10/12/2020

Vaccin Pfizer, déjà des limitations importantes

La campagne de vaccination contre la covid-19 ne pouvait pas plus mal commencer.

A peine une journée après les premières injections, les autorités sanitaires britanniques déconseillent d'inoculer le vaccin aux personnes ayant eu des réactions allergiques importantes à de précédents vaccins ou à des médicament et même de la nourriture.

Cela fera beaucoup de monde! Sans compter que la population aura de la peine à déterminer par elle-même ce qui est un "réaction allergique importante" à la nourriture. Si on devrait encore y ajouter les personnes fortement allergiques au pollen, alors ce serait le début de la fin pour ce vaccin Pfizer à peine mis sur le marché.

D'autre part, il ne faut pas espérer davantage qu'il n'est permis de la vaccination. Nous ne savons toujours pas la durée de protection des différents vaccins proposés et surtout si, comme pour la grippe, nous devrons nous vacciner tous les six mois ou chaque année pour conserver un système immunitaire nous permettant d'éviter la maladie.

Des milliards de gens à vacciner année après année pourrait bien mettre par terre nos systèmes de santé tant il serait exigeant en temps, en argent, et en personnel opérationnel à la production du vaccin, à la logistique, ainsi qu'à l'inoculation du vaccin.

Il aurait peut-être été plus adéquat de placer les milliards dans la  recherche pour trouver un médicament vraiment efficace qui permettra à l'immense majorité des personnes de se soigner et d'éviter ainsi une hospitalisation.

Nous sommes mal pris dans cette guerre face à ce virus infernal. Et les choix politiques ne semblent pas forcément les bons quant aux armes imaginées pour lutter efficacement contre cet ennemi invisible à l'oeil nu.

Rêver du vaccin infaillible et durable semble encore loin de nos capacités médicales. 

Il est temps d'inventer des stratégies politiques, sanitaires, et économiques à long terme (le revenu universel pourrait être remis au goût du jour avec plus de modestie rentière) pour que nous puissions retrouver une vie normale et espoir dans le futur. Si nous ne trouvons pas le traitement médical adéquat pour lutter contre le virus, il est hélas probable que la vaccination a grande échelle soit partiellement un leurre, voir plus grave encore, source de complications sanitaires.

Le vaccin de Pfizer montre déjà ses premières failles et la méfiance populaire vis-à-vis de ces nouveaux produits de vaccination mis sur le marché mondial risque de grandir encore avec, au final, que trop peu de gens acceptent de se faire vacciner.

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-billet-vert/l...

https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20201209-covi...

Les commentaires sont fermés.