvoirs en fonction de leurs intérêts financiers personnels et de leur orientation idéologique qu'ils aident à propager.

Facebook et Google ne sont pas des médias. On peut les considérer comme un outil technologique au service de l'Humanité au même titre que l'on prend le train ou l'avion pour se déplacer.

Faire la police n'est pas de leur compétence sauf dans des cas bien précis et exceptionnels. Idem dans les trains et les avions, on ne laisse pas les terroristes et criminels monter à bord ou, du moins, on fait tout pour les empêcher de nuire aux passagers s'ils ont réussi à monter à bord.

Les idées, même les plus farfelues, doivent pouvoir circuler et c'est aux personnes morales ou physiques qu'incombent la responsabilité de censurer personnellement leurs pages web ou d'attaquer en justice pour des propos négationnistes, fallacieux, ou haineux. Pareil à un blog, notre page Facebook nous appartient et n'appartient nullement à Facebook. Ce serait donc à nous de faire le ménage en prenant nos responsabilités et ce serait à nous d'assumer les éventuels attaques en justice de tierce personnes pour outrage ou autres accusations lancées par une personne ou une entité.

L'anonymat des attaques et des propos inadmissibles ne devrait être levé par ses plate-formes que dans les cas d'appels massifs au meurtre, au viol, et au terrorisme, entre autres propos criminels.

Un site qui ne propage que haine et violence au détriment d'une communauté, d'un pays, d'un parti ou d'un groupe d'intérêts devrait lui aussi pouvoir être censuré des administrateurs responsables des plates-formes et cela sans autre forme de procès.

Les pays qui refusent à leurs concitoyens et concitoyennes un régime démocratique en emprisonnement et éliminant l'opposition ne devraient pas avoir la possibilité d'exiger de Facebook et de Google la censure de sites licites d'opposition. Au contraire, les sites d'oppositions devraient être protégés par la liberté d'expression et par ses plate-formes mondialisées. Ainsi elles aideraient à la propagation d'Etats démocratiques et à la liberté à travers le monde plutôt qu'à la mise en place d'états totalitaires ou au maintien d'états totalitaires dont le but final est de nuire à une partie de la population et à la liberté.

La liberté d'expression fait partie des biens fondamentaux de la démocratie. Vouloir la brimer ou l'éliminer c'est aidé à la mise en place de régimes totalitaires quel que soit le type de régime que cela soit.

Il est inadmissible que les géants de l'Internet puissent aider des régimes anti-démocratiques à se maintenir au pouvoir et à éliminer une partie de leur population.

https://www.lematin.ch/story/facebook-et-google-zones-san...

 

Les commentaires sont fermés.