26/12/2020

Le vaccin, ce futur semeur de zizanie

La Confédération ne semble pas avoir anticipé tous les risques de troubles sociétales du printemps prochain.

Et pourtant, l'arrivée du vaccin va poser de très nombreux problèmes dans la société.

Ils sont assez simples à détecter et pourtant d'une importance majeure.

1) Les personnes se faisant vacciner devront-elles subir le port du masque et l'interdiction de se rassembler alors que l'utilité même du vaccin devrait être un droit de retour aux relations normales entre les gens et qu'il est vanté être efficace à 95%? Si on nous interdit tout alors même que nous sommes plus à risque c'est le vaccin qui devient un vrai problème et non plus la solution. Parce que des effets secondaires sont toujours possibles alors que le bénéfice en serait quasi nul sur notre vie quotidienne pour les gens vaccinés et traités pourtant comme des personnes à risques potentiellement élevés du simple fait qu'elles devraient se comporter comme avant, distance sociale, masque, et gel hydroalcoolique ainsi qu'impossibilité de se rassembler dans des club, des bars, des restaurants, des manifestations, des lieux culturels et de détente, des festivals. Pour donner l'envie de se faire vacciner il faudra bien accompagner cette campagne de vaccination par des avantages convaincants autres que juste prétendre que le vaccin est efficace à 95%.

2) Rentre alors en jeu le problème de la discrimination pour les gens qui n'ont pas encore eu accès au vaccin ou qui ne veulent tout simplement pas se faire vacciner. Donner aux uns et refusez aux autres l'accès à la "normalité" est une posture éthique insoutenable dans une société libre, d'autant que celui qui ne porterait pas de masque dans les magasins, par exemple, devrait pouvoir prouver qu'il a été vacciné. Un passeport, oui, Mais si la moitié des gens du magasin ne portent plus de masques comment trouver et contrôler ceux et celles qui ont été vacciné-e-s de ceux et celles qui ne le sont pas mais qui ne portent quand même pas de masques? Donc on devrait tous et toutes rester masqué-es pour éviter les tricheries et les risques de contamination élevée. Sacré dilemme...

3) Si on ne fait pas de distinguo entre vaccinés et non-vaccinés, que le virus sévit toujours et qu'il faut toujours fermer les bars-restaurants, salles de spectacle, lieux de culture, clubs de nuit, tout l'évènementiel, les salons expo et les festivals alors même que les vaccinés devraient pour le moins revivre une vie quasi normale, comment accepter toutes ces fermetures et les dégâts sociaux comme économiques alors même que l'on pourrait largement prendre le risque de laisser ouverts les lieux de détente et de loisirs aux populations vaccinés? La situation deviendra certainement intenable du point de vue politique une fois beaucoup de gens vaccinés. (10% de la population c'est déjà presque 1 millions de personnes).

Alors que faire et que prévoir ce printemps et l'été prochain pour réussir le très délicat passage de l'immunité de groupe si le virus sévit encore de façon alarmante dans le pays?

Berne ne nous a encore rien dit. Le temps presse pour trouver des issues acceptables à défaut d'être parfaites.

 

Les commentaires sont fermés.